Actualités

Exploitation minière : interdisons l’utilisation du cyanure

Alors que deux nouveaux permis d’exploration d’or viennent d’être délivrés en Guyane, de nombreuses associations s’inquiètent de la tournure que prend la relance minière menée par le gouvernement français. Loin de l’image « propre » qu’elle veut se donner, l’exploitation minière nécessite encore de vieilles méthodes entraînant leur lot de pollutions et de catastrophes… Face à ce constat, France Nature Environnement se joint au collectif Or de Question et à de nombreuses associations pour demander un moratoire immédiat sur l’utilisation du cyanure dans les exploitations minières.

Les 2 nouveaux permis d’exploration d’or délivrés en Guyane à la fin de l’été illustrent le mouvement général de relance minière que mène le gouvernement français. Beaucoup de permis de recherche ont été délivrés en métropole et en Guyane, et beaucoup sont encore en attente. Fer, cobalt, plomb, zinc, or… Le sous-sol français est plein de richesses et par le passé elles ont été exploitées, engendrant des pollutions irréversibles.

La ruée vers l’or n’est pas dernière nous... Et si la mobilisation citoyenne a réussi à faire retomber la fièvre dans certaines régions, le combat est loin d’être gagné. C’est la raison pour laquelle les associations demandent un moratoire sur l’utilisation du cyanure dans les exploitations minières :

Le cyanure tue ! Demande de moratoire sur l'utilisation du cyanure

Les effets dévastateurs sur la santé et l'environnement

Le cyanure de sodium, utilisé principalement par l'industrie extractive aurifère[1], est un composé chimique extrêmement toxique. A tous ses stades de manipulation : transport, stockage, utilisation puis confinement, le cyanure menace sérieusement notre existence. Ses effets sur l'environnement, la santé humaine et la biodiversité, sont catastrophiques et irréversibles[2].

En cas d'accident, au contact de l'eau, le cyanure de sodium produit de l'acide cyanhydrique, un gaz très inflammable qui provoque la mort par asphyxie, comme cela s'est produit en Chine (août 2015) où l'explosion de 700 tonnes de cyanure a causé le décès de 114 personnes et plus de 700 blessés[3].

Déversé dans l’environnement, le cyanure provoque immédiatement l’asphyxie de tout organisme vivant et un violent déséquilibre des écosystèmes. Plus de 30 accidents majeurs associés à des déversements de cyanure se sont ainsi produits, de par le monde, ces 25 dernières années[4]. Par ailleurs, les climatologues annonçant une amplification des épisodes pluvieux extrêmes, plus intenses et plus fréquents, une augmentation des ruptures de barrages de résidus est prévisible[5].

Mépris de l'Etat français et de la Commission Européenne

Malgré ce constat, l'Etat a répondu favorablement en 2017 aux demandes du lobby minier d'augmenter les normes de rejets cyanurés en sortie d'usine[6].

Pourtant, interdire l’utilisation des technologies à base de cyanure dans l’industrie minière est aussi une demande répétée du Parlement Européen, via deux résolutions prises en mai 2010 [7] et tout récemment en avril 2017 [8], votée à la quasi-unanimité (566 voix POUR l’interdiction, 8 CONTRE).

La commission européenne a rejeté cette résolution, prétextant d'abord que cette mesure « ferait peser une charge disproportionnée sur l’industrie européenne » mais aussi « qu'aucune autre technologie plus satisfaisante n'est actuellement disponible à l’échelle commerciale » [9].

Cependant, un état membre peut choisir d'adopter cette résolution, au niveau national. Trois pays d'Europe, République Tchèque (2000), Allemagne (2002), Hongrie (2009) ont d'ores et déjà pris cette décision ! Pourquoi pas nous ?

Un Moratoire immédiat

Les effets transfrontaliers des accidents dus au cyanure, notamment au regard de la pollution de grands bassins hydrographiques et de nappes souterraines, illustrent la nécessité d'une approche nationale mais également européenne[10] face à la menace sérieuse de l'utilisation du cyanure.

Le collectif « Or de Question » et ses partenaires européens réclamons, solennellement, à nos gouvernements respectifs, un moratoire immédiat du cyanure dans l'industrie minière, en vue d'aboutir à son interdiction définitive.


[9] Citation de la Commission européenne (Sept. 2017) : "En ce qui concerne le paragraphe 21 demandant l’interdiction de l’utilisation des technologies à base de cyanure dans l’industrie minière de l’UE, la Commission tient à souligner que l’utilisation du cyanure est actuellement soumise à des conditions strictes conformément à la directive 2006/21/CE sur les déchets de l’industrie extractive (article 13, paragraphe 6). La Commission reste convaincue que la bonne mise en œuvre de la directive sur les déchets de l’industrie extractive permet d’atténuer les risques d’accidents et qu'elle réduit considérablement les répercussions qu’un accident pourrait avoir sur l’environnement et la santé publique. La Commission estime qu’une interdiction généralisée de ces technologies au niveau de l’UE ferait peser une charge disproportionnée sur l’industrie européenne. Sur la base des informations dont dispose la Commission, aucune autre technologie plus satisfaisante n'est actuellement disponible à à l’échelle commerciale. Toutefois, la Commission continuera à suivre l’évolution de ces solutions de remplacement ». (Fiche de procédure : Mise en œuvre de la directive sur les déchets de l'industrie extractive (2006/21/CE) et document : Suite donnée à la résolution non législative du Parlement européen du 27 avril 2017 sur la mise en œuvre de la directive sur les déchets de l’industrie extractive (2006/21/CE))
[10] En 2014, une campagne européenne « Bang Ban Cyanide » a déjà été lancée par des organisations roumaines (Miningwatch.ro / Rosiamontana.org)
Par FNE
Le jeudi 06 septembre 2018
Je relaie J'agis Je donne