Droit & Démocratie

Déclin des pollinisateurs : dites à la Commission européenne d'agir

Jusqu'au 5 avril, participez à la consultation publique de la Commission européenne afin de préserver les pollinisateurs sauvages. Afin d'encourager une participation massive, France Nature Environnement et l'Office pour les Insectes et leur Environnement (OPIE) vous proposent des clefs pour comprendre cet enjeu de préservation et vous guident dans votre participation.

En tonnes, 35 % de la production mondiale issue des cultures dépend des pollinisateurs. Pourtant, depuis 30 ans, les activités humaines et notamment l'agriculture industrielle sont à la source d'un vaste déclin des populations de pollinisateurs dans les pays de l'Union Européenne. Le besoin d'une intervention rapide et stratégique pour les préserver a d'ailleurs été mis en évidence par le riche rapport sur les pollinisateurs de la Plateforme Intergouvernementale scientifique et politique sur la Biodiversité et les Services Écosystémiques (IPBES).

Afin de préparer une initiative de l'Union en faveur de ces pollinisateurs, la Commission européenne lance une vaste consultation publique. Objectif : recueillir l’avis des citoyen-ne-s européen-ne-s sur la façon dont l’Union européenne doit lutter contre le déclin des pollinisateurs sauvages. Il s'agit aussi de renseigner les causes et les conséquences de ce déclin, afin de pouvoir agir en conséquence et à la bonne échelle. Pourquoi et comment participer ? Explications de France Nature Environnement et l'Office pour les Insectes et leur Environnement (OPIE).

Les pollinisateurs sauvages : un nombre important d’espèces différentes...

La grande majorité des espèces pollinisatrices sont sauvages, c’est à dire qu’elles ne sont pas élevées par l’Homme (comme l’abeille domestique, qui produit le miel). Une grande partie de ces pollinisateurs sont des insectes. Dans le monde, elles comprennent ainsi les abeilles sauvages, les bourdons, certaines espèces de mouches, les papillons de jour et de nuit, les guêpes, les scarabées, les thrips, certains oiseaux, certaines chauves-souris et certains vertébrés.

Il existe par exemple plus de 20 000 espèces d’abeilles sauvages (dont les bourdons) dans le monde, près de 2 000 en Europe et plus de 1 000 en France.

...dont le rôle est vital à notre planète

Cette pollinisation animale, et en particulier celle des insectes, jouent un rôle vital. Ainsi, à l’échelle mondiale, près de 90 % des plantes sauvages à fleurs dépendent des animaux pour leur reproduction. Ces plantes sont à la base des écosystèmes, elles fournissent de la nourriture, forment des habitats et sont consommées par de nombreuses autres espèces.

Les pollinisteurs sont également indispensables à notre alimentation. Les cultures dépendantes des pollinisateurs représentent 35 % du tonnage de la production mondiale. Ainsi, plus des trois quarts des espèces végétales des principales catégories de cultures vivrières mondiales (fruits, légumes, graines et oléagineux) dépendent de la pollinisation par les animaux: moins de pollinisateurs, ce sont des rendements et une qualité qui chutent.

Le rendement ou la qualité des cultures dépendent aussi de l’abondance et de la diversité des pollinisateurs. Une communauté de pollinisateurs présentant une grande diversité d’espèces fournit généralement une pollinisation des cultures plus efficace et plus stable qu’une seule espèce.

Comment participer ?

Pour toutes ces raisons, nous vous invitons à participer à la consultation de la Commission européenne en cliquant sur le bouton ci-dessous.

Cette consultation est constituée d’un questionnaire d’une quinzaine de questions fermées et ouvertes. Pour y répondre, nous vous suggérons de vous inspirer des réponses faites par France Nature Environnement et de l’OPIE mais gare aux copier coller dans les questions ouvertes : la Commission risque d'exclure ces réponses. Pour participer et inviter votre entourage à en faire de même, vous avez jusqu'au 5 avril.

Participer sur la page de la consultation

Voir les réponses de France Nature Environnement et de l’OPIE

© photo de Mélitée par Prisca, observatrice Spipoll crédit OPIE - Office pour les Insectes et leur Environnement
Par FNE
Le mardi 20 mars 2018
Je relaie J'agis Je donne