Actualités

Dites non à la reprise des tirs du bouquetin du Bargy

La préfecture de Haute-Savoie a ouvert jusqu’au 28 avril, une consultation du public sur un projet d’arrêté qui autoriserait la reprise de l’abattage de près d’une centaine de Bouquetins. Nous avons besoin de votre participation pour dire non à cette reprise des tirs.

Rappel des faits

Les bouquetins sont dans le viseur depuis 2013, après que la maladie de la brucellose ait été repérée dans un troupeau de vaches du Grand-Bornand (Haute-Savoie) produisant du reblochon fermier au lait cru et dans la population de Bouquetins des Alpes, espèce protégée présente sur le massif du Bargy. Cette maladie peut être transmise par contamination entre animaux, ou à l’homme par la consommation de produits laitiers non pasteurisés (2 cas humains au Grand-Bornand). Bien que le risque de transmission soit "quasi nul" à "minime" selon les experts, l’État avait tenté d'éradiquer l'infection en lançant des abattages massifs et indiscriminés de bouquetins afin de protéger les élevages et la filière des producteurs de fromage. Sans succès.

Grâce à la mobilisation des associations de protection de la nature, dont France Nature Environnement et la FRAPNA, les abattages massifs sans distinction entre animal malade ou sain ont finalement été abandonnés en 2015 pour éliminer uniquement les animaux infectés.

Pourquoi faut-il se mobiliser ?

La préfecture de Haute-Savoie envisage d’autoriser à nouveau l’abattage de près d’une centaine de bouquetins sans diagnostic préalable dans le cœur de massif. Ceci signifie que des bouquetins non malades pourraient être tués, alors même qu’un test rapide sur le terrain existe, et permet après capture par anesthésie à distance, de distinguer un bouquetin malade d’un bouquetin sain.

Comment participer à la consultation ?

D ‘ici le 28 avril, rendez-vous sur la page de la consultation ouverte par la préfecture de Haute-Savoie ou adresser directement votre refus de l’abattage sans discrimination à l’adresse ddt-consultations-publiques@haute-savoie.gouv.fr

Vous trouverez ci-après quelques arguments pour étayer votre réponse. Nous vous invitons à la personnaliser. En effet, les simples copier-coller risquent de ne pas être comptabilisés.

Que dire ?

- Entre 2012 et 2018, 476 bouquetins ont déjà été abattus sur le massif du Bargy. 130 d’entre eux avaient été analysés comme séropositifs, porteurs de la brucellose. Cependant, 346 ont été abattus à distance sans vérification préalable de leur infection. Si nous pouvons admettre que l'euthanasie des animaux séropositifs avérés contribue à réduire le foyer infectieux, nous ne pouvons nous résigner à l'abattage indiscriminé, c'est-à-dire d'animaux potentiellement sains.

- la prévalence de l'infection a énormément baissé au fil des années : réduite à quasiment zéro dans les zones périphériques du massif, elle est passée de 70 % aux environs de 30 % dans la zone cœur, ce qui signifie que plus des deux-tiers des bouquetins y sont sains. Un abattage indiscriminé s’avère disproportionné.

- le risque de transmission au cheptel domestique est, pour les experts de l'ANSES, quasi nul.

- l'abattage indiscriminé a montré son inefficacité voire son caractère contre-productif. Les études conduites par les experts ont permis de démontrer que l’abattage massif, rapide, non différencié, loin de réduire la maladie, a pour conséquence d’augmenter les risques notamment par l’éparpillement des animaux

Par fne-writer
Le jeudi 25 avril 2019
Je relaie J'agis Je donne