Bonnes pratiques

7 choses à savoir sur les labels alimentaires, le bio et l’environnement

Les labels alimentaires fleurissent sur les emballages mais savez-vous ce qu’ils signifient ? Lesquels sont officiels ? Que disent-ils et ne disent pas de leurs critères environnementaux ? Pour la #MissionAlimentation, France Nature Environnement revient sur 8 infos utiles sur les labels.

1. A connaître : les 7 labels alimentaires gérés par les pouvoirs publics

Connaissez-vous la liste des sept ? Oui, les sept labels français pouvant se targuer d’être gérés par les pouvoirs publics via l’Institut national de l’origine et de la qualité (INAO) ou la Commission nationale de certification environnementale (CNCE). Leur contrôle est assuré par les services de répression des fraudes ou par des organismes certificateurs indépendants, ce qui permet une évaluation neutre des pratiques en place.

Alors vous les avez ? Présentation de la liste des Signes officiels de qualité et d’origine (alias les SIQO).

Les labels officiels qui ne se préoccupent pas d’environnement :

- l’Appellation d’Origine Contrôlée (AOC) et l’Appellation d’Origine Protégée (AOP). Ils certifient de méthodes de production liées à un savoir-faire spécifique et d’un territoire délimité. Dans les cahiers des charges, les critères de respect de l’environnement sont très variables selon le produit : certains se montrent soucieux de l’environnement, d’autres catastrophiques.

- L’Indication Géographique Protégée (IGP) identifie pour sa part un produit dont « une étape au moins parmi la production, la transformation ou l’élaboration de ce produit doit avoir lieu dans cette aire géographique délimitée. ». Les critères environnementaux sont quasi-inexistants du cahier des charges.

- La Spécialité traditionnelle garantie (STG) n’est pas en lien avec une aire géographie mais plutôt un savoir-faire : la composition, des méthodes de fabrication ou de transformation sont fondées sur une tradition. Là encore, quasi rien pour garantir une prise en compte de critères environnementaux ou de bien-être animal.

- le Label Rouge quant à lui garantit une viande de qualité "supérieure" à son équivalent sur le marché. À toutes les étapes de la production et de l'élaboration, des tests de goût, d'odeur, de couleur, d'aspect, de consistance sont obligatoires. Seulement, les critères de bien-être animal sont peu ambitieux sauf pour un type de viande : la volaille.

Les deux labels officiels (et recommandés) pour protéger l’environnement

- le label Agriculture Biologique français et européen : c’est le seul label qui garantit l’absence d’engrais, de traitement chimique de synthèse ou d’OGM dans les méthodes de production agricole. Une présence, accidentelle ou inévitable, est limitée et fixée à 0,9% pour les OGM. Les produits transformés labellisés Agriculture Biologique doivent contenir au moins 95 % de produits agricoles bio.

- la certification Haute Valeur Environnementale signifie que le produit est issu d’une exploitation agricole certifiée de « Haute Valeur Environnementale » dans laquelle l’agro-écologie est de mise. Le label encourage la réduction de consommation de pesticides, d’engrais, d’antibiotiques ou encore d’eau d’irrigation tout en s’assurant que l’exploitation accueillepossède des haies, bandes enherbées, arbres, fleurs, insectes… qui permettent d’accueillir la biodiversité.

2. Le label agriculture biologique français ne garantit pas une production française.

Depuis le 1er janvier 2009, le cahier des charges du label agriculture biologique français s’est aligné sur le label agriculture biologique européen, moins exigeant que l’ancien label agriculture biologique français. Les deux sont donc identiques… et ne témoignent même pas d’une différence géographique.

En effet, en 2018, 41 % des produits bio avec le label français ont été importés1… et ne sont donc pas cultivés ou produits en France. Néanmoins, des règles d’importation existent afin de juger si les règles de l’agriculture biologique du pays exportateur sont jugées équivalentes au règlement bio européen. C’est aussi grâce à ce système que 76 % des produits équitables sont labellisés bio. Pour connaître l’origine géographique du produit, il faut donc chercher sur l’étiquette.

3. Obtenir le label Agriculture Biologique pour un agriculteur est une dépense en plus.

Un agriculteur labellisé Agriculture Biologique doit payer chaque année entre 300 et 1200 euros. Ce montant varie selon le type de productions et la taille de l'exploitation. C’est en effet le montant du contrôle annuel réalisé par les organismes certificateurs en bio et ce prix est parfois dissuasif pour les petits agriculteurs même si certaines régions remboursent tout ou partie la certification pour ce label.

Alors n’hésitez pas à aller à l’encontre des agriculteurs près de chez vous qui, même s’ils ne sont pas labellisés, peuvent avoir des pratiques très respectueuses de l’environnement.

4. Serres chauffées, nitrite… le bio n’est pas toujours tout beau

Tout n’est pas toujours tout rose dans le bio et des discussions ont lieu au sein de la filière pour faire monter en gamme le cahier des charges.

Exemple : les tomates bio cultivées sous serre. Ces serres chauffées sont encore autorisées en bio alors qu’elles émettent 7 fois plus de gaz à effet de serre qu’une tomate produite en saison à l’air libre1. Pour éviter cela… mangez des tomates quand c’est la saison.

Autre constat : l’ajout de nitrite de sodium sur la viande bio n’est pas interdit. Or, si le nitrite offre une couleur très vendeuse à la viande, cet additif est aussi soupçonné d’avoir un rôle dans le développement du cancer du côlon.

Des bonnes raisons pour ne pas se mettre au bio ? Pas vraiment. Car malgré des nuances et cas particuliers, le bilan global de l’agriculture biologique reste bien plus positif pour votre santé et l’environnement que l’agriculture conventionnelle. Cela peut par contre vous inciter à aller voir des labels… plus ambitieux.

5. Bio Cohérence, exemple de certifications plus ambitieuse que le label Agriculture Biologique.

Certaines certifications se sont ajoutées au label Agriculture Biologique pour aller encore plus loin dans la préservation de l’environnement. France Nature Environnement soutient leur démarche.

C ’est par exemple le cas de la certification Bio Cohérence, livrée si et seulement si le produit est d’ores et déjà labellisé Agriculture Biologique. Son exigence plus ambitieuse porte sur un produit transformé nécessairement 100 % biologique et l’absence de contamination par les OGM.

Autre atout : son aspect social. Vous ne trouverez pas les produits Bio Cohérence en supermarchés par choix d’une meilleure rémunération des agriculteurs.

6. Le label Agriculture Biologique : un label exigeant pour le bien-être animal

Si se tourner vers des labels respectueux de l’environnement est un parcours du combattant, se tourner vers ceux qui soutiennent le bien-être animal l’est également. Pourtant l’urgence est là avec des chiffres marquants rien qu’en France :

En plus de nuire au bien-être des animaux, l’élevage industriel a des impacts sur l’environnement et sur notre santé. Il génère une grande quantité de gaz à effet de serre avec, par exemple, l’importation d’une grande part des aliments donnés tels que le soja. L’élevage industriel est aussi à l’origine de pollution massive comme le témoignent les algues vertes, antibiotiques fréquents…).

Encore une fois le Label Agriculture Biologique est en tête de liste avec :

7. D’autres mentions existent pour soutenir de meilleures conditions d’élevage.

Le Label Rouge ne permet pas de garantir à lui tout seul de meilleures conditions d’élevage… Sauf pour la volaille. Alors, pour vos canards, vos blancs de dinde ou cuisses de poulet, misez sur le Label Rouge.

Et pour le bœuf, le porc et les autres animaux ? La mention Label Rouge seule ne suffit pas. Découvrez le guide responsable précieusement rédigé par les expert.es du CIWF. Celui-ci vous permettra de vous dépatouiller dans le capharnaüm des mentions qui soutiennent de meilleures conditions d’élevages.

#MissionAlimentation : devenez un as de l’alimentation durable

Parce que le contenu de notre assiette a d'immenses répercussions sur la biodiversité, le climat, les océans, les déchets ou encore notre santé, relevez les petits défis que l'on vous a concoctés et rejoignez la #MissionAlimentation

Pour cela, une seule méthode, signez ce manifeste

Je signe

1 Chiffres de l’Agence Bio, 2018
2 FoodGES, ADEME
3 Chiffres de l’Agence Bio, 2018
Crédit photo : Raysonho @ Open Grid Scheduler / Grid Engine
Par FNE
Le vendredi 13 septembre 2019
Je relaie J'agis Je donne