Actualités

Forçages génétiques : non à la modification génétique d'espèces sauvages et d'écosystèmes entiers

Depuis l'invention de la technique de génie génétique CRISPR/Cas, des gènes peuvent être modifiés de manière beaucoup plus fondamentale qu'auparavant. Sont non seulement concernés les gènes des cultures agricoles et du bétail, mais aussi ceux des animaux et des plantes sauvages. De cette façon, l'interaction des espèces dans leurs écosystèmes pourrait également être reprogrammée génétiquement dans un avenir proche pour répondre aux objectifs de l'homme. C’est pourquoi France Nature Environnement, Pollinis et OGM dangers refusent de telles expériences.

Une nouvelle dimension du génie génétique

Techniques récentes du génie génétique, les forçages génétiques changent radicalement la probabilité de transmettre des gènes d'une génération à l'autre. Alors que la probabilité d'hériter d'un trait génétique est normalement de 50 %, les forçages génétiques peuvent augmenter la transmission des gènes à la progéniture jusqu'à 100 %. De plus, ces organismes génétiquement forcés sont dotés d'un mécanisme qui force la modification génétique à se recopier indépendamment lors de chaque reproduction. Celle-ci est donc transmise de génération en génération pour finir par se retrouver dans l’ensemble de la ou des populations d’espèces sauvages. L'objectif peut être le remplacement ou même l'extinction d'une population sauvage ou d'une espèce entière.

(Pour plus de précisions : What is a gene drive?)

Quelles applications de ces techniques de forçage génétique ?

Les développeurs et les financeurs de ces techniques les promeuvent pour lutter contre les parasites agricoles, éliminer les espèces envahissantes des écosystèmes sensibles et éradiquer ou modifier les insectes porteurs de maladies. Les premières applications visent à éradiquer les souris, les rats et les moustiques. La forte implication de l'armée américaine dans le financement de la recherche suggère que ces techniques pourraient également être utilisées comme une arme biologique.

En attendant, les premiers essais environnementaux sur le terrain de moustiques porteurs de gènes visant à éradiquer le moustique anophèle porteur de la malaria sont préparés au Burkina Faso par un consortium de recherche financé par la Fondation Bill & Melinda Gates. Très peu de personnes en parlent. Cependant, les grands risques et les conséquences mondiales éventuelles devraient être supportés par l'ensemble de l'humanité.

Non aux forçages génétiques dans la nature

France Nature Environnement, Pollinis et OGM Dangers disent non à l'utilisation des techniques de forçage génétique dans la nature et appelle à un moratoire mondial !

Parce que :

  • Les forçages génétiques transforment la nature en un laboratoire de génie génétique et ne s’attaquent qu'aux symptômes et non aux causes de nos problèmes ;
  • Les organismes génétiquement forcés ne sont pas récupérables, leur surveillance et leur contrôle dans la nature sont impossibles ;
  • Leurs effets sur les écosystèmes, l'agriculture, la santé humaine et la paix ne sont ni étudiés ni prévisibles ;
  • Les questions éthiques sous-jacentes à l’utilisation de ces techniques dans l’environnement ne sont pas discutées ;
  • La recherche sur le forçage génétique, engagée en l’absence d’évaluation globale préalable, est déjà risquée puisque la fuite de certains animaux de laboratoire dans l'environnement n’est pas impossible et peut déclencher une réaction en chaîne du génie génétique.

France Nature Environnement, Pollinis et OGM dangers font partie d'une alliance d'ONG en Europe et dans le monde entier cherchant à prévenir la dissémination d'organismes génétiquement forcés dans l'environnement. Dans le cadre de la campagne européenne "Stop Gene Drive" et conformément à la résolution du Parlement européen de janvier 2020, elles demandent à la Commission européenne et aux États membres de soutenir un moratoire mondial sur la dissémination d'organismes génétiquement forcés dans l'environnement, y compris par des essais sur le terrain, lors de la 15e conférence des parties à la Convention des Nations unies sur la diversité biologique qui se tiendra à Kunming, en Chine, à l'automne 2021. Cet appel est soutenu par 78 organisations de la société civile de toute l'Europe et par plus de 260 000 citoyens européens dans le cadre d'une pétition européenne en cours. Ces deux initiatives s'inscrivent dans le cadre d'un appel signé par plus de 200 organisations dans le monde entier.

Signez la pétition pour un moratoire mondial sur la dissémination des organismes génétiquement modifiés ici : 

Signer la pétition

Pour plus de précisions : Gene drive (court film sur le forçage génétique, en anglais)

La majorité des citoyens de l'UE rejette la modification génétique des espèces sauvages

Une nette majorité de citoyens dans huit pays européens partage notre point de vue et estime que l’humanité ne devrait pas disséminer des organismes génétiquement modifiés par forçage génétique dans la nature, compte tenu des risques. C’est ce que montre le premier sondage d'opinion sur le sujet du forçage génétique réalisé à l’échelle européenne et dévoilé le 27 janvier 2021 [1].

Ainsi, à la première question « « Est-ce que l’humanité devrait disséminer des organismes génétiquement modifiés par forçage génétique dans la nature ? », une majorité de personnes interrogées a montré un niveau élevé d'opposition (46 à 70 % selon les pays) et un très faible niveau de soutien (7 à 16 %) à l'utilisation du forçage génétique dans l'environnement. De plus, le sondage a également montré qu'une grande partie des répondants sont encore indécis (14 à 27 %) ou ne savent pas répondre (1 à 24 %).

La deuxième question est la suivante : « Dans quelle mesure êtes-vous en accord ou en désaccord avec la déclaration suivante : Les disséminations d'organismes génétiquement forcés dans l’environnement devraient être reportées jusqu'à ce qu'il soit scientifiquement prouvé que leur déploiement ne portera préjudice ni à la biodiversité, ni à la santé humaine, ni à l'agriculture, ni à la paix. »

Une grande majorité des personnes interrogées (65 à 82 %) sont d'accord pour dire que la dissémination d'organismes génétiquement forcés et forçant dans l'environnement devrait être repoussée jusqu'à ce qu'il soit scientifiquement prouvé que leur dissémination ne porterait pas atteinte à la biodiversité, à la santé humaine, à l'agriculture ni à la paix.

Le dernier point du sondage, portant sur l’encadrement des forçages génétiques, pose la question suivante : « Dans quelle mesure êtes-vous en accord ou en désaccord avec la déclaration suivante : En ce qui concerne les forçages génétiques qui sont conçus pour se propager globalement ou qui ont le potentiel de se propager accidentellement globalement, un consensus mondial devrait être requis avant qu'une autorisation puisse être donnée de libérer des organismes génétiquement forcés dans l'environnement ».

Ici également, une majorité de citoyens (de 61 à 85 %) est d'accord pour dire que l'approbation de la dissémination dans l'environnement d'organismes génétiquement forcés qui pourraient se propager à l'échelle mondiale doit faire l'objet d'un consensus mondial.

En France, 70 % des répondant s’opposent aux lâchers d’organismes génétiques forcés dans l’environnement à cause des risques, 8 % sont favorables car ils pensent que les avantages surpasseront les risques et 22 % ne savent pas (question 1).

Parmi les sondés français, 70 % sont fortement pour ou plutôt pour que des disséminations soient « reportées jusqu'à ce qu'il soit scientifiquement prouvé que leur déploiement ne portera préjudice ni à la biodiversité, ni à la santé humaine, ni à l'agriculture, ni à la paix. ». Seulement 10 % étaient plutôt en désaccord ou fortement en désaccord (question 2)

Une forte proportion des français (68%) soutiennent plutôt ou fortement qu’il faut attendre un consensus global pour un risque global. Seulement 10 % pense plutôt ou fortement que ce n’est pas nécessaire (question 3)

(Pour les résultats détaillés du sondage, cliquez ici.)

Lire notre communiqué de presse


[1] Cette enquête représentative a été menée en décembre 2020 par l'institut international d'études de marché YouGov qui a interrogé 8 826 citoyens de 8 pays de l’Union européenne :'Allemagne, Bulgarie, Danemark, Espagne, France, ltalie, Pologne et Suède. Les personnes interrogées sont représentatives de 280 millions de citoyens de l'UE. L'enquête a été commandée par WeMove Europe, Save Our Seeds (Allemagne), Skiftet (Suède), France Nature Environnement (FNE) (France), POLLINIS (France), OGM Dangers (France), Bund für Umwelt und Naturschutz (BUND) (Allemagne), Deutscher Naturschutzring (DNR) (Allemagne), Umweltinstitut München (Allemagne), Za Zemiata (Bulgarie).
Par FNE
Le mercredi 27 janvier 2021
Je relaie J'agis Je donne
Faire un don