Actualités

COP21 : 3 fausses solutions pour le climat

Quelle est la solution ? C’est la question qui taraude nombre d’entre-nous. Si de réelles solutions et alternatives existent, certains tentent de camoufler de mauvaises idées derrière de jolies terminologies ou un argumentaire incomplet. France Nature Environnement décrypte trois d’entre elles.

1 - « L’agriculture intelligente face au climat » : quand l’agro-industrie présente des sources de problèmes comme solutions

L’industrie des engrais chimiques représente 60 % des entreprises membres de l’Alliance Globale pour l’Agriculture Intelligente face au Climat. De quoi mettre la puce à l’oreille sur ce concept d’agriculture « intelligente ». Ce terme, poussé depuis de longues années par la FAO (organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture) et la Banque mondiale, a été introduit au Sommet mondial pour le climat de New-York en 2014. Mais que désigne-t-il ?

Selon la définition de la FAO, il vise à « renforcer la capacité des systèmes agricoles de contribuer à la sécurité alimentaire, en intégrant le besoin d'adaptation et le potentiel d'atténuation dans les stratégies de développement de l'agriculture durable. » Des mots qui peuvent paraître prometteurs mais l’application concrète, elle, montre bien des limites.

En effet, aucun critère tangible ne permet de définir ce qu’est une « agriculture intelligente ». A la place, la FAO présente une série de 10 « success stories » menées exclusivement dans des pays du Sud où les systèmes agricoles sont encore peu intensifs.

Certaines de ces histoires proposent de réelles solutions telles que les systèmes vivriers en permaculture des pays du Sud. Ces derniers s’avèrent effectivement intelligent pour le climat puisqu’ils sont basés sur des cycles naturels et prennent en considération la biodiversité et leurs relations réciproques pour proposer une production agricole durable et très économe en énergie.

Seulement, dans "l'agriculture intelligente", ces modèles côtoient des systèmes ultra-industriels, sous perfusion de produits chimiques. Puisque l’agriculture intelligente n’a pas de cadre, les industriels de l’agriculture se sont donc vite emparés du terme. A l’inverse de l’agro-écologie Française, l’agriculture intelligente ne présente aucun d’objectif de réduction d’intrants (fertilisant, pesticides, semences, alimentation pour le bétail…). C’est ainsi que les intrants chimiques (tels que les pesticides) ou encore organismes génétiquement modifiés ne sont pas exclus de ce type d’agriculture. Au contraire, les variétés à haut rendements (comme les biotechnologies et le génie génétique) sont présentées comme bénéfiques.

Ces processus ont d’ores et déjà montré par le passé leurs méfaits sur le climat, contribuant à la stérilisation des sols, à l’appauvrissement de la biodiversité ou encore à la destruction de l’humus. Cette « agriculture intelligente » peut alors conduire les pays du Sud à adopter un mode plus intensif en le présentant comme un modèle d’adaptation, c’est à dire de modification des pratiques pour faire face aux effets du dérèglement climatique, alors même qu’il est source de problèmes.

Le terme ne fait alors que légitimer un système industriel dévastateur pour l’environnement et l’imposer dans les pays du Sud en toute connaissance des dégâts qu’il cause.  

2 - Les agrocarburants : un bilan pire que les énergies fossiles

« Rouler vert » : telle est la fausse promesse de nombreux agrocarburants. Le principe de cette technologie consiste à produire des combustibles à partir d’organismes végétaux (champignons, végétaux…). A priori, le modèle sent bon la nature mais à y regarder de plus près, la production industrielle d’agrocarburants se révèle souvent plus polluante que l’utilisation d’énergies fossiles.

En effet, de nombreux agrocarburants sont produits à partir de végétaux comestibles tels que les betteraves, le maïs, les cannes à sucre ou encore le colza. Ainsi, les cultures ne sont plus réservées à l’alimentation mais aux réservoirs. Et inévitablement, le manque de place se fait sentir sur une planète non extensible.

Cette concurrence dans les champs entraîne une augmentation des prix de l’alimentation mais pas seulement. Pour faire face à la demande, de nouveaux espaces sont utilisés. Pour cela, des espaces naturels (forêt, prairies, zones humides…), qui sont des puits de carbone stockant des gaz à effets de serre, sont détruits. Ils libèrent alors le carbone qu’ils avaient mis des années à stocker. Les agrocarburants ne sont pas étranger à ce terrible chiffre : 80 % de la déforestation mondiale est dû à l’agriculture (1). Un chiffre à mettre en parallèle avec les 65 % d’huiles végétales produites en Europe et 40 % du maïs américain destinés au seul marché des agrocarburants

Ce phénomène est appelé « changement d’affectation des sols indirect ». Ainsi, en tenant compte de cet aspect, une étude de l’Ademe (2) montre que l’impact sur le climat des agro-carburants est pire que celui des énergies fossiles. Dans un scénario  pessimiste, l’exemple du biodiesel de soja est éloquent : il émet quatre à cinq fois plus de gaz à effets de serre que le gasoil.

3 - Nucléaire : un risque accru face aux évènements extrêmes

Tel un mantra, les pro-nucléaires le répètent sans cesse : le nucléaire c’est 0 émissions de gaz à effet de serre. Il est vrai qu’à la sortie des cheminées, il n’y pas de carbone. Seulement, pour établir le bilan climatique d’une énergie, il est indispensable de prendre en compte l’ensemble de son cycle de vie.

Entre extraction minière, enrichissement de l’uranium, construction de la centrale ou encore gestion des déchets produits, le nucléaire n’est nullement une énergie « 0 émissions ». Et si celles-ci restent inférieures à celles du charbon, du pétrole ou du gaz de schiste, elles s’avèrent toujours supérieures à celles des énergies renouvelables. De plus, la question que soulève le nucléaire face au défi climatique du climat est loin de se cantonner aux émissions de gaz à effets de serre.

Sécheresses, inondations, canicules, tempêtes… le GIEC s’accorde à dire que le dérèglement climatique engendre des phénomènes météorologiques extrêmes qui s’annoncent plus violents, plus longs et plus courants. Or, le nucléaire est une énergie très sensible où tout accident peut se transformer en inénarrable désastre. Dramatiques témoins : Tchernobyl et Fukushima. Impossible en France ? Dans l’hexagone, plusieurs accidents ont déjà démontré la vulnérabilité du nucléaire face à la météo.

1999. A la fin de l’année, la France est secouée par une violente tempête. Près de Bordeaux, la centrale nucléaire du Blayais est inondée. Deux réacteurs et une pompe de refroidissement sont arrêtés d’urgence. Une eau boueuse envahit des galeries techniques et le bâtiment de stockage du combustible. De peu, la catastrophe est évitée. Mais la centrale de Blayais n’est pas la seule à présenter ce risque. Pour Monique Sené, chercheuse au CNRS et co-fondatrice du Groupement de scientifiques pour l’information sur l’énergie nucléaire, 16 réacteurs français sont menacés par des inondations en cas de fortes tempêtes.

2003. A l’été, une canicule fait suffoquer la France pendant 9 jours consécutifs. EDF craint la surchauffe des centrales. L’énergéticien demande des dérogations pour rejeter dans les rivières de l’eau plus chaude que les limites légales. Et alors que la France manque d’eau, EDF se met à arroser la centrale de Fessenheim… à l’arrosoir. Une scène aberrante (voir vidéo ci-dessous) qui témoigne à la fois du manque de préparation de l’énergéticien mais souligne également le risque  accru que fait peser le dérèglement climatique sur les centrales : loin de présenter une solution durable, le nucléaire représente donc un danger accru face au climat.

Voir en vidéo :

(1)  Rapport « Evalutation des ressources forestières mondiales 2015, Comment les forêts de la planète changent-elles ? » 7 septembre 2015, FAO 

(2)  Rapport « Analyse de cycle de vie appliquées aux biocarburants de première génération consommés en France » Ademe, 2010

 

Par FNE
Le mardi 08 décembre 2015
Je relaie J'agis Je donne
Faire un don