Education & sensibilisation

Michel Galliot "Il faut continuer encore et encore à informer, éduquer, mobiliser"

Michel Galliot est le président de Limousin Nature Environnement. Après une longue carrière en tant qu'ingénieur de météorologie, il continue aujourd'hui de transmettre ses connaissances pour informer et sensibiliser enfants et adultes sur le changement climatique.

Qui es-tu ? Que fais-tu ?

Ingénieur de la météorologie à la retraite, j'ai repris un engagement bénévole à Limousin Nature Environnement (LNE) en 2013 comme président. LNE gère un centre d'animation à la nature qui accueille de nombreuses classes. En parallèle, en tant qu'expert du changement climatique, je réalise de nombreuses interventions sur ce sujet, en particulier en milieu scolaire, des écoles primaires aux lycées.

 

Pour toi, l'éducation et la sensibilisation à l'environnement et à la nature c'est quoi ? Qu’est-ce qui t’a amené à te tourner vers ce domaine ?

On ne protège bien que ce que l'on connaît bien. Eduquer, sensibiliser, est donc indispensable. Nous avons tous un impact, faible ou important, sur notre environnement. Tous les âges de la vie, de l'enfance au quatrième âge sont donc concernés et nos messages, nos actions doivent s'adapter à tous les publics. En tant que météorologue, métier souvent critiqué, j'ai dû faire de la pédagogie, expliquer la différence entre la science et la croyance populaire.

Sur quoi travailles-tu en ce moment ?

Avec LNE, je prépare un outil pour défaire les fausses nouvelles sur le changement climatique et les énergies renouvelables. Qu'elles soient volontaires ou par manque de connaissance, elle empêchent les actions d'envergure pour limiter nos émissions de gaz à effet de serre.

De quel projet es-tu particulièrement fier ?

L'opération Zéro pesticides, pilotée en Haute-Vienne par LNE, permet de sensibiliser les élus et les citoyens aux conséquences de ces produits sur la biodiversité.

Si tu pouvais faire 3 vœux pour l'éducation à l'environnement ?

J'aimerais que l'éducation à l'environnement ait plus de soutien de l'Education Nationale. Elle pourrait aussi être un axe prioritaire des dispositifs d'aide à l'emploi. En dernier lieu, sa place devrait être plus importante dans les grands médias.

Ton plus beau souvenir ?

A titre professionnel, j'ai pu séjourner aux îles Kerguelen, mon rêve d'enfance, et en Terre Adélie. J'y ai vu une nature extraordinaire avec une biodiversité riche malgré des conditions défavorables à la vie. Mais j'y ai aussi vu les modifications liées à la présence humaine.

Si tu étais un autre animal ?

Un albatros hurleur

Si tu étais un végétal ?

Un chêne

Un message pour les lecteurs·trices ?

C'est parfois décourageant de se battre pour conserver un environnement riche pour nos petits enfants. Mais malgré le pessimisme face à un système qui refuse d'abandonner le profit individuel pour l'intérêt général, il faut continuer encore et encore à informer, éduquer, mobiliser. Toutes nos actions sont utiles même les plus petites. Ne lâchons rien !

Par fne-writer
Le jeudi 09 mai 2019
Je relaie J'agis Je donne