Actualités

Forêts : abattons 10 idées reçues

A l’occasion de la journée internationale des forêts en France le 21 mars, France Nature Environnement a souhaité tordre le cou à quelques idées reçues sur ces milieux appréciés de tous, mais que l’on connaît mal.

1) Il y a de moins en moins de forêts en France : FAUX

ArbreAu niveau national, 30% du territoire métropolitain (hors forêts d’outre-mer) est couvert de forêts. Après avoir doublé en deux siècles, la surface des forêts est désormais relativement stable. Au niveau mondial en revanche, les forêts ne cessent de diminuer en raison de la déforestation en Amazonie, dans le bassin du Congo et en Asie du Sud-Est notamment. Chaque année, ce sont 13 millions d’hectares de forêts qui disparaissent dans le monde, soit 80% de la forêt française de métropole.

2) Il n’y a pas de forêt dans ma vie de tous les jours : FAUX

Papier, carton, meubles… De nombreux objets de notre quotidien sont issus du bois. L’homme a donc clairement besoin de la forêt. Dans ces conditions, il est important de se soucier de la provenance de ces produits, car toutes les forêts du monde ne sont pas gérées de manière satisfaisante. Par exemple, privilégiez du papier hygiénique recyclé ou, pour vos meubles, les bois français (chêne, hêtre, etc.) par rapport aux bois tropicaux (teck, ipé, etc.).

3) Une forêt avec du bois mort au sol est sale, mal entretenue et en mauvaise santé : FAUX

Bois mort en forêt

La forêt est un milieu naturel, pas un parc ni un jardin. Il est donc normal, et même nécessaire, d’y trouver du bois en décomposition et des arbres morts. Ils servent d’habitat à de nombreuses espèces (chauve-souris, oiseaux, insectes, etc.) et contribuent à enrichir les sols. C’est ce qui permet à la forêt de vivre et pousser par elle-même, sans apport d’engrais ni de fertilisants : du bois mort en forêt, c’est un signe de bonne santé.

4) La forêt française est un espace sauvage : FAUX

En France métropolitaine, les forêts sont gérées par l’homme depuis des centaines d’années. Il a choisi de laisser pousser et de planter les espèces d’arbres qui l’intéressaient pour répondre à ses besoins en bois (construction, matériau, chauffage, etc.). On ne peut donc pas dire qu’elles sont « sauvages ». En outre-mer cependant, une part importante des forêts est qualifiée de « primaire », car elle n’a pas été modifiée par les activités humaines.

5) Plus il y a de de cerfs et de sangliers, mieux la forêt se porte : FAUX

Cerf au crépuscule

Cerfs, chevreuils ou sangliers font partie de la vie de la forêt. Ils se nourrissent notamment des jeunes pousses des arbres et sont utiles à la dispersion des graines. Mais lorsque les animaux sont trop nombreux, ils peuvent empêcher la bonne croissance des arbres, en particulier lorsque ce sont encore de jeunes pousses. Cela peut donc nuire au renouvellement de la forêt, ce qui oblige l’homme à intervenir pour rétablir l’équilibre.

6) Cueillette et ramassage de champignons en forêt, tout est permis : FAUX

Champignons

La cueillette en forêt peut relever d’une tolérance du propriétaire, mais ce n’est pas un droit, même en forêt publique. Certaines espèces, comme le muguet ou la jacinthe des bois, souffrent de prélèvements parfois intensifs qui contribuent à leur raréfaction. De plus, les fruits des bois et champignons, ramassés en forêt au gré d’une promenade, sont importants pour la survie des animaux : leur récolte doit donc rester raisonnable et modérée. Dans le cas du ramassage des champignons, des sanctions sont même prévues en cas d’abus, pouvant aller jusqu’à 75 000 € d’amende et 5 ans d’emprisonnement.

7) Les arbres âgés ou morts ne stockent plus de carbone : FAUX

Par la photosynthèse, les arbres absorbent une partie des émissions de gaz à effet de serre (CO2 en particulier) produits par les activités humaines. Ils contribuent ainsi à atténuer le changement climatique. En France, 1/3 du carbone stocké par les forêts se retrouve dans les arbres, et 2/3 dans le sol par la décomposition du bois, des feuilles, etc.

Un arbre stocke du carbone tout au long de sa vie, qui peut atteindre mille ans, et même après sa mort (dans le sol). Plus on laisse vivre un arbre longtemps, meilleur est son bilan carbone.

8) Il n’y a pas de forêts tropicales en France : FAUX

La forêt en métropole couvre 16 millions d’hectares. En outre-mer, elle occupe plus de 9 millions d’hectares, pour la plupart en milieu tropical. A elles seules, les forêts tropicales de Guyane française représentent l’équivalent de deux fois la surface totale de l’Aquitaine. Tous ces milieux abritent une biodiversité exceptionnelle, avec de nombreuses espèces que l’on ne retrouve nulle part ailleurs dans le monde.

9) Les forêts françaises appartiennent à tout le monde : FAUX

cabane en forêt

En France, seul un quart des forêts sont publiques (propriété de l’Etat, des collectivités, etc.). Elles sont accessibles librement, tandis que, pour les trois quart des forêts dont les propriétaires sont privés, la fréquentation n’est pas un droit, mais une tolérance (offerte par a plupart des propriétaires). En forêt, vous êtes toujours chez quelqu’un : dans tous les cas, il est essentiel de respecter des règles de bonne conduite lorsqu’on s’y promène : ne pas laisser ses déchets, ne pas faire de feu, ne pas déranger les animaux, etc.

10) Si l’on ne replante pas la forêt, elle disparaît : FAUX

Cette idée reçue, France Nature Environnement l’entend régulièrement lors de ses rencontres avec les acteurs du secteur forestier. Mais une forêt n’a pas besoin de l’intervention humaine pour se reconstituer. Les arbres adultes produisent des graines qui, en germant, donneront les arbres de la forêt future : c’est ce qu’on appelle la régénération naturelle. Ainsi, 70% de la forêt française est régénérée naturellement, tandis que 30% est régénérée par plantation.

Pour en savoir plus, consultez le site de la journée internationale des forêts

Par FNE.
Le jeudi 19 mars 2015
Je relaie J'agis Je donne