Communiqués

2 des pires produits chimiques retrouvés dans des jouets et ustensiles de cuisine

Pour développer la filière recyclage, l'Union européenne a autorisé des dérogations pour certaines substances. Résultat, certains déchets électroniques sont désormais recyclés et les produits chimiques qu’ils contiennent peuvent se retrouver dans des objets de la vie courante. Pour évaluer leur impact, des chercheurs ont étudié un panel de produits dont des jouets, des ustensiles de cuisine et des accessoires pour cheveux : les résultats sont édifiants. France Nature Environnement appelle chaque citoyen à l'aider à faire pression sur les eurodéputés pour obtenir l'interdiction de ces toxiques dérogations.

Ce que dit l'étude : 25% des produits testés sont dangereux, principalement issus du recyclage

Des chercheurs en santé-environnement ont testé 430 produits de consommation courante en Europe. Résultats : 25% contenaient des taux élevés de retardateurs de flamme bromés, issus de déchets électroniques… Une découverte alarmante puisque ces composés sont en réalité des perturbateurs endocriniens connus pour perturber le fonctionnement de la thyroïde, et causer des troubles neurologiques et des déficits de l'attention chez les enfants.

Comment sont-ils arrivés dans les jouets et ustensiles de cuisine ? Il s’agit en fait d’objets produits à partir de plastique recyclé. Une analyse plus fine de ces 25% concernés (109 articles) montre qu’entre 70 et 98% des produits contiennent deux des 28 produits chimiques les plus dangereux sur la planète à cause de leur persistance dans l'environnement :

Jitka Strakova, d’Arnika, auteure principale de l'étude, explique : « Le système endocrinien d'un enfant ne se soucie pas de savoir si un jouet est fait de plastique neuf ou recyclé, quand il est perturbé de PBDE toxique ».

Synthèse de l'étude

Ces ahurissantes dérogations du recyclage qui dénaturent le principe d'économie circulaire

En ce qui concerne les produits français, 3 jouets et 3 accessoires pour cheveux ont été analysés : 100% des échantillons contiennent les produits toxiques recherchés[1]. Des produits vendus en France, fabriqués à partir de matériaux recyclés contiennent donc des substances toxiques présentes dans des déchets électroniques. Ces substances[2] sont pourtant règlementées par la Convention de Stockholm avec des limites strictes, en raison de leur dangerosité pour la santé et l’environnement.

Mais afin de développer la filière recyclage, « l'Union européenne permet actuellement des exemptions et autorise le recyclage d’une une partie des matériaux les plus dangereux présents dans les plastiques. Les députés ont le pouvoir de supprimer cette dérogation pour protéger la santé des citoyens », explique Genon Jensen, coauteure de l'étude et directrice exécutif l'Alliance de la santé et de l'Environnement (HEAL). Des PBDEs ont été retrouvés dans les boîtiers et l'isolation métallique d’appareils électroniques et des HBCD dans des mousses de polystyrène et des plastiques pour l'électronique et les voitures.

« Nous nous associons aux auteurs de ce rapport, dans la continuité de nos actions pour des jouets éco-conçus et sans danger pour la santé des enfants. Le recyclage et l’économie circulaire ne doivent pas être un prétexte pour autoriser l’usage de composés connus de longue date pour leur dangerosité », ajoute Elisabeth Ruffinengo, responsable plaidoyer pour WECF France.

Que peut-on faire ?

« À son échelle, le consommateur n’a aucun moyen d’agir : il ne sait pas toujours quand un produit contient des matières issues du recyclage. Il peut seulement limiter ses achats d'objets en plastique. À plus grande échelle, la seule solution est d’exiger de l’Union européenne d’aligner les limites autorisées de substances dangereuses dans les plastiques recyclés sur celles des plastiques neufs. À terme, toutes les substances dangereuses des plastiques mis sur le marché devront être interdites. » explique Charlotte Lepitre, coordinatrice du réseau santé-environnement de France Nature Environnement.

Aidez-nous à mettre fin à cette aberration

"Un vote déterminant au Parlement européen peut permettre de mettre fin à ces dérogations accordées à la filière recyclage. Il s'agit du vote sur la directive européenne dite « POP » qui réglemente les substances dangereuses. Il leur est demandé s’ils soutiennent l’abaissement des seuils de présence de substances bromés (retardateurs de flamme perturbateurs endocriniens) dans les plastiques recyclés.

Avec nous, appelez les eurodéputé.e.s à voter contre leur présence dans les plastiques recyclés. Ce vote devait avoir lieu le 22 octobre mais a été reporté ce qui nous offre plus de temps pour mettre en lumière les enjeux de cette décision et interpeller les eurodéputés français pour les convaincre de mettre fin à ce non-sens. Pour cela, nous avons besoin de votre appui"

J'interpelle sur Facebook

J'interpelle sur Twitter


[1] OctaBDE aux concentrations variant de 1 à 34 ppm et DecaBDE aux concentrations variant de 2 à 1043 ppm
[2] OctaBDE, DecaBDE et HBCD
Télécharger le communiqué en PDF
Par FNE
Le mercredi 17 octobre 2018
Je relaie J'agis Je donne