Actualités

COP22 : les politiques déçoivent, la société civile s’implique

Un an après l’Accord de Paris, le rendez-vous de Marrakech laisse un goût d’inachevé, entre des engagements reportés et des initiatives privées inspirantes.

Il y a un an, la 21e conférence des Nations-Unies sur le climat (COP21) débouchait sur la signature de l’Accord de Paris. Bien qu’imparfait, ce nouveau texte jette les bases de la coopération et de la solidarité internationale pour répondre à l’urgence climatique. Il a été ratifié le 4 novembre, grâce à l’atteinte du seuil fixé il y a un an : ratification par plus de 55 pays représentants plus de 55 % des émissions globales. La COP22, qui s’est tenue en novembre à Marrakech, devait transformer l’essai, passer des grands principes à l’action. Les résultats sont décevants. L’adaptation aux changements climatiques reste le parent pauvre des financements « climat ».  Les Etats n’ont pas mis la main au portefeuille pour répondre aux attentes des pays les plus vulnérables et les soutenir. 

Malgré le climato-scepticisme de Donald Trump, les Etats-Unis ne pourront pas faire machine arrière

Au Maroc, les Etats ont toutefois réussi à s'accorder sur un calendrier final pour négocier les règles d'application de l'accord de Paris mais des précisions sur son application et les moyens alloués manquent encore cruellement. Signe du désengagement des Etats, l'essentiel des décisions a été reporté à 2018 alors que l’urgence climatique nécessite d’agir rapidement. Cette COP s’est en prime tenue dans un contexte politique particulier, en pleine élection américaine. Malgré le climato-scepticisme affiché de Donald Trump, les Etats-Unis ne pourront pas faire machine arrière et s’isoler du reste de la communauté internationale. Réponse à la crise climatique, la transition énergétique constitue un marché immense. Investisseurs et entrepreneurs ne sauraient s’en détourner. 

En parallèle, les acteurs de la société civile – entreprises, collectivités, ONG, etc. – sont venus avec une multitude de propositions concrètes. La dynamique est lancée. Mais il faudra que des garde-fous soient définis pour ne mettre en lumière que les meilleures initiatives. Le « greenwashing » et les fausses solutions – nucléaire, agrocarburants etc. – ne sont jamais loin. Face à des lobbies puissants, nous n’avons d’autre choix que de renforcer notre vigilance. Voilà pourquoi notre fédération a décidé d’adhérer à nouveau au Réseau Action Climat (RAC), représentant français du réseau mondial Climate Action Network, à partir de 2017.

Que ce soit au niveau international, national ou local, cette adhésion ouvre de nouvelles perspectives : renforcement de notre expertise grâce aux formations et outils proposés par le RAC, capacité à peser au niveau national, suivi et participation systématique aux négociations climatiques. La transition vers un monde décarboné se jouera à tous les niveaux, mais surtout dans les territoires et de plus en plus avec l’implication de tous les acteurs de la société civile.

Jean-Baptiste Poncelet, coordinateur des réseaux 

Lettre du Hérisson n°264

 

Par FNE
Le mercredi 04 janvier 2017
Je relaie J'agis Je donne