Bonnes pratiques

Ôde à la coupe menstruelle

Avez-vous une petite idée du nombre de tampons et serviettes qui rejoignent les entrailles de la Terre chaque année ? Il existe pourtant une alternative simple, pratique, économique, écologique et hygiénique à ces produits jetables.

Combien de serviettes hygiéniques sont jetées chaque année sur Terre ?

Chaque seconde, 1447 serviettes hygiéniques sont jetées, soient 45 milliards de serviettes hygiéniques chaque année (chiffre Natracare). En les mettant bout à bout, on pourrait faire 23 fois le trajet entre la Terre et la Lune. Et ce chiffre ne tient pas compte des tampons qui, eux aussi, mettent en moyenne 500 ans à se décomposer. Jetés dans la cuvette, ils passent dans le réseau d’eau et exigent un traitement. A la poubelle, tampons ou serviettes finissent incinérés ou en décharge, causant, dans tous les cas, des dommages à l'environnement.

Des protections peu naturelles

Blancheur virginale et parfum de printemps des serviettes et tampons cachent une composition bien loin d’être naturelle. Les fabricants n'ont aucune obligation concernant leur composition : aluminium, hydrocarbures, alcools, additifs de parfum, résidus de dioxine y sont retrouvés d’après le réseau Canadien pour la santé des femmes. En contact direct avec les parties intimes, ces substances nuisent à la santé des femmes. L’amputation d’une mannequin américaine en 2012 à cause de l'utilisation de tampon en est un exemple, certes rare, mais particulièrement frappant. Moins spectaculaire mais tout de même bien gênant, en France, 8 millions de femmes souffrent d'irritations intimes. Écologique, plus respectueuse de la flore vaginale, pratique et économique, il y a donc bien des arguments pour passer à la coupe menstruelle.


Au revoir serviettes et tampons, bonjour coupe menstruelle

Il faut vous l'avouer, de grandes militantes pro-coupes menstruelles sillonnent les bureaux de France Nature Environnement. Et si le sujet fait glousser, la coupe a tous les atouts pour devenir l'amie la plus fidèle et infaillible des journées rouges. La coupe, ou cup, est une petite cloche qui recueille le flux menstruel et équipée d’une tige permettant son retrait. Elle est généralement en silicone de qualité médicale ou en latex et reste en place sans tracas pendant douze heures d’affilée. Une journée tranquille en perspective donc. Bien choisie, c'est un rempart infaillible contre les fuites et elle peut être disposée avant l'arrivée des règles. Et puisque le sang n'est plus en contact avec l'air, il ne s'oxyde pas : exit les odeurs gênantes. Vendue entre 15 et 30 euros, la durée de vie d’une cup se compte en années. C’est donc une belle économie mais aussi un grand service rendu à la nature. Sa composition évite les irritations et autres désagréments. Bref, la tester, c'est l'adopter. L'objet demande juste une légère organisation quand il s’agit de la vider car il faut la rincer. Il faut donc penser à emporter par exemple une bouteille d'eau aux toilettes si aucun robinet n'y est présent. Mais parole de cupeuse, pas de quoi paniquer comparé à ses bénéfices.

Comment ça, ma cup aide le climat ?!

Une serviette ou un tampon, ce sont des ressources extraites dans la nature, du transport jusqu'à l'usine, de l'énergie, de l'eau, des produits parfois toxiques pour sa fabrication, puis encore du transport jusqu'aux divers dépôts, commerces, habitats, puis son utilisation et sa fin de vie. Bien des pollutions en découlent : émissions de gaz à effet de serre, exploitation et pollution d'eau et des milieux naturels, utilisation de produits toxiques polluants... La logique est aisée à comprendre : quand une serviette ou un tampon, fabriqué à partir de coton dont la production est gourmande en eau, ni réutilisable, ni recyclable, n’est utilisé que quelques heures, la coupe, elle, présente un bilan carbone bien moindre avec une durée de vie de plusieurs années, des tonnes de déchets évités et la possibilité d'être recyclée. C’est donc sur tous les plans que la cup assure.

 
 

A l’occasion de la campagne Refaisons le Climat, les bénévoles de France Nature Environnement font chaque jour gagner aux festivalières des Eurockéennes de Belfort, des Vieilles Charrues et de Rock-en-Seine des coupes menstruelles. Pour participer au tournoi de la Cup21, il suffit de donner la meilleure estimation chiffrée à la question du jour. Rendez-vous dès demain sur le stand FNE pour gagner votre coupe et sur notre site et notre page Facebook pour en savoir plus sur ce fameux chiffre.
Par FNE.
Le jeudi 02 juillet 2015
Je relaie J'agis Je donne