Actualités

Le retrait du soutien financier de l'État à l'IPHB était bien justifié

Le 24 mars 2009, le Tribunal Administratif de Pau a rejeté la requête du Syndicat Mixte du Haut Béarn contre la décision en date du 31 juillet 2006 de non-renouvellement de la participation financière du ministère de l’Écologie, du Développement et de l’Aménagement Durable à la charte de développement durable des vallées béarnaises et de protection de l'ours, portée par l’Institution Patrimoniale du Haut-Béarn (IPHB).




Il a suivi en cela les conclusions du rapporteur public estimant que l'attitude de l'IPHB et sa « faible efficacité concrète » étaient de nature à justifier le retrait de l'État, au nom de « l'intérêt général ». Le rapporteur visait ici notamment les propos tenus par Jean Lassalle à la suite de la décision de Serge Lepeltier de janvier 2005 de réintroduire quinze ours, et l'absence de lâchers de la part de l'IPHB qui avait lui même proposé en 1996-1997 l'introduction d'un, puis de deux ours et reçu l'accord du ministère pour ce faire en 1999. Suite à la décision ministérielle, l'IPHB a de plus décidé d'interrompre ses travaux et n'est jamais revenue sur sa position, quand bien même le ministère réorientait ce plan en le réduisant à cinq ours, dont deux en Haut-Béarn (ce qui correspond à la proposition de l'IPHB lui-même). Le bilan coût/efficacité défavorable à l'IPHB justifie ainsi pleinement le retrait du financement d'État. La justice confirme ainsi l'échec de la politique menée par l'IPHB et appelle à un vrai travail collectif de préservation de l'espèce dans les Pyrénées.
Par FNE.
Le jeudi 09 avril 2009
Je relaie J'agis Je donne