Europe & international

TAFTA : de bonnes nouvelles ?

Des signaux encourageants, mais encore loin d'être suffisants : c'est ce que l'on peut retenir des dernières déclarations de l'Elysée à propos du TAFTA, le grand marché transatlantique.

© photo : Stop TTIP

Hollande : « la France dit non »… « à ce stade »

A l’occasion du 80e anniversaire du Front populaire et en clôture du colloque « La gauche au pouvoir » François Hollande a tenu à s'exprimer sur le TAFTA. « A ce stade » des négociations, « la France dit non » au traité a-t-il annoncé, car « nous ne sommes pas pour le libre-échange sans règle ».

« Jamais nous n’accepterons la mise en cause des principes essentiels pour notre agriculture, notre culture, pour la réciprocité pour l’accès aux marchés publics », a-t-il déclaré. "Nous avons posé des principes dans le cadre des négociations commerciales internationales. Je pense aux normes sanitaires, alimentaires, sociales, culturelles, environnementales", a ajouté le chef de l’État.

Matthias Felk : l'arrêt des négociations "l'option la plus probable"

A ces propos s'ajoutent ceux du secrétaire d'Etat chargé du Commerce extérieur Matthias Fekl, ce mardi matin au micro d'Europe 1. Il a affirmé que l'arrêt des négociations sur le traité de libre-échange transatlantique est aujourd'hui "l'option la plus probable", en raison de "l'état d'esprit des Etats-Unis".

"Il ne peut pas y avoir d'accord sans la France, et encore moins contre la France" a-t-il martelé avant de conclure "Nous en sommes là : dans des négociations qui sont totalement bloquées".

Encourageant mais pourquoi ces pincettes ? Et quid du CETA ?

France Nature Environnement se félicite qu'enfin, la mise en lumière par de nombreuses organisations des aberrations de ce traité soit (enfin!) admise. Seulement, une « option », « probable », un non « à ce stade »... les termes utilisés cachent difficilement de bien grandes précautions. La porte de sortie n'est pas loin...

En somme, comme toutes les millions de citoyens européens mobilisés contre le TAFTA, France Nature Environnement attend le seul engagement concret du gouvernement français : le rejet sans condition du projet de TAFTA et du CETA.

Pour rappel, le CETA est un traité de libre échange avec le Canada qui comporte de nombreuses dispositions hautement décriées dans le cadre du TAFTA. Il est discuté le 13 mai par le Conseil européen.

Par FNE
Le mardi 03 mai 2016
Je relaie J'agis Je donne