Actualités

Et si on prenait enfin le train au sérieux ?

Première source d’émissions de Gaz à Effet de Serre en France, le secteur des transports doit engager sa mutation de toute urgence. Le train constitue un maillon essentiel d’une mobilité moins carbonée. Pourtant, sur les 4,7 milliards qui lui sont consacrés dans le plan de relance, seuls 650 millions serviraient réellement à financer de nouveaux investissements : bien en-deçà des milliards consentis aux secteurs automobile et aérien ! France Nature Environnement, le réseau Action Climat et la Fondation Nicolas Hulot présentent une nouvelle étude pour une véritable relance du ferroviaire.

Un décalage complet entre les objectifs climatiques et les moyens engagés

Les récentes annonces du plan de relance pourraient laisser penser que le Gouvernement prend enfin à bras le corps le problème de la mobilité, mais il n’en est rien. La France ne se donne pas les moyens d’atteindre ses objectifs dans le cadre de la Stratégie Nationale Bas Carbone. Pour parvenir à la neutralité carbone, la quantité de voyageurs et de marchandises transportés par le rail doit augmenter drastiquement. Entre 2015 et 2030, il faudrait : + 27% de milliards de voyageurs / kilomètre (l’unité utilisée pour mesurer la “quantité” de voyageurs transportés) et + 18% de milliards de tonnes de marchandises / km. Problème : les investissements actuels ne permettent d’atteindre qu’un quart de ces objectifs.

Pour une véritable relance du ferroviaire (fret et voyageur), ce sont 3 milliards d’euros supplémentaires qui devraient être investis chaque année jusqu’en 2030 :

Nos propositions pour une véritable relance ferroviaire

Parmi les propositions concrètes de l’étude réalisée par France Nature Environnemment, le réseau Action Climat et la Fondation Nicolas Hulot, voici les trois qui nous semblent prioritaires :

  1. Mettre fin à l’injustice fiscale dont souffre le train

Les transports les plus polluants bénéficient aujourd'hui d’avantages fiscaux qui les rendent artificiellement concurrentiels (exonérations fiscales pour le kérosène des avions et pour le gazole professionnel du transport routier…). Les secteurs routier et aérien ne paient pas non plus pour leurs externalités (pollution, émission de GES, bruit…). Sans rééquilibrage, le train ne pourra pas trouver sa pertinence économique alors même que sa pertinence environnementale est criante.

  1. Stopper le déclin des “petites lignes”

Le service sur les “petites lignes” se dégrade : retards répétés, baisse du nombre de trains, quand ce n’est pas une fermeture pure et simple de la ligne. En conséquence, de nombreuses personnes n’ont d’autre choix que d’utiliser leur voiture alors que leur trajet quotidien longe une ligne de train ! Pour mettre fin à ce non-sens, les travaux de rénovation doivent s’accompagner d’une véritable réflexion sur l’usage de ces lignes : utilisation mixte voyageurs / fret, passage à des solutions plus légères telles que tram/train…

  1. Traiter en priorité l’existant et les trajets du quotidien

Les investissements doivent porter en priorité sur l’existant (traitement des nœuds ferroviaires notamment) et non plus sur la réalisation de “grands projets” coûteux à construire et à entretenir. Le virage actuel de SNCF dans ce sens doit être salué et poursuivi.

Lire l'étude complète

Par FNE
Le mercredi 28 octobre 2020
Je relaie J'agis Je donne
Faire un don