Education & sensibilisation

Diana Lefeuvre "Sans éducation il ne pourra pas y avoir de changement"

Diana Lefeuvre est administratrice au sein de l'association Passiflore à Fougères en Bretagne, et également enseignante à l'école Notre-Dame de Landéan. Convaincue de l'importance de l'éducation à l'environnement, elle porte de nombreux projets pédagogiques avec ses élèves "pour faire sa part".

Qui es-tu ? Que fais-tu ?

Après avoir grandi au milieu d'animaux sauvages et exotiques, j'ai décidé de me consacrer à former les générations futures à grandir en humanité, à penser par eux-même et à respecter ce monde dont ils font partie. Je suis professeur des écoles, tutrice, formatrice mais aussi administratrice de l'association Passiflore et présidente du Réseau d'Education à l'environnement du Pays de Fougères (35).

 

Pour toi, l'éducation et la sensibilisation à l'environnement et à la nature c'est quoi ? Qu’est-ce qui t’a amenée à te tourner vers ce domaine ?

Lors de mon premier projet d'éducation au développement durable (EDD) il y a plus de 16 ans, un enfant m'a demandé "OK, avant on ne savait pas mais maintenant on sait, alors qu'est-ce qui est fait pour changer?". Je suis venue à l'EDD pour faire ma part tel le petit colibri de la légende. Pour moi l'éducation à l'environnement fait partie d'un tout. Je suis pour une éducation au respect de la vie sous toutes ses formes. Je me retrouve totalement dans les 17 Objectifs de Développement Durable (ODD) de l'ONU. Sans éducation il ne pourra pas y avoir de changement.

Sur quoi travailles-tu en ce moment ?

Au sein de notre réseau, nous proposons des programmes pédagogiques sur l'eau, les déchets, l'alimentation et l'énergie. Nous avons une caravane main verte qui sillonne les communes pour parler de jardinage au naturel et du respect de l'eau. Nous lançons un forum "Osons l'Avenir" pour valoriser les initiatives sur notre territoire en partant des 17 ODD.

De quel projet es-tu particulièrement fier ?

Le projet dont je suis le plus fier, c'est l'expérimentation que j'ai menée avec ma classe et le Conseil Economique, Social et Environnemental (CESE) en amont de la COP 21. Mes élèves m'ont montré en rédigeant leur rapport et avis que des enfants sont capables d'une pensée collective très pertinente : "Nous ne comprenons pas pourquoi les adultes ne veulent pas changer alors que nous on nous le demande tout le temps ?".

Si tu pouvais faire 3 vœux pour l'éducation à l'environnement ?

Quelle soit reconnue comme une priorité pour la survie de l'espèce humaine ?
Que l'éducation à l'environnement accompagne la mise en oeuvre des ODD ?
Que l'éducation à l'environnement réussisse à développer l'esprit critique et une pensée complexe pour aborder positivement les grandes problématiques de demain ?

Ton plus beau souvenir ?

Mon plus beau souvenir est Lou s'adressant aux membres du CESE et aux ambassadeurs présents lors de la séance plénière à laquelle nous avons participé. Ses paroles étaient comme l'écho des générations futures, elles nous interpellaient au plus profond de chacun de nous. Nous avons besoin de retrouver l'enfant en chacun de nous pour revenir à l'essentiel tout en restant optimiste en la vie.

Si tu étais un autre animal ?

Un colibri

Si tu étais un végétal ?

Le moringa

Un message pour les lecteurs·trices ?

Je suis heureuse de pouvoir participer quand je le peux aux rencontres du réseau Education & Sensibilisation à l'Environnement et à la Nature de France Nature Environnement. Nous avons tant à faire ensemble. Je crois important de ne pas se donner de limites, de frontières. Nous devons réussir à nous rassembler, pourquoi pas autour des ODD et en mêlant les réseaux. L'essentiel est d'accompagner le changement et de rester optimiste, de garder espoir.

Par fne-writer
Le mardi 18 décembre 2018
Je relaie J'agis Je donne