Actualités

Mise en péril d’espèces protégées : FNE assigne EDF Energies Nouvelles

Alors que les cadavres d’un oiseau rare et protégé, le Faucon Crécerellette, s’accumulent au pied des éoliennes de son parc du Causse d’Aumelas, l’entreprise ne prend aucune mesure pour limiter cette mortalité.

Au cœur de l’Hérault, à quelques kilomètres à l’Ouest de Montpellier, se trouve le causse d’Aumelas, vaste vallon couvert de garrigue et ponctué d’escarpements rocheux. Cet espace naturel à la beauté à couper le souffle est un lieu privilégié du développement pour l’alimentation et la reproduction d’oiseaux parmi les plus remarquables de l’avifaune française.

Ainsi du faucon crécerellette, rapace à la tête gris clair, devenu très rare en Europe. Le causse d’Aumelas est une zone de chasse pour cet oiseau, qui vole au ras du sol avant de fondre sur sa proie. Sa rareté fait que le faucon crécerellette est une espèce protégée, classée vulnérable au plan national, et dont la destruction est strictement interdite par les dispositions du Code de l’Environnement et un arrêté ministériel de 2009.

Mais dans le causse d’Aumelas, le faucon n’est pas seul : c’est en effet le lieu d’installation d’un important parc éolien de trente-et-un aérogénérateurs, dont le gestionnaire est EDF Energies Nouvelles. Or, les faucons qui se déplacent dans la zone courent le risque de heurter mortellement les machines.

Une centaine d’oiseaux tués depuis 2012, dans le plus grand silence

C’est ainsi près de 30 cadavres de faucons crécerellettes qui ont été retrouvés au pied des éoliennes depuis 2012. Ce chiffre n’est cependant pas représentatif du vrai nombre de spécimens détruits par les éoliennes, que les estimations placent à… plus de 100.

En tant qu’espèce protégée, la destruction de ces oiseaux est une infraction pénale, passible d’une condamnation, sauf à avoir sollicité et obtenu un arrêté de dérogation conformément aux dispositions du Code de l’environnement. 

Cependant, bien qu’ils aient été parfaitement informés de la situation, les gestionnaires du parc éolien, ainsi que les sociétés propriétaires, n’ont rien fait pour renverser la vapeur : si un système d’effarouchement des oiseaux a été mis en place, ce n’est que tardivement, et il s’est avéré inefficace.

Une volonté délibérée de ne pas assumer leurs responsabilités

Surtout, malgré les destructions des spécimens avérées depuis 2011 et l’avis de l’Autorité Environnementale, les gestionnaires et propriétaires des éoliennes n’ont jamais tenté de remédier sérieusement à la situation, ni entamé une procédure de sollicitation de dérogation aux interdictions de destruction d’espèces protégées. Ils ont donc causé, et continuent à causer aujourd’hui, la mort d’animaux d’une espèce protégée, de manière parfaitement intentionnelle. 

C’est pour dénoncer cette situation d’illégalité intolérable que France Nature Environnement, avec l’aide de sa fédération régionale FNE Languedoc Roussillon, a décidé d’assigner le gestionnaire EDF Energies Nouvelles ainsi que les sociétés propriétaires des éoliennes, devant le Tribunal de Grande Instance de Nanterre, afin d’obtenir réparation du préjudice subi au titre de la destruction de plus d’une centaine de faucons crécerellettes.

Si FNE n’est absolument pas opposée au développement de l’industrie éolienne, celui-ci ne doit cependant pas se faire au détriment des habitats naturels, ni au prix de la méconnaissance de nos règles environnementales.

Visitez le site internet de FNE Languedoc Roussillon

Par fne-writer
Le vendredi 04 août 2017
Je relaie J'agis Je donne