Education & sensibilisation

Francis Thubé "L'éducation à l'environnement doit être un sujet porté au plus haut de l'Etat"

Francis Thubé participe au pilotage national des activités d'éducation et de formation de France Nature Environnement depuis 2017. Il est directeur de l'Institut Formation Recherche Education à l'Environnement (Ifrée) et membre de Vienne Nature, en Poitou-Charentes.

Qui es-tu ? Que fais-tu ?

Ma première formation professionnelle et mes premières années de travail se sont déroulées dans le monde de l'industrie bien loin de l'éducation et de l'environnement. C'est un peu avant l'âge de 30 ans (j'en ai presque deux fois plus aujourd'hui) que je me suis réorienté vers l'éducation populaire et l'éducation à l'environnement. J'ai commencé comme animateur de terrain dans un PNR. Aujourd'hui je suis directeur de l'Ifrée et membre de Vienne Nature. Mon travail est très tourné vers la gestion associative et la coordination de projet. Je passe plus de temps en réunion et dans ma voiture ou le train que dans la nature, hélas! Mais heureusement je retrouve tous les fondamentaux et axes de travail de l'EEDD dans ces moments avec les partenaires avec qui je travaille.

 

Pour toi, l'éducation et la sensibilisation à l'environnement et à la nature c'est quoi ? Qu’est-ce qui t’a amené à te tourner vers ce domaine ?

Un goût très personnel pour la nature (balade, cueillette, contemplation plus que observation,...) m'a amené vers la sensibilisation à l'environnement. Très vite les autres questions ou problématiques environnementales sont venues s'associer à ce plaisir d'être dans la nature. La dimension éducative est pour moi primordiale et indissociable de la nécessité d'amener l'autre à faire des choix raisonnés pour son futur et celui des autres par rapport à l'avenir de la planète, et de l'humanité.

Sur quoi travailles-tu en ce moment ?

Notre programme de formations 2019 va être diffusé très prochainement, c’est pour nous un moment important. Les stages sur le changement de comportement ou sur la question de l’appropriation des projets d’énergie renouvelable sont aussi des dossiers qui nous occupent bien. Je n’oublie pas le dialogue environnemental et la concertation sur des projets de territoire qui font partie intégrante de l’éducation à l’environnement dès l’instant où l’on renforce la capacité d’agir des citoyens

De quel projet es-tu particulièrement fier ?

Fier est un mot que je n'aime pas beaucoup. Je dirai plutôt "satisfait" ou "content". J'ai plusieurs projets en tête. Je m'aperçois que ce sont toujours des moments collectifs ou des actions regroupant des participants d'horizons différents autour de la nature, de la biodiversité, de l'eau, de l'énergie, ...

Si tu pouvais faire 3 vœux pour l'éducation à l'environnement ?

Que l'éducation à l'environnement devienne enfin un sujet porté au plus haut de l'Etat. Qu'il y ait enfin des moyens suffisants pour faire les choses et du temps pour s'inscrire dans la durée. L'éducation demande du temps.

Ton plus beau souvenir ?

J'en ai trop pour en trouver un ! Pour rester dans l'idée de nature, je dirais : la découverte des paysages de l'Islande.

Si tu étais un autre animal ?

Une tortue

Si tu étais un végétal ?

Un arbre

Un message pour les lecteurs·trices ?

Seul, on va plus vite. A plusieurs on va plus loin.

Par fne-writer
Le lundi 12 novembre 2018
Je relaie J'agis Je donne