Actualités

Cannelle : 5 ans après

Le 1er novembre 2004, lors d’une battue au sanglier sur la commune d’Urdos (Pyrénées-Atlantiques), l’ourse Cannelle, accompagnée de son ourson, était abattue par un chasseur. Que s’est-il passé depuis ? Quel avenir pour l’ours dans les Pyrénées ?





Un émoi vif qui relance le débat sur le renforcement

L’émoi suscité par la mort de Cannelle au sein non seulement du monde de la protection de la nature, mais plus largement de l’ensemble des Français, a fait ressurgir la longue histoire malheureuse des ours tués suite à la pratique de la chasse. En 1994, l’ours Claude, en 1997, l’ourse Mellba, elle aussi suivie de son ourson, la découverte d’une quarantaine de plombs dans la dépouille de l’ours Papillon mort de vieillesse pendant l’été 2004. Le choc de la mort de Cannelle a permis néanmoins de relancer le débat sur le renforcement de la population d’ours brun dans les Pyrénées.

Un plan de restauration et de conservation de l’ours
En 2005, le gouvernement a annoncé sa décision de renforcer la population d’ours des Pyrénées, avec un lâcher de cinq ours dès 2006. Une longue phase de concertation est lancée permettant à chaque partie prenante de prendre part au débat et d’exposer son point de vue sur les modalités de mise en œuvre de ce programme. Cette concertation a débouché sur le plan de restauration et de conservation de l’ours brun dans les Pyrénées françaises pour la période 2006-2009. Centré autour d’un Plan de développement rural pour la montagne pyrénéenne avec au cœur des préoccupations, l’élevage de montagne et la sylviculture, le plan de conservation de l’ours doit assurer la viabilité et la conservation de la population ursine tout en confortant les activités humaines. En 2006, 5 ours ont été relâchés : 4 femelles (Palouma, Franska, Hvala et Sarousse) et 1 mâle (Balou).

Déception puis désillusion
Ces lâchers représentaient un véritable espoir, espoir très vite converti en déception face aux nombreuses péripéties dont ont été entachées les opérations de lâchers. En effet, l’ultra-médiatisation des lâchers n’aura servi qu’à attiser la colère des opposants. La déception s’est transformée rapidement en désillusion suite à la mort de Franska renversée le 9 août 2007 par une voiture après avoir été pourchassée les jours précédents par des opposants. L’autopsie a d’ailleurs révélé une dizaine de plombs de petit calibre fichés dans l’arrière-train démontrant qu’elle a été poursuivie. Sa mort a été suivie par celle de Palouma, le 25 août 2007, tombée dans un ravin. Le 7 septembre 2008, c’est l’ours Balou qui confondu avec un sanglier est blessé à la patte par le tir d’un chasseur.
Seule bonne nouvelle, les deux portées de l’ourse Hvala qui en 2007 a donné naissances à deux femelles et qui en 2009 est suivie de deux jeunes oursons qui ne sont pas encore « sexés ».

Et maintenant, on fait quoi ?
Depuis les lâchers de 2006, aucun autre ours n’est venu renforcer les effectifs pyrénéens. Les pressions des opposants à l’ours, arguant d’un manque de concertation, ont conduit le ministère à mettre en place, en 2008, un Groupe National Ours, à l’image de celui créé pour le loup 10 ans auparavant. Quelques 13 réunions se sont tenues, avec moult rapports, évaluations, sondage pour finalement ne déboucher sur aucune décision. Une année qui a laissé l’impression amère que l’État cherchait juste à gagner du temps.

Tentative de fermeté
L’annonce au mois de septembre 2009 par un représentant l'Association de Sauvegarde du Patrimoine d'Ariège-Pyrénées (ASPAP) de la destruction de 2 ours en Haute-Ariège a fait réagir vivement la secrétaire d’État chargée de l’écologie qui a indiqué avec fermeté, dans une interview accordée à France 3 Sud le 20 octobre 2009, que le ministère engagera des poursuites si ces destructions sont avérées et que par ailleurs, toute destruction volontaire entraînera un remplacement automatique du ou des ours tués. Elle rappelle également que la France est attachée à remplir ses engagements internationaux et ne renoncera pas.

Des lâchers en 2010 ?
Une déclaration qui laisse entendre que pour maintenir l’ours dans les Pyrénées, il convient de procéder à des opérations de renforcement. Mais s’il est difficile de déceler dans les propos de la ministre, un quelconque indice sur des lâchers, le moment et l’endroit, il est très facile de voir son inconfort à répondre à ces questions.
Le 26 octobre 2009, le FIEP – Groupe Ours Pyrénées a rencontré la secrétaire d’État. Elle a indiqué que des discussions sont en cours avec les différents interlocuteurs du dossier et que des décisions seraient prises avant la fin de l’année 2009.

Des attentes fortes
Après 3 années de discussions façon « jeux de rôle » sans positionnement clair de l'Etat, l’attente du monde de la protection de la nature est grande. L’urgence de procéder à des lâchers, surtout dans le Béarn, se fait de plus en plus sentir. Reste toutefois la question de la pratique de la chasse dans les secteurs où l’ours est présent. La mort de Cannelle n’a pas servi de leçon. Aucune disposition n’est prise à ce jour pour réglementer la pratique de la chasse dans les secteurs de présence de l’ours. Beaucoup d’espoir est placé dans la récente décision du tribunal administratif de Toulouse qui a reconnu le caractère perturbant des battues pendant la période de pré-hibernation et d’hibernation de l’ours, ainsi que le risque de blessure ou de mort accidentelles induits par ce mode de chasse. Le préfet de l’Ariège mettra-t-il en place des zones sans battue ? FNE et ses associations membres des Pyrénées se sont associées avec d’autres ONG pour déposer devant la commission européenne une plainte contre la France pour non-respect des engagements communautaires en la matière.
Et le chasseur qui a tué Cannelle ?
Par FNE.
Le lundi 09 novembre 2009
Je relaie J'agis Je donne