Actualités

Cigéo, le scandale six pieds sous terre

Enfouir les poubelles du nucléaire à 500 mètres de profondeur et pour des millénaires : c’est l’idée de l’Andra à Bure, dans la Meuse. Mais les associations ne l’entendent pas de cette oreille. Sur place, la tension monte.

[Lettre du Hérisson n°265] C’est l’histoire d’un petit village meusien devenu l’épicentre de la lutte contre les déchets nucléaires. Depuis plus de vingt ans, l’Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs (Andra) veut installer à Bure un Centre industriel de stockage géologique, Cigéo, et enterrer dans les sous-sols argileux de la commune et de ses environs près de 90 000 m3 de déchets radioactifs des 58 réacteurs nucléaires français. En 2013, un débat public était organisé. 44 associations, dont FNE, MIRABEL-Lorraine Nature Environnement, Meuse Nature Environnement, BureStop55 - ont refusé d’y contribuer. Nous le savions : pour l’Andra et l’Etat, le sort des sous-sols de Bure était déjà scellé. Imposé sans réel débat parlementaire en 2016, le projet s’accélère désormais. Un « laboratoire » est déjà construit sur le site et les premières galeries ont commencé à être creusées. Faits tragiques, en janvier 2016, un effondrement a causé la mort d’un ouvrier, après la mort d’une autre personne en 2002 et un blessé en 2001.

Mais la contestation n’est pas abandonnée. Les opposant.e.s s’organisent. En mars 2016, avec sa fédération de Lorraine, BureStop55, le Réseau Sortir du nucléaire et les Amis de la Terre, France Nature Environnement a contesté devant le Conseil d’État l’arrêté pris par Ségolène Royal, fixant le coût de Cigéo à 25 milliards d’euros, un montant largement sous-estimé.

Pour l’Andra et l’Etat, le sort des sous-sols de Bure était déjà scellé. Mais la contestation s’est organisée. 

Nouvel épisode judiciaire cet hiver. L’Andra a dû acquérir de nombreux terrains, afin notamment de creuser puits d’accès et de ventilation pour ses 300 km de tunnel. Fin février, le tribunal administratif de Nancy a annulé la délibération de juillet 2015 du conseil municipal de Mandres-en-Barrois, qui autorisait le maire à conclure avec l’Andra l’échange du Bois Lejuc contre une autre forêt. Etrangement matinal, ce conseil avait statué à bulletin secret à 6 heures, sans respecter les modalités du scrutin et en publiant 3 versions différentes de la délibération. C’est une victoire pour les quatre habitants du village qui ont lancé ce contentieux et un sérieux revers pour l’Andra. Le conseil municipal a 4 mois pour délibérer à nouveau.

D’autres contentieux sont en cours. En juin 2016, avec les habitants de Mandres et d’autres associations, nous déposions plainte contre l’Andra qui a débuté des travaux dans le Bois Lejuc sans avoir respecté les procédures d’autorisation. En août 2016, la justice l’a condamné et lui a demandé de remettre les lieux en état. L’Andra a fait appel de sa condamnation, le délibéré est attendu pour le 22 mai.  

Le 23 mars, les juges de la cour d’appel de Versailles ont estimé que l’organisme public n’avait pas caché l’existence d’une ressource en géothermie sous le site de Bure. Pour FNE, cette décision est décevante. Ce potentiel géothermique existe et doit être pris en compte, ne serait-ce que pour respecter le guide de sûreté.

Sur le terrain, la mobilisation locale ne faiblit pas pour faire respecter le droit et informer les citoyens, malgré les pressions. En 2016, des opposant.e.s ont occupé le Bois Lejuc, se sont fait explusé.e.s avant de le réoccuper. Pour garder ce bois, l’Andra emploie une équipe de vigiles qui se montrent régulièrement violents envers les opposants. Certains salariés de Cigéo emploient les mêmes méthodes : tentatives de repousser des opposants avec un engin de chantier, déversement d’essence près de militants qui empêchaient le passage des engins. Jusqu’où ira l’Andra  ? Va-t-on revivre un deuxième Sivens ?

Outre ce déni du dialogue environnemental, l’histoire de Cigéo rappelle que l’industrie nucléaire parie toujours sur d’hypothétiques progrès de la science et de la technologie pour traiter plus tard les déchets extrêmement dangereux qu’elle produit. STOCAMINE en Alsace, mine de sel d'Asse II en Allemagne, WIPP aux Etats-Unis : les quelques exemples de stockage en grande profondeur de déchets chimiques et nucléaires, se sont montrés désastreux. Qui se souviendra encore dans mille ans qu’un tel site existe ? Une épée de Damoclès plane déjà sur la tête des générations futures. 

Régine Millarakis
Mirabel - Lorraine Nature Environnement 

En savoir plus

Mirabel Lorraine Nature Environnement
PandOra, site d'information citoyenne indépendante sur le projet Cigéo
Plus Bure sera leur chute

 

 

Par FNE
Le jeudi 06 avril 2017
Je relaie J'agis Je donne