Actualités

L’État doit mettre fin au braconnage dans la réserve naturelle de Baie de Canche

Les réserves naturelles nationales constituent un des outils les plus forts pour préserver notre patrimoine naturel. Seulement, dans la réserve naturelle nationale de la baie de Canche créée en 1987 et située près du Touquet dans le Pas-de-Calais, l'État autorise tacitement le braconnage. Face à l'inaction de la préfecture, les associations locales, soutenue par France Nature Environnement, appellent le président de la République à agir : cessons ce braconnage, préservons la biodiversité sur ces terres d'une grande richesse écologique.

Un braconnage qui dure depuis 30 ans

La réglementation de la réserve de la baie de Canche interdit notamment la pratique de la chasse. Or, le préfet refuse d’installer une signalisation précise des limites de cette réserve. L’absence du balisage du domaine public maritime inclus dans la réserve empêche ainsi les services de police de verbaliser les chasseurs qui braconnent au lieu-dit "la plage des Pauvres" en infraction avec la réglementation. Ce braconnage dure ainsi depuis 30 ans avec l’accord tacite de l’État qui ne fait pas respecter la loi.

La plage des Pauvres constitue un milieu d’une grande richesse écologique notamment pour les oiseaux migrateurs. Elle ne représente que 800 m de littoral alors que 190 km sont chassables en Hauts-de-France et que les chasseurs locaux disposent de 560 ha pour installer leurs huttes et hutteaux dans la baie soit plus que la superficie totale de la réserve (505 ha).

Une situation qui perdure malgré une condamnation

En mai 2017, le tribunal administratif a condamné le préfet pour avoir refusé le balisage de la réserve suite à un recours du Groupement pour la Défense de l’Environnement dans l’arrondissement de Montreuil-sur-Mer et du Pas-de-Calais (GDEAM-62), association membre de France Nature Environnement.

Alors qu’il s’agit simplement de faire respecter la loi, les chasseurs ont déjà obtenu « en compensation » que deux huttes de chasse soient déplacées alors qu’elles étaient situées dans la réserve et utilisées illégalement par les chasseurs depuis 28 ans. Ce déplacement s’est fait aux abords immédiats de la réserve ce qui ne règle pas le problème de la pression de chasse. Coût ? 100 000 € financé avec l'argent du contribuable.

Malgré cette condamnation, le balisage de la réserve naturelle n’a toujours pas été mis en place.

Un appel au président de la République pour un retour à l’État de droit

Face à cette situation, 6 associations de Hauts-de-France dont certaines de France Nature Environnement, ont écrit une lettre ouverte et ouvert une pétition au président de la République afin de lui demander d’agir pour un retour à l’État de droit dans cet espace dont la vocation est de préserver notre patrimoine naturel.

Vous aussi interpellez le président de la République

France Nature Environnement soutient cette démarche. Si cette situation vous choque aussi, interpellez le président de la République.

Interpeller sur Twitter

Interpeller sur Facebook

Par FNE
Le vendredi 27 avril 2018
Je relaie J'agis Je donne