Actualités

La Fièvre de l’or rouge saigne la forêt malgache

Une exploitation massive de bois précieux est en cours à Madagascar dans les parcs de Marojejy et du Masoala où elle est en principe interdite. Leurs forêts primaires viennent pourtant d’être inscrites récemment au Patrimoine mondial de l’humanité par l’UNESCO. L’association les Naturalistes de Mayotte, affiliée à FNE, procède a un travail de veille, dans la région Océan Indien, relatif à la protection des forêts tropicales. Elle relaie depuis les débuts du conflit l’évolution de la situation à Madagascar grâce à des informateurs sur place.

La crise politique que Madagascar traverse depuis quelques mois a permis à des trafiquants organisés de piller les deux plus fameuses réserves protégées de Madagascar riches en Ebène et palissandre (le bois rouge), deux essences en voie de disparition sur l’île.
Depuis le début de l’année, plus de 1000 personnes ont parcouru le parc de Masoala pour rechercher les bois de rose et d’ébène, les abattre, les débiter en billes, les descendre à la rivière la plus proche et les acheminer par flottage jusqu’à l’embouchure. Là les billes sont chargées sur des boutres et débarquées de nuit sur les plages d’Antahala. Des camions les emmènent ensuite vers les dépôts des chefs trafiquants. Le bois est ensuite acheminé par conteneur en camion vers le port de Vohémar. Une fois, réglées les formalités douanières, il est embarqué à bord de navires à destination de la Chine pour plus de 90% de la production.
S’agissant du bois provenant du parc de Marojejy, les trafiquants ne s’y déplacent pas eux-mêmes car trop difficile d’accès. Ils envoient des collecteurs qui eux-mêmes recrutent des villageois en grand nombre originaires des villages avoisinants. Le collecteur se déplace, évalue le poids, fait abattre l’arbre par ses hommes et paye tout le monde sur le champ.

Face à ces filières illégales le gouvernement, qui a tardivement réagit, a bloqué dans le port de Vohémar 176 containers de ce bois précieux et réclamé une amende de 72 millions d’ariary à 13 opérateurs (2). Robin Débois est le pseudonyme d’un fervent pourfendeur du trafic de bois dans les deux parcs. Il est l’auteur de l’article dédié dans Univers Maoré, revue publiée par les Naturalistes de Mayotte : « Si nous avons gagné la bataille de Vohémar et sauvé ce qui reste du parc du Marojejy, la guerre n'est pas finie pour autant. La coupe continue de plus belle dans le Masoala et les bolabolistes, fous furieux après le gouvernement actuel, disent qu'ils attendent le prochain pour reprendre leurs exportations. D'ici-là, ils ne payent pas leurs amendes et refont leurs stocks. ».

Les Naturalistes de Mayotte et FNE rappellent que les impacts indirects de ce genre de trafic massif de bois illégal et qui plus est protégé, porte gravement atteinte à la biodiversité de Madagascar et engendre de profond bouleversements dans les communautés, sans parler des impacts sur l’économie locale.
D’après Michel Charpentier, président des NdM, « Il est temps que la communauté internationale régule ce genre d’infractions et que les pays émergeants prennent leur responsabilités. La pénalisation internationale des crimes contre l’environnement, pour utopiste qu’elle soit, pourrait favoriser une prise de conscience collective. Ainsi, l’une des trois valeurs fondamentales de la république malgache, le Tanindrazana (la terre des ancêtres), pourrait avantageusement être remplacé par un Taninjanaka, la terre de nos Enfants. »

(1) Termes malgache désignant une bille de bois précieux avant équarissage
(2) Voir dossier Bois illégal à Madagascar en ligne sur le site de FNE et la revue des Naturalistes de Mayotte, Univers Maoré n°13.
Par FNE.
Le mardi 15 septembre 2009
Je relaie J'agis Je donne