Actualités

Dites non à la chasse des oies sauvages en février

Le ministère de la transition écologique et solidaire envisage de prolonger la chasse des oies, qui s’étend normalement de fin août à fin janvier, jusqu'à la fin du mois de février. C'est une période durant laquelle ces oiseaux sont particulièrement vulnérables puisqu’ils sont en pleine migration prénuptiale. Avec France Nature Environnement, participez à la consultation publique pour dire non à la prolongation de la chasse des oies au mois de février.

Pourquoi faut-il se mobiliser contre cette prolongation ?

Au mois de février, les oies sauvages ont entamé leur migration vers leurs lieux de nidification, dans le nord de l’Europe. Durant cette période, les oiseaux sont particulièrement vulnérables. Une directive européenne, la directive Oiseaux, impose aux états de fermer la chasse dès le début de cette période de migration de retour.

À de nombreuses reprises déjà, le gouvernement français a tenté d’outrepasser la loi et d’autoriser la chasse des oiseaux migrateurs au-delà du 31 janvier, pour satisfaire les chasseurs. Ces tentatives ont systématiquement été annulées par le conseil d’état, sur requête de France Nature Environnement et d’autres associations de protection.

Ce nouvel arrêté, comme les précédents, est illégal : aucun motif ne justifie la prolongation de la chasse des oiseaux migrateurs en février. Si les oies cendrées peuvent provoquer des dégâts agricoles dans d’autres pays, ce n’est pas le cas en France. La prolongation de la chasse en France ne permettra pas de réduire les dégâts commis aux Pays-Bas par des oies qui sont largement sédentaires.

Comment participer à la consultation ?

Rendez-vous avant le 24 janvier 2019 sur la page web de la consultation pour avoir plus d’informations et postez votre commentaire sur la page prévue à cet effet. Il est important de personnaliser votre réponse et de ne pas faire un simple copier-coller des arguments proposés, sinon votre réponse risque de ne pas être comptabilisée lors de la synthèse de cette consultation.

Que dire ?

Nous vous invitons à répondre défavorablement à la consultation.

Il n’est pas indispensable de justifier votre avis pour qu’il soit pris en compte par le ministère, mais si vous le souhaitez, vous pouvez reprendre des arguments parmi les suivants.

Participer à la consultation

Partager sur Twitter

Partager sur Facebook

Par fne-writer
Le mercredi 09 janvier 2019
Je relaie J'agis Je donne