Actualités

Sivens : les intimidations doivent cesser

Le conseil général du Tarn a annoncé qu’il décidera de l’avenir d’une retenue hydraulique demain, le 6 mars. Depuis que Ségolène Royal a déclaré que le projet initial était abandonné, les tensions ont été ravivées, les pro-barrages s’organisant alors en milice. Blocage de route, épandage de lisier, violences physiques et matérielles, menaces, « claque à la journée mondiale des zones humides » ont alors été mis en place par ces milices, entraînant une escalade des violences. Mais cette semaine, un nouveau pallier a été franchi.

Réaction irresponsable d'organisations syndicales

Depuis lundi 2 mars, les fédérations départementales de la FNSEA ainsi que le syndicat agricole des Jeunes agriculteurs (JA) ont organisé un blocus pour empêcher tout ravitaillement sur le site du Testet. Des cars sont venus d’autres départements afin d’assurer le blocage et vérifier qu’aucune voiture n’apporte de l’aide aux occupants du site. Mercredi, un convoi humanitaire était organisé pour ravitailler ces derniers. Dans un premier temps bloqué par les forces de l’ordre dans le centre-ville de Gaillac, ville la plus proche du Testet, c’est finalement le maire de la ville qui a décidé, le soir, d’apporter ces vivres aux occupants du site.

Cette réaction des sections départementales de la FNSEA et des JA est une attitude clairement irresponsable, qui envenime la situation et s’avère être en complète contradiction avec le processus de dialogue entamé par la ministre de l’écologie. Ce dialogue est la seule voie de sortie. Après ces trop nombreux débordements durant toute la semaine, c’est seulement jeudi que le président de la FNSEA, Xavier Beulin a rappelé que "Ce n'est pas aux agriculteurs de faire évacuer la zone".

Force de l’ordre : une inégalité de traitement

Aucune interpellation de pro-barrage malgré les violences et les dégradations. La réponse policière face aux milices pro-barrage et aux zadistes et manifestants semble bien inégale. A titre d’exemple, le 10 février une sexagénaire, déclarée neutre afin de ne s’attirer aucun ennui, est un jour venue en aide à un zadiste poursuivi par une milice : "Je venais de quitter mon domicile pour me rendre à Gaillac lorsque j'ai aperçu un premier groupe d'hommes qui semblait assez agressifs. Après les avoir dépassés, j'ai vu devant eux, une personne seule. Manifestement, le marcheur allait se faire mettre à mal par le groupe derrière lui. C'est la raison pour laquelle je me suis arrêté à sa hauteur pour le faire monter. Sinon, c'était non-assistance à personne en danger." En guise de représailles, son véhicule a été retourné explique-t-elle à La dépêche du midi.

Quelques jours plus tôt, le 1er février, alors que les opposants au barrage organisaient des activités naturalistes, les milices ont voulu « mettre une giffle à la journée mondiale des zones humides ». De nombreux débordements ont eu lieu. Un maire victime de menaces verbales et physiques et de dégradations matérielles, s’étonne, dans son témoignage, de la réaction des forces de l’ordre : « Les gendarmes sont intervenus sans désarmer ces hommes. Sous prétexte d’une agression sur un pro barrage (fait à démontrer...) les gendarmes ont tenté de pénétrer à l’intérieur d’un appartement privé où se tenait une réunion. » Des exemples parmi d’autres qui laissent craindre un certain laxisme des forces de l’ordre.

Comment a-t-on pu en arriver là ?

Depuis plus de deux ans, les associations dénoncent l’illégalité du projet, les irrégularités dans le dossier, la consultation publique bafouée ou encore la non prise en compte des nombreuses expertises ayant remis un avis défavorable (cf notre dossier Sivens). Pour obtenir un début de processus de dialogue, des opposants au projet sont allé jusqu’à mener une grève de la faim. Mais rien n’y a fait. C’est la mort de Rémi Fraisse, sous une grenade offensive envoyée par des forces de l’ordre ayant reçu des consignes d’ « extrême fermeté » qui a incité les pouvoirs publics à ouvrir cette fenêtre de discussion. Un mois plus tard, l’Europe rejoignait certains constats des associations en rappelant à l’ordre la France : le projet, dans ses dispositions, s’avérait illégal.

Qu’attendons-nous ?

Depuis deux ans, nous souhaitons être entendu dans les discussions sans succès. La stratégie de l’intimidation menée ces derniers temps par des pro-barrages ne doit pas précipiter une décision qui aurait dû, depuis le début, être discutée avec l’ensemble des parties prenantes.

Les études apportées par la CACG, promoteur du projet, a été jugée « de qualité très moyenne » par les experts appelés par le ministère de l’Écologie. La première expertise du ministère rappelant que dans les études de la CACG, il y avait « surestimation des besoins», nous demandons qu’une étude indépendante les détermine et évalue la capacité des installations existantes. Le barrage initial étant toujours, dans les papiers, prévu "Nous attendons toujours de l’Etat, et en l’occurrence du Préfet du Tarn, qu’il abroge son arrêté autorisant le barrage" rappelle également Benoît Hartmann, porte-parole de notre fédération. La Fédération, pacifiste depuis ses origines, considère que seul un vrai processus de dialogue, prenant en compte tous les avis, permettra de sortir de cette situation conflictuelle

Par FNE.
Le jeudi 05 mars 2015
Je relaie J'agis Je donne