Bonnes pratiques

Restaurer des espaces naturels : l'exemple de deux sites Natura 2000 dans l’Essonne

Préserver un espace naturel dépendant d’une pratique agricole disparue d’un secteur n’est pas une tâche facile, surtout en Île-de-France. Mais les deux sites Natura 2000 « Pelouses calcaires du Gâtinais » et « Pelouses calcaires de la haute vallée de la Juine », en sont de bons exemples. Sur ces deux sites, animés par l’association NaturEssonne, membre du mouvement FNE, depuis 2005, les parcelles gérées dans le cadre de Natura 2000 ont vu leur diversité végétale augmenter.

Natura 2000 : un cadre pour agir

Les sites « Pelouses calcaires du Gâtinais » et « Pelouses calcaires de la haute vallée de la Juine » ont été intégrés au réseau Natura 2000 afin de préserver les pelouses calcicoles (formation herbacée sur roche-mère calcaire), habitat en forte régression à l’échelle européenne. Par le passé, ces pelouses étaient maintenues par le pastoralisme, pratique agricole quasiment disparue du secteur. Cette affectation a permis la mise en place de plusieurs outils et partenariats pour restaurer et entretenir ces habitats naturels d’intérêt communautaire, et ainsi permettre le retour d’espèces végétales spécifiques aux pelouses calcicoles.

Gérer les espaces naturels pour les préserver

Outil phare spécifique à Natura 2000, le contrat Natura 2000 permet aux propriétaires volontaires d’agir concrètement pour la préservation des habitats et/ou espèces d’intérêt communautaire par la mise en place de travaux de gestion financés jusqu’à 100%.

Sur les 2 sites de l’Essonne, 13 contrats Natura 2000 dont 4 de pâturages ovins ont été établis avec des propriétaires privés ou publics afin de permettre la gestion des pelouses calcicoles. Pour tous ces contrats, la gestion a été réalisée par des prestataires locaux.

Depuis 2011, 4 contrats Natura 2000 ont été signés sur les pelouses calcaires du Gâtinais par un propriétaire privé permettant la gestion de 30 hectares de pelouses calcicoles par action mécanique et l’installation de barrières et panneaux pédagogiques.

En 2012, l’association Pro Natura Île-de-France s’est engagée dans un contrat Natura 2000 de pâturage, avec pour prestataire un éleveur local démarrant une activité d’élevage ovin, ouvrant ainsi la voie à un retour au pâturage. Cette pratique permettait historiquement d'entretenir les pelouses calcicoles. Aujourd’hui, ce pâturage se poursuit et a été étendu sur 2 autres parcelles et d’autres contrats sont en cours de montage. Le retour d’une activité d’élevage ovin dans ces secteurs serait à long terme le garant de la préservation des pelouses calcicoles.

Des partenariats pour renforcer la gestion

Afin de contribuer à la préservation de parcelles pour lesquelles les propriétaires ne souhaitent pas s’engager dans un contrat Natura 2000, ou pour compléter la gestion par un contrat Natura 2000, NaturEssonne a développé une dynamique de « chantiers nature ». Ceux-ci sont majoritairement réalisés par des bénévoles de l’association sous l’encadrement de l’animateur Natura 2000.

De plus, des partenariats ont été mis en place avec deux établissements scolaires de la région afin de contribuer à la formation professionnelle d’étudiants dans le cadre de la gestion de milieux naturels : La Salle Igny Saint Nicolas depuis 2010 et TECOMAH depuis 2014. Des partenariats sont également établis de manière ponctuelle avec les communes et associations locales afin de mobiliser les habitants.

Un bilan plutôt positif

Des suivis scientifiques permettent de vérifier l’efficacité des actions de gestion menées. Globalement, ceux-ci ont montré que les parcelles gérées retrouvent au fil des années une diversité spécifique végétale plus riche, avec des espèces typiques des pelouses calcicoles. Par exemple, sur une partie de la parcelle de Pro Natura Île-de-France gérée par pâturage depuis 2012 et par des chantiers nature, le nombre d’espèce végétale a augmenté passant de 98 espèces en 2013 à 140 en 2016, avec l’apparition d’espèces liées aux pelouses calcicoles comme le Bupleurum falcatum ou le Cirsium acaule. Des chiffres prometteurs, qui illustrent l’efficacité des actions de restauration et d’entretien menées avec les différents acteurs du territoire sur ces sites Natura 2000.

Par FNE
Le dimanche 18 juin 2017
Je relaie J'agis Je donne