Actualités

Centrale thermique du Larivot : l’État choisit l’énergie sale

En dépit de l’impératif climatique, l’État choisit d'investir près de 500 millions d'euros dans le thermique, mettant à mal tout espoir d’atteindre ces prochaines années l’autonomie énergétique de la Guyane par le développement des énergies renouvelables. Guyane Nature Environnement s’oppose à ce projet, d’autant plus fortement que des solutions moins coûteuses et plus écologiques existent.

Un projet dangereux pour l’environnement

Construite à proximité de Cayenne, la future centrale thermique du Larivot nécessitera le défrichement de plusieurs hectares de mangroves et de forêts marécageuses et sera exposée au risque de submersion marine. Associée à une centrale solaire sans stockage, elle impose également la construction d’un oléoduc de 14 km traversant trois communes en zone urbanisée et à proximité immédiate de zones humides.

En juillet dernier, la commission d’enquête publique a exprimé un avis défavorable sur ce projet surdimensionné et prévu dans une zone inondable. Pourtant, malgré les risques induits du projet et le fort impact carbone qu’il va engendrer, l’État est sur le point de donner son feu vert pour un démarrage des travaux dès le mois d’octobre.

Un autre chemin est possible

Or la Loi sur la Transition Énergétique prévoit d’atteindre l’autonomie énergétique de la Guyane dès 2030, en misant sur le développement des énergies renouvelables. Une stratégie plus respectueuse de l’environnement et moins coûteuse sur le long terme est possible, tout en répondant également au besoin de développement économique du territoire.

Cette stratégie se base principalement sur le déploiement de projets en énergies renouvelables déjà identifiés par des organismes comme l’ADEME, l’Agence Française de Développement ou encore le Syndicat des Énergies Renouvelables. En plus de créer des emplois sur la durée, de tels projets ont un coût plus compétitif que les productions fossiles. C’est d’autant plus vrai que, complétée par des packs batteries pour stocker l’énergie, la production serait garantie. Par ailleurs, en améliorant la gestion de la retenue du barrage hydroélectrique de Petit-Saut, la production d’hydroélectricité pourrait être mieux valorisée.

Enfin, si une transition par le thermique reste nécessaire, elle peut se faire en évitant la construction d’une nouvelle centrale, notamment par la mise en place de groupes fuel conteneurisés sur les sites déjà exploités par EDF. Sur la base du coût d’1 million d’euros par mégawatt pour ces groupes (contre 500 millions d’euros pour 120 MW pour la centrale du Larivot), cette solution assure le maintien des emplois tout en étant moins coûteuse. Elle offre également une plus grande flexiblité dans le temps, son utilisation pouvant diminuer en fonction de l’avancée des projets en énergie renouvelable. 

La nécessité d’une expertise indépendante

Pour Rémi Girault, Président de Guyane Nature Environnement, « un scénario tangible de production d’électricité 100% renouvelable produite localement en Guyane moyennant des ajustements techniques est possible, tout en permettant de répondre au besoin croissant en énergie d’une population grandissante. À l’inverse, le choix d’un schéma fossile conventionnel conditionné aux importations éloigne un peu plus l’espoir pour la Guyane d’accéder à une autonomie énergétique à moindre coût ». Les associations maintiennent l’idée que le recours au fioul n’est pas une fatalité et demandent que soit menée et rendue publique dans les plus brefs délais une expertise indépendante sur ces enjeux.

Par FNE
Le mardi 22 septembre 2020
Je relaie J'agis Je donne