Actualités

Bonne nouvelle : le gouvernement confirme la réintroduction de deux ourses dans les Pyrénées

Le ministre de la Transition Ecologique et Solidaire s'est rendu aujourd'hui à Pau pour confirmer le lâcher de deux ours dans les Pyrénées-Atlantiques cet automne, tel que prescrit par une étude du Muséum National d'Histoire Naturelle depuis 2013, là où la consultation publique organisée cet été par la préfecture a souligné qu'une forte majorité des populations concernées est favorable à cette réintroduction (1).

France Nature Environnement soutient fortement ce projet de lâcher deux femelles qui contribuera à enrayer le déclin de la population d’ours dans les Pyrénées, dernier territoire où l’espèce est encore présente dans notre pays.

Sans ces lâchers, l’avenir de l’ours dans les Pyrénées resterait précaire.

Pour sauver l’ours, la France a engagé plusieurs programmes en travaillant, sur la qualité des habitats par la mise en place d’une stratégie pyrénéenne de valorisation de la biodiversité, et sur les effectifs de la population d’ours en engageant déjà en 1996, 1997 et 2006, plusieurs opérations de lâchers d’ours en provenance de Slovénie.

Ces lâchers ont eu les effets positifs escomptés : ils ont montré que les habitats naturels étaient favorables à l’ours et ont permis des naissances d’oursons qui sont venus augmenter la population d’ours.

Malgré cette réussite, l’ours n’est pas encore sauvé, surtout dans l’ouest des Pyrénées, patrie de l’ourse Cannelle, où il ne reste plus que deux mâles. Une étude du Muséum national d’histoire naturelle a conclu à cette stricte nécessité d’y lâcher des ours, au risque de voir cette partie de la population d’ours s’éteindre.

Un appel au dialogue apaisé et au courage politique

France Nature Environnement salue la décision du nouveau ministre, qui confirme l'annonce faite par Nicolas Hulot en mars dernier.

Elle appelle aussi le gouvernement à faire preuve de fermeté dans la conduite de ce renforcement qui répond à des obligations morales et scientifiques autant que juridiques, l'existence d'une population viable correspondant aux engagements européens de notre pays.

France Nature Environnement demande aussi à l’État de tenir le cap face aux tentatives ultra-minoritaires de certains opposants, qui refusent tout dialogue et présentent une vision caricaturale et datée de la relation de l'homme avec son environnement. 

1 - Six départements pyrénéens : 71,6 % favorables, Communes béarnaises classées en zone montagne : 58,6 %, Département des Pyrénées-Atlantiques : 58,1 %, France entière : 88,9 %
© Photo Charles METZ
Par FNE
Le jeudi 20 septembre 2018
Je relaie J'agis Je donne