Education & sensibilisation

Bruno Dubois "L’éducation à l’environnement ne doit pas se limiter aux jeunes générations"

Bruno Dubois est chargé de mission Transition écologique au sein du CREPAQ (Centre Ressource d'Écologie Pédagogique de Nouvelle-Aquitaine). Il est notamment chargé de concevoir des outils pédagogiques et de créer des supports de formation

Qui es-tu ? Que fais-tu ?

J’ai rejoint l’équipe du CREPAQ (Centre Ressource d'Écologie Pédagogique de Nouvelle-Aquitaine) il y a un an en tant que chargé de mission Transition écologique. Au quotidien je m’occupe entre autres de concevoir des outils pédagogiques, de créer des supports de formation et d’animer les réseaux sociaux.

Pour toi, l'éducation et la sensibilisation à l'environnement et à la nature c'est quoi ? Qu’est-ce qui t’a amené à te tourner vers ce domaine ?

Pour moi c’est avant tout échanger, écouter et surtout expérimenter. Aller à la découverte de la nature, l'observer. On a beaucoup à apprendre. Je pense qu'il faut aussi redonner de la valeur aux objets, au savoir faire sans oublier le plaisir, s'amuser, garder son regard d'enfant, être curieux, poser des questions, s’intéresser et s’ouvrir aux autres pour comprendre les différences afin de mieux les appréhender.

Sur quoi travailles-tu en ce moment ?

En ce moment je travaille sur le développement d’outils pédagogiques sur divers thématiques (zéro déchet, zéro gaspi, alimentation durable) à destination des adultes. Il ne faut pas penser que tout doit passer par les enfants car les enfants imitent leurs parents. Changer les comportements d’un adulte ce n’est pas chose facile. On a tous nos petites habitudes.

De quel projet es-tu particulièrement fière ?

Dans le cadre du dispositif « De la Graine à l’assiette » mené par le département de la Gironde, j’ai accompagné une classe de sixième sur une année scolaire pour réduire le gaspillage alimentaire au sein de leur collège. Ils ont fait un excellent travail.

Si tu pouvais faire 3 vœux pour l'éducation à l'environnement ?

1- Que les apprentissages se fassent dans et à travers la nature.
2- Que les associations d’éducation à l’environnement soient reconnues d’intérêt public et à ce titre leur allouer des moyens à la hauteur de l’enjeu.
3- Que l’éducation à l’environnement ne soit pas limitée qu’aux jeunes générations.

Ton plus beau souvenir ?

Une loutre qui pêchait autour de mon kayak. Elle plongeait pour pêcher et remonter pour déguster son mets. Elle ne tenait pas compte de ma présence, si bien qu'à un moment en remontant elle a heurté l’avant de mon embarcation mais ça n'a l'a pas plus dérangé. Un moment suspendu.

Si tu étais un autre animal ?

Une loutre de mer. Pour me laisser porter sur le dos.

Si tu étais un végétal ?

Un chêne. Pour sa force tranquille, pour la vie qu’il abrite.

Un message pour les lecteurs·trices ?

Sois ton propre héros.

Par FNE
Le mardi 19 novembre 2019
Je relaie J'agis Je donne