Bonnes pratiques

Vingt-quatre heures sans déchet

Plongez dans le quotidien de Florentine, une trentenaire qui a sorti les poubelles… de sa vie. Une démarche qu'elle a entreprise pas à pas.

8 h – Réveil sans déchet

Je file sous la douche. J’utilise un savon acheté sans emballage et fabriqué près de chez moi.  Pour les cheveux, j’ai un shampoing solide, un autre liquide, achetés tous deux dans la même boutique, Ô bocal, à Nantes, où je vis. Là-bas, j’ai rempli directement mon flacon. Je n’ai pas encore testé le « NoPoo » - la vie sans shampoing -  mais j’y songe…

Je prépare mon café, acheté en vrac et moulu sur place à la boutique. Je le fais dans une cafetière à piston, comme ça, pas de filtre, ni de dosettes ! Juste du marc de café qui part ensuite au lombricomposteur. Pour le thé idem, il est acheté en vrac et j’utilise soit une boule à thé, soit une théière équipée d’un filtre. Et une fois ma tasse vidée, le thé part lui aussi au compost.

Se passer de vaisselle jetable, avoir toujours un sac sur soi : de petites habitudes faciles à adopter pour limiter ses déchets !

L’idée d’une vie sans déchet ne m’est pas venue comme ça. C’est une démarche que j’ai entreprise il y a une dizaine d’années, d’abord en limitant les déchets, puis en essayant vraiment le Zéro déchet. La quantité de déchets qu’on génère me semble ahurissante, et à mes yeux, c’est un domaine où il est relativement facile de prendre des petites mesures, à titre individuel : se passer de vaisselle jetable, opter pour le vrac, avoir toujours une gourde et un sac réutilisable sur soi.... 

9 h - Au boulot ! 

Mon ordinateur est un ordinateur d’occasion, acheté aux Ateliers du Bocage, une entreprise d’insertion membre d’Emmaüs. Mon téléphone est aussi de seconde main, c’est un ami qui me l’a offert. J’envisage de le donner à mon tour à une autre personne, pour acheter un téléphone portable entièrement démontable et réparable, un Fairphone

11 h -  Pause brocante

Je profite d’un temps mort pour reprendre mes recherches. Je suis en quête de Sherlock Holmes, un jeu de société bien précis. Je n’ai pas encore réussi à le trouver d’occasion, mais je n’abandonne pas ! D’ailleurs, n’hésitez pas à me contacter si vous souhaitez vous séparer du vôtre.

Parfois, il faut savoir être patient, mais cela permet aussi d’affiner son choix et d’éviter des achats compulsifs. Les semaines passent et parfois on se rend compte que l’on n’a plus besoin de cet objet, ou bien on trouve une autre solution.

En achetant d’occasion, je n’alimente pas la chaîne de fabrication de produits neufs (un produit neuf vendu = un nouveau produit fabriqué et mis sur le marché). C’est un principe que j’applique pour quasiment tous les produits que je souhaite acquérir : vêtements (vive les dépôts-vente et les vide-dressing !), hi-fi, électro-ménager, vaisselle. Mes dernières trouvailles : un blender solide et réparable (trouvé sur Le Bon coin), un cadre photos et des boules de pétanque (dénichés lors d’un vide-grenier), et de la vaisselle (chinée dans une ressourcerie).

 

 

 

12 h 30 - A table !

A vos tabliers, le livret de recettes anti-gaspillage de France Nature EnvironnementA midi, je n’ai pas trop de temps devant moi, je vais me réchauffer les restes d’hier soir. Chouette, on n’a pas fini le gâteau des prés, une recette que mon cher et tendre a trouvé dans le livret anti-gaspillage de FNE. J’achète quasiment tous mes produits alimentaires en vrac, toujours dans la même boutique : fruits et légumes, céréales (riz, pâtes, semoule, etc.), légumineuses (lentilles, pois cassés, etc.), farine, sucre, céréales du matin, chocolat en palets et en pépites, sel, poivre, épices, thé, café, etc.

J’apporte mes propres contenants pour les remplir directement : soit des bocaux (et hop, direct sur l’étagère de la cuisine en rentrant !), soit des sacs en tissu léger destinés à l’achat en vrac. Fini les sacs en plastique ou en kraft, qui même s’ils sont réutilisables, sont peu durables. Et j’ai bien sûr mon propre cabas ou sac à dos pour tout transporter. Chez moi, je les stocke dans des bocaux en verre. En plus, en regardant mes bocaux, j’ai des idées de recettes et je sais ce qu’il me reste (pour aller faire les courses).

Quand je ne peux pas acheter en vrac, je choisis des produits dans des bocaux en verre. Puisqu'ils ne sont pas consignés (hélas !), une fois vidés, je les lave soigneusement et je les donne à ma boutique préférée. Elle les propose gratuitement aux clients qui sont venus sans contenant. Et si, par manque de chance, l’objet de mes désirs n’est pas proposé en bocal, je privilégie les emballages recyclables et ceux qui produisent le moins de déchets.

J’utilise du produit vaisselle acheté en vrac toujours dans la même boutique, où j’ai pu remplir directement mon flacon réutilisable. Et en guise d’éponge, j’ai adopté les éponges japonaises tawashi : en plus d’être durables et lavables, elles sont jolies et tricotées à la main par des Nantaises ! Les doigts de fée peuvent s’y essayer par là

13 h 30 – Jour de lessive

Avant de reprendre le travail, je lance une machine. Depuis plusieurs années, je fabrique ma lessive moi-même avec des copeaux de savon de Marseille, des cristaux de soude, du bicarbonate de soude et de l’huile essentielle. Elle marche très bien ! Il manque peut-être juste un petit parfum (l’odeur de l’huile essentielle ne dure pas), mais je ne veux pas revenir à l’odeur chimique des lessives industrielles, souvent trop fortes à mon goût. Besoin d’une recette ? Testez celle de Kaizen.

Tester, faire soi-même : une expérience amusante et gratifiante  

C’est ça aussi, la vie zéro déchet : essayer des recettes, apprendre à faire soi-même, tester, expérimenter… Et rater aussi parfois, puis réessayer ! Et pour ça, Internet est une mine, de nombreux sites regorgent d’infos, de tutoriels.  Encore plus sympa : les groupes locaux, « dans la vraie vie » : j’y ai fait des rencontres étonnantes, on échange beaucoup, c’est très riche. 

19 h – Apéro chaînes et boulons

Atelier de bricolage. CC UnsplashL’ordinateur enfin éteint, je file à un atelier de co-réparation, pour donner un coup de jeune à mon vélo et ressusciter une multiprise. Grâce aux réparateurs bénévoles (et passionnés !) présents, j’apprends à régler moi-même les freins de mon vélo et à faire fonctionner les phares qui ne marchaient plus. Pour la multiprise, je l’ai démontée moi-même, sous l’œil de Nicolas, le réparateur, qui m’a montré que c’était l’interrupteur qui était cassé. Qu’à cela ne tienne, on le supprime et on raccorde le circuit électrique directement au cordon d’alimentation : plus d’interrupteur on/off, mais une multiprise qui fonctionne ! 

Je profite de l’occasion pour demander à Nicolas s’il n’a pas une perceuse et une agrafeuse murale. Je viens d’emménager et j’ai quelques travaux à faire ce week-end. Pour les outils classiques, je peux aussi passer par le groupe Facebook créé par une amie en 2013. Nous étions quelques-uns au début et maintenant nous sommes plus de 3000 membres ! On se rend service : récemment j’avais juste besoin d’un bout de tissu thermocollant pour réparer un vêtement, et quelqu’un qui n’en avait plus l’utilité m’en a donné !  Pour la décolleuse à papier peint, je pensais passer au magasin de bricolage à côté de chez moi, ils ont un service de location. On m’a aussi parlé des bricothèques, des bibliothèques pour les outils. Je vais chercher par ici : www.bricolib.net.  

D'autres conseils ici : Longue vie à nos produits !

CC Unsplash

 

20 h – Un dîner sans gaspi

Ce soir, je suis aux fourneaux ! Je privilégie des produits frais, de saison et locaux. Ce sera donc gratin de courge butternut et pain pas perdu, chocolat-banane-noix de coco, encore une recette de France Nature Environnement. Miam ! Et après, toutes les épluchures partent au lombricomposteur. 

21 h 30 - Soirée cinéma

Et si on se faisait un ciné ? J’ai envie d’aller voir Trashed, un documentaire qui dresse un panorama des problèmes liés aux déchets, en particulier les impacts sur la santé et l'environnement, et des solutions qu'il faudrait leur apporter, avec Jeremy Irons. 

 

22 h 30 – Je fais mon cartable

Demain, comme souvent, je vais à Paris pour mon travail. Cette fois-ci, je prends le train, mais je ne suis pas contre le covoiturage. J’essaie toujours d’emporter mon déjeuner dans un contenant réutilisable, type boîte hermétique ou bocal en verre, pour le lendemain. Si je reste plusieurs jours, je dois acheter mon déjeuner sur place. Là encore, la solution zéro déchet existe ! Au boulot, on garde plein de boîtes hermétiques, le traiteur les accepte. On apporte également notre sac pour transporter notrer repas. 

Y aller petit à petit pour ne pas se décourager et accepter d'être imparfait-e

Je ne peux pas toujours vivre une vie sans aucun déchet, il y a forcément des moments où je déroge à mes principes. J’ai fini par admettre l’idée de ne pas être parfaite ! L’essentiel, c’est que tout ça doit rester un plaisir. S’imposer trop de contraintes, c’est courir le risque d’être découragé-e.   

23h – Au lit !

Après une telle journée, je n’ai plus qu’une seule envie : retrouver mon lit. Brossage de dents avec un dentifrice maison. Je me maquille peu donc je n’ai pas besoin de cotons ni de lotion démaquillante : un gant et un peu de savon sont amplement suffisants. Pour ceux et celles qui en ont besoin, il existe des cotons lavables et réutilisables. 

Vous aussi, vous testez la vie zéro déchet ? Vous avez des astuces à partager ? Laissez-nous un commentaire plus bas ou envoyez-nous un message ! 

 

Par FNE
Le jeudi 17 novembre 2016
Je relaie J'agis Je donne