Actualités

Eurodéputés, ne rasons pas forêts et espaces naturels pour produire de l'énergie

Le 17 janvier prochain, les eurodéputés voteront le projet de révision de la directive énergies renouvelables. Le texte actuel présente de vrais risques pour la biodiversité et le climat : ses effets seraient pires que les bonnes intentions affichées. Ainsi raser des forêts primaires ou encore des tourbières pour faire rouler nos voitures se révèle par exemple être une aberration que les eurodéputés pourraient encourager. En décembre dernier, les gouvernements européens ont affaibli le texte en cours de discussion. Incitons les eurodéputés à inverser la tendance. En quelques clics, soutenez les propositions de France Nature Environnement en envoyant un mail à nos eurodéputés.

Depuis plusieurs mois, l’Union Européenne a entrepris la refonte de la directive énergie renouvelable avec l’objectif d’augmenter leur production d'ici 2030. L'intention est hautement louable mais certaines dispositions soumises au vote s'avèrent particulièrement inquiétantes puisqu'elles nuisent à la biodiversité et contribuerait finalement à accélérer le dérèglement climatique qu'elle est censé combattre. Pour comprendre, il faut s'intéresser aux bioénergies, la première énergie renouvelable en France et en Europe. Ce terme regroupe l'ensemble des énergies produites à partir de matière biologique : bois, productions agricoles ou encore déchets organiques sont ainsi utilisés pour produire de l'électricité, de la chaleur et des carburants. Elles peuvent être de sérieux atouts face aux défis énergétiques et climatiques mais certaines pratiques s'avèrent, elles, bien plus nuisibles au climat et la biodiversité qu'il n'y paraît.

Ainsi, comme nous le rappelons dans notre dossier consacré aux bioénergies, les agrocarburants de première génération conduisent à remplacer des cultures alimentaires pour produire de l'énergie. Par effet domino, forêts et espaces naturels sont rasés pour remplir les réservoirs de véhicules. En contribuant à la déforestation et aux destructions d'espaces naturels, l'énergie est donc bien moins verte qu'elle ne le prétend. Pourtant le texte en discussion maintient leur développement.

Une autre disposition inquiète également France Nature Environnement et la communauté scientifique : le développement déraisonné du bois-énergie. Au lieu d'utiliser les sous-produits du bois pour créer de l'énergie, la directive en cours de débat conduiraient à couper des arbres entiers en forêt dans le seul but de les brûler pour produire de l'énergie. Ces forêts, fameuses pour leur stockage de carbone et première source de biodiversité terrestre, libéreraient alors plus de CO2… accélérateur de dérèglement climatique. Ainsi, « à énergie finale identique, les cheminées d'une centrale qui brûle des copeaux de bois émettent généralement une fois et demie le CO2 d'une centrale brûlant du charbon et au moins trois fois plus de dioxyde de carbone qu’une centrale électrique brûlant du gaz naturel » rappellent dans une tribune 15 scientifiques de renom.

En somme, si les bioénergies gérées de façon intelligente sont essentielles pour offrir un mix énergétique plus soutenable et pleinement tourné vers les énergies renouvelables, il convient d’encadrer leur utilisation et de diversifier ce mix afin d'alléger la pression sur les ressources naturelles. Il est essentiel également de faire des économies d’énergies et de ne pas chercher à remplacer totalement notre consommation actuelle d’énergie par les énergies renouvelables. C'est à ces conditions que les bioénergies peuvent devenir réellement renouvelables et bénéfiques pour la nature et l'environnement.

Ensemble, encourageons une directive énergies renouvelables qui ne nuise pas à la biodiversité et à la lutte contre le dérèglement climatique : aidez-nous à faire entendre nos recommandations auprès de l'Union européenne.

En un clic, adressez ce mail aux 74 eurodéputés français

Madame l’Eurodéputée, Monsieur l’Eurodéputé,

La semaine prochaine, le Parlement Européen votera une nouvelle directive sur les énergies renouvelables pour la période 2021-2030.

Il est important que cette législation européenne encourage un objectif ambitieux de 45% d’énergies renouvelables au niveau européen, soutenu par des objectifs nationaux contraignants. Il est également essentiel que cette directive assure que les bioénergies – principales sources d’énergie renouvelable au niveau européen – soient réellement durables.

L’utilisation de cultures alimentaires dans le transport et d’arbres entiers dans les centrales bois, augmente les émissions de CO2 et a des impacts néfastes sur l’environnement, les populations locales et les animaux, rendant le remède pire que le mal.

Je vous demande donc de soutenir un objectif ambitieux d’énergies renouvelables mais de mettre un terme aux impacts néfastes de la politique actuelle en:

- rejetant un nouvel objectif pour l’énergie renouvelable dans le transport, qui augmentera l’utilisation de cultures alimentaires comme agrocarburants dans le transport.

- mettant un terme à toutes les formes de soutien aux agrocarburants produits à partir de cultures alimentaires.

- mettant fin à l’utilisation d’arbres entiers et de souches en bois énergie, ainsi que le soutien aux grandes centrales inefficaces.

Je compte sur vous pour protéger notre planète.

Je vous prie d’agréer, Madame l’Eurodéputée, Monsieur l’Eurodéputé, l’expression de ma considération la plus distinguée.

Je signe

Par FNE
Le mardi 09 janvier 2018
Je relaie J'agis Je donne