Communiqués

Éoloscope terrestre : un outil au service du développement de projets éoliens exemplaires

Lors des Assises Européennes de la Transition Energétique qui s’ouvrent demain à Bordeaux, France Nature Environnement présentera avec ses partenaires, l’ADEME et Boralex, acteur majeur de l’éolien en France, l’Eoloscope Terrestre. Cet outil permettra aux citoyens, aux collectivités ou à tout autre acteur de comprendre les enjeux environnementaux de l’énergie éolienne, évaluer la performance environnementale d’un projet de parc éolien, participer à sa gouvernance ou à la concertation autour de celui-ci. Objectif : contribuer au développement d’une filière éolienne vertueuse, pilier de la transition énergétique.

L’éolien est une énergie indispensable à notre transition énergétique

La France possède le premier gisement d’éolien terrestre en Europe. Elle compte d’ores et déjà 8 000 mâts sur son territoire, représentant une puissance installée de 16 GW et ses objectifs de développement dans le cadre de sa Programmation pluriannuelle de l’énergie sont ambitieux. Energie fiable et prévisible, mature technologiquement, compétitive, vertueuse du point de vue environnemental, l’éolien est considéré dans tous les travaux prospectifs de référence comme l’une des principales sources d’électricité renouvelable.

« Comme toute activité humaine, explique Jean-David Abel, vice-président de France Nature Environnement, cette énergie a des incidences sur l’environnement et la biodiversité, bien que ceux-ci soient sans commune mesure avec les incidences environnementales des énergies conventionnelles fossiles et du nucléaire. Le développement de l’énergie éolienne doit donc se faire de manière à avoir le moins d’incidences possibles. C’est pour cela que nous avons conçu l’Eoloscope Terrestre. Pour apporter des clés de lecture en termes de prise en compte de l’environnement, de la biodiversité et des populations ».

L’Eoloscope, un outil d’information et de dialogue territorial

Que faire lorsqu’un projet émerge sur son territoire ? C’est à cette question que veut très concrètement répondre l’Eoloscope Terrestre, outil de dialogue territorial, d’aide au positionnement à destination des associations, mais aussi des porteurs de projets éoliens et des collectivités qui souhaitent mieux comprendre les attentes des associations et améliorer leurs pratiques. L’Eoloscope Terrestre poursuit ainsi 3 objectifs :

  1. Découvrir ou approfondir sa connaissance des enjeux liés à la l’éolien terrestre. Il permet d’être bien informé sur la réglementation, l’accès à l’information, les enjeux et les bénéfices de cette énergie, pour poser les bonnes questions et bien évaluer les projets.
  2. Participer et faciliter le dialogue entre les acteurs territoriaux est primordial. Il permet de comprendre les attentes d’un territoire, de ses habitants et des élus et d’y répondre au mieux.
  3. Se positionner par rapport à un projet précis de parc éolien dans son territoire.

 

Selon David Marchal, directeur adjoint à la direction exécutive de l’expertise et des programmes à l’ADEME, « l’Eoloscope permettra à chacun de se positionner de la manière la plus objective et constructive possible vis-à-vis des projets. L’énergie éolienne, qui fait l’objet d’une opposition active et marquée de la part d’une partie minoritaire de la population française, avec fortes communications de contre-vérités et idées reçues, nécessite un outil comme l’Eoloscope qui apporte objectivité et un esprit d’ouverture entre les acteurs. Ce nouvel outil s’inscrit ainsi pleinement dans la volonté réaffirmée de l’Etat de faciliter le développement harmonieux de l’éolien en France ».

Pour Nicolas Wolff, Vice-président et Directeur Général Europe Boralex, « dans un contexte d‘objectifs ambitieux réaffirmés par la Programmation pluriannuelle de l’énergie, il nous est apparu indispensable, en tant que leader indépendant de l’éolien terrestre, de nous associer à la construction de cet outil. Véritable fruit d’un partage de compétences sur les différents enjeux liés à une énergie indispensable au mix énergétique, il facilite ainsi le dialogue et l’engagement collectif ».

La volonté de France Nature Environnement accompagnée de l’Ademe et Boralex, est de favoriser grâce à l’Eoloscope l’implication de tous les acteurs autour du développement responsable et exemplaire de la filière, en favorisant le dialogue, les relations de confiance, un processus d’amélioration continue des pratiques et des connaissances. La réussite de la transition énergétique, dont l’éolien est une pierre angulaire, est de la responsabilité de tous les acteurs.

Rendez-vous aux Assises Européennes de la transition énergétique :
atelier de présentation, le jeudi 30 janvier à 11h30 en salle G2

Télécharger l'Eoloscope Terrestre


Le « plus » de l’éolien

La France possède le premier gisement technique d’éolien terrestre en Europe. Ce gisement est composé de 3 régimes de vent : façade Manche–Mer du Nord, front Atlantique et zone méditerranéenne. Le vent souffle toujours quelque part.

L’énergie éolienne a des avantages environnementaux considérables, notamment en termes d’émission de CO2, de réduction des effets du changement climatique sur la biodiversité, de consommation d’eau et de qualité de l’air.

L’éolien ouvre la voie à une dynamisation des territoires d’implantation, tant en termes d’emplois que de retombées économiques locales.

En chiffres :

 - Au 30 juin 2019, la puissance éolienne totale raccordée était de 15757 MW (l’objectif 2018 de la Programmation Pluriannuelle de l’Energie fixé à 15 000 MW a été dépassé), répartis sur 1 380 parcs (représentant environ 7 950 éoliennes). C’est le 4e parc éolien européen derrière l’Allemagne : 58 908 MW, l’Espagne : 23 494 MW, le Royaume-Uni : 21 243 MW.

Le Gouvernement prévoit dans son projet de Programmation Pluriannuelle de l’Energie une puissance installée de 24,1 GW en 2023 et entre 33,2 et 34,7 GW en 2028.

 - En 2018, la production éolienne a été de 31,6 TWh, soit 6,7% de la consommation électrique nationale et 31,7 % de la production issue des énergies renouvelables électriques d’après RTE[1]. La filière comptait 18 200 emplois directs[2].


[1] Panorama de l’électricité renouvelable au 30 septembre 2019, RTE, Enedis, SER, ADEeF, ORE
[2] Observatoire de l’éolien 2019, Cap Gemini, France Energie Eolienne

Les outils « Scopes » de France Nature Environnement

France Nature Environnement est résolument engagée dans la transition énergétique qui repose sur 2 piliers : tourner le dos aux énergies fissiles et fossiles grâce aux énergies renouvelables et mettre l’accent sur la sobriété énergétique. Pour que le développement des filières de production d’énergies renouvelables soit le plus vertueux possible France Nature Environnement plaide pour une meilleure prise en compte des enjeux environnementaux, accompagnée d’un dialogue renforcé entre les associations de protection de l’environnement et les porteurs de projets (collectivités, industriels, citoyens). Pour cette raison FNE développe pour l’ensemble des 3500 associations de son mouvement comme pour tous les porteurs de projets une série d’outils, les « Scopes », pour les différentes filières. Elle a ainsi construit en 2017 le Méthascope, outil d'aide au positionnement sur les projets de méthanisation, composé d'un livret et d'une grille d'analyse multicritères, pour s'approprier les enjeux de la méthanisation dans son territoire. Elle publiera prochainement l’Eoloscope Marin.

Télécharger le communiqué en PDF
Par FNE
Le lundi 27 janvier 2020
Je relaie J'agis Je donne