Communiqués

Assises de l’eau : 5 priorités pour protéger une ressource vitale

Après une première phase consacrée au petit cycle de l’eau et notamment à l’entretien des réseaux, la seconde phase des assises de l’eau démarre ce vendredi 9 novembre. Au programme, l’adaptation des territoires et de l'ensemble des acteurs aux conséquences du changement climatique : économiser, protéger, partager la ressource en eau. En vue de cet exercice aussi périlleux qu’indispensable, France Nature Environnement a identifié les 5 principaux enjeux pour une gestion pérenne de l’eau.

Une ressource vitale sous pression

Prélèvements trop importants, pollutions en tous genres, obstacles entravant le libre écoulement des rivières et le déplacement des animaux qu’elles hébergent… les problématiques liées à la gestion de la ressource en eau sont nombreuses, et vouées à prendre de l’ampleur avec le changement climatique. Face à de tels enjeux, ces assises doivent être l’occasion pour le gouvernement de prendre des décisions politiques fortes, permettant l’accès équitable de tous à une ressource en eau protégée des prédations économiques et garantissant la bonne santé des milieux naturels et des écosystèmes aquatiques.

Pour l’heure, le Gouvernement n’a pas encore explicité à quoi devront aboutir ces échanges : nouvelle loi, décret, plan… « L’eau est à la fois un élément vital de notre alimentation, un milieu de vie pour une part importante de la biodiversité et une ressource utilisée par de nombreuses activités économiques. Il y a donc une forte pression sur cette ressource et des conflits d’usage. Dans un contexte de raréfaction, l’Etat doit s’engager pour s’assurer que l’intérêt général prime, et assurer une gestion sereine de la ressource en eau, par l’ensemble des acteurs concernés », explique Michel Dubromel, président de France Nature Environnement.

5 décisions à prendre au plus vite pour faire primer l’intérêt général

Afin de préserver le cycle naturel de l’eau, permettant de fournir à tous une eau potable de qualité, France Nature Environnement donne ses 5 priorités :

En résumé, nous voulons simplement permettre aux milieux aquatiques et à la biodiversité qu’ils font vivre de se régénérer naturellement, tant d’un point de vue quantitatif que qualitatif. Notre objectif, à travers ces 5 propositions, reste l’atteinte du bon état des eaux, comme exigé par l’Europe. Mais cela ne sera possible qu’à condition que les politiques publiques convergent et soient rendues cohérentes, que ce soit au niveau de l’agriculture, de l’aménagement du territoire ou encore de l’énergie (notamment hydraulique). Sans cette cohérence, les ressources dédiées à la politique de l’eau, mêmes fortement augmentées, seront incapables d’inverser des tendances aussi lourdes que celles promues aujourd’hui par les autres politiques sectorielles.

Pour Florence Denier-Pasquier, secrétaire nationale de France Nature Environnement, « ces assises doivent aboutir à un plan de sauvetage du cycle de l’eau. Cela ne pourra se faire que dans le respect des lois de la nature, fondées sur la biodiversité, l’interdépendance des écosystèmes et la préservation des capacités de régénération de la nature. Il faut cesser de détruire par nos pratiques ces ressources vitales, et en préserver la qualité, la quantité, et la libre circulation. Nous sommes tous des acteurs de l’eau : consommateurs, agriculteurs, mais aussi élus et hommes politiques. Nous nous devons de reconnaître l’eau comme élément central, et c’est autour d’elle que doivent se penser les autres politiques ».

Pour aller plus loin

Découvrir en détail les 5 priorités de France Nature Environnement


[1] Energie, industrie, entretien des lieux publics… L’eau est utilisée dans de nombreux secteurs, mais l’agriculture représente le secteur le plus consommateur en France
[2] Plus de 90% des rivières sont contaminées par les pesticides
Télécharger le communiqué en PDF
Par FNE
Le mardi 06 novembre 2018
Je relaie J'agis Je donne