Actualités

L’ours, l’or brun des Pyrénées

L’avenir du plantigrade dans nos montagnes est toujours compromis. Sa présence est pourtant compatible avec l’homme. Mieux encore : c’est une chance pour ces territoires.

© photo : FIEP

Avec des mâles qui mesurent un mètre au garrot et pèsent près de 150 kg, l’ours brun (Ursus arctos) est le plus grand mammifère terrestre présent en France. Il présente une silhouette massive, avec une tête portée basse et des oreilles dressées et rondes. L’ours a un pelage épais, de beige à brun foncé, et les oursons arborent une tâche claire sur leur poitrail. Son ouïe et son odorat sont performants et sa vision nocturne est assez bonne. Il se déplace en posant toute la plante du pied (d’où son appartenance à la catégorie des plantigrades) et laisse la marque de ses longues griffes sur le sol.

Plutôt solitaire hors période de rut, l’ours occupe un territoire dont la superficie varie selon son sexe et la saison. Il évolue dans différents types d’habitats, surtout situés entre 1300 et 1800 m d’altitude, allant des forêts aux vergers, en passant par les landes à myrtilles ou encore les pâtures. Son territoire recoupe ainsi celui de l’activité humaine en montagne.

Mâles cherchent femelles

Les chances de le croiser sont toutefois minces. Malgré des naissances plus nombreuses en 2014 et 2015, la population des Pyrénées reste très fragile. En France, elle compte 29 individus, dont 14 femelles, 11 mâles et 4 individus dont on ignore le sexe. À l’ouest du massif, deux mâles attendent désespérément des femelles qui empêcheront leur noyau de disparaître. Et la population centrale manque encore largement de diversité génétique, même si des ours plus jeunes commencent à participer à la reproduction.

Nés au cœur de l’hiver

Après un accouplement entre mai et juin, le développement de l’œuf se bloque pour ne reprendre qu’au début de l’hibernation. C’est donc entre janvier et février que la femelle donne le jour à un, deux ou trois petits pesant à peine 300 g. Aveugles et nus, ils restent blottis contre leur mère, ne faisant que dormir et téter. En avril ou en mai, la femelle et ses oursons quittent la tanière. Les petits resteront avec leur mère pendant plus d’un an. Pour ceux qui auront de la chance, car près d’un ourson sur deux meurt dans sa première année.

Un menu varié

Souvent vu comme un carnivore, l’ours est en réalité un omnivore opportuniste qui mange ce qu’il trouve en fonction des saisons : myrtilles, framboises, glands, faines, insectes... Au printemps et à l’automne, il complète son menu avec des cadavres d’animaux, sauvages ou domestiques ou attaque parfois quelques ovins, bien qu’il soit un piètre chasseur. Ces apports en viande sont nécessaires pour constituer ou reconstituer ses réserves de graisse, car de décembre à mars, l’ours dort. Il ne s’agit pas d’un sommeil profond : son métabolisme se met juste au ralenti et de temps en temps, il sort de sa tanière.

Une cohabitation possible

Le bétail ne représente qu’une part minime de son alimentation. Avec moins de 150 bêtes tuées par an, les attaques de l’ours contre les troupeaux ovins peu ou mal protégés sont toutefois une réalité. Ces pertes sont correctement indemnisées et les éleveurs bénéficient d’aides pour l’héliportage du matériel, le gardiennage, les chiens de protection ou l’amélioration des conditions de vie sur les estives (cabanes, téléphones...).

Héritées du temps où l’ours était présent sur tout le massif, les techniques pastorales traditionnelles, comme la défense du troupeau avec un Patou, le célèbre chien de protection, s’avèrent tout à fait compatibles avec un pastoralisme moderne et sont efficaces si elles sont généralisées. L’ours, amateur de miel, s’attaque parfois aux ruches. Là aussi, il existe des moyens de protection efficaces, par exemple en plantant des barrières électrifiées.

La pratique de la chasse sur son territoire est possible, à condition d’user de bon sens : identifier et éviter les zones de repos de l’ours, ses zones d’alimentation ou les secteurs fréquentés par des ourses accompagnées de leurs petits. Depuis la mort de l’ourse Cannelle en 2004 tuée par un chasseur, ces règles sont mieux définies et davantage suivies. La présence de l’ours oblige aussi à garantir des forêts diversifiées tant en âge qu’en essences forestières et à parfois en limiter l’accès.

Plaidoyer pour l’ours

Convaincues que la cohabitation est possible, France Nature Environnement et ses associations pyrénéennes œuvrent pour obtenir rapidement un plan de conservation. Outre le renforcement des deux populations, ce plan doit prévoir des mesures d’accompagnement au pastoralisme, en donnant aux éleveurs les moyens de valoriser leurs productions, grâce à l’image de l’ours. Pour peu que l’État ait du courage, ce dont il n’a pas su faire preuve ces dernières années. Protéger l’ours, témoin d’une nature préservée, c’est protéger les paysages pyrénéens, la faune et la flore sauvages. Mais c’est aussi un atout pour le développement économique des territoires. Alors, qu’attend‑on ?

Stéphanie MORELLE, chargée de mission biodiversité

Un fromage à patte

Fabriqué par des bergers transhumants dans les estives du Haut‑Béarn, le Pé Descaous, fromage fermier au lait cru de races locales (brebis, chèvre, vache ou mixte brebis‑vache), se reconnaît à son empreinte de patte d’ours. Créé il y a vingt ans à l’initiative du FIEP, Fonds d’intervention éco‑pastoral, ses ventes ne cessent d’augmenter depuis. 7 à 8 tonnes sont fabriquées chaque année par treize producteurs. Plus d’informations : fiep‑ours.com

Par FNE
Le lundi 11 juillet 2016
Je relaie J'agis Je donne