Communiqués

Hausse du prix de l’électricité : la face cachée du nucléaire

EDF demande à l’Etat d’augmenter le prix de l’électricité de 30% en 5 ans. Principale raison de cette nouvelle hausse : EDF doit investir dans un parc nucléaire vieillissant, les chantiers du futur EPR et le centre de stockage de déchets à Bure s’avèrent beaucoup plus onéreux que prévu. Alors que le géant de l’électricité française reconnait lui-même que les prix de l’électricité en France sont sous-estimés, France Nature Environnement analyse les coûts réels de l’énergie nucléaire. Enquête.

<br />
<div align="justify">Pour Bruno Genty, pr&eacute;sident de France Nature Environnement : &laquo; <em>la terrible catastrophe de Fukushima a un impact tr&egrave;s important dans le monde entier. Plus rien ne sera jamais comme avant pour l&rsquo;industrie nucl&eacute;aire qui est d&eacute;sormais oblig&eacute;e d&rsquo;admettre qu&rsquo;elle se trouve dans une impasse. On ne peut plus prendre un tel risque et assumer un co&ucirc;t &eacute;conomique et humain pharaonique pour satisfaire 2,5% de la consommation mondiale d&rsquo;&eacute;nergie.</em> &raquo;<br />
<br />
Avec sa demande de forte augmentation des tarifs d&rsquo;&eacute;lectricit&eacute; en France, EDF admet implicitement que les prix actuels de l&rsquo;&eacute;lectricit&eacute; sont en dessous de ses co&ucirc;ts r&eacute;els. C&rsquo;est une premi&egrave;re. Le mythe de l&rsquo;&eacute;lectricit&eacute; nucl&eacute;aire pas ch&egrave;re s&rsquo;&eacute;croule et illustre la vuln&eacute;rabilit&eacute; de notre syst&egrave;me &eacute;nerg&eacute;tique. La question qui se pose d&eacute;sormais est : quel est le co&ucirc;t r&eacute;el du nucl&eacute;aire ?<br />
<br />
<strong>Prendre en compte tous les co&ucirc;ts li&eacute;s au nucl&eacute;aire</strong><br />
<br />
Contrairement aux id&eacute;es re&ccedil;ues l&rsquo;&eacute;nergie nucl&eacute;aire co&ucirc;te cher et pour calculer son vrai prix il faut prendre en compte tous ses co&ucirc;ts : recherche et d&eacute;veloppement, extraction et importation d&rsquo;uranium, exploitation, entretien, transport par des lignes THT, d&eacute;chets, s&eacute;curit&eacute;, risques, le d&eacute;mant&egrave;lement, l&rsquo;assurance&hellip; Tout cela avec des effets limit&eacute;s sur le march&eacute; de l&rsquo;emploi.<br />
<br />
<strong>Nucl&eacute;aire, combien &ccedil;a co&ucirc;te ?</strong><br />
<br />
&bull; D&egrave;s 1999, le rapport de Jean-Michel Charpin, Benjamin Dessus et Ren&eacute; Pellat chiffrait le co&ucirc;t pour la recherche et le d&eacute;veloppement ainsi que pour l&rsquo;exploitation des centrales fran&ccedil;aises plus de 100 milliards d&rsquo;euros.<br />
<br />
&bull; Le co&ucirc;t de construction d&rsquo;une centrale est aussi d&eacute;mesur&eacute; que difficile &agrave; estimer. La preuve avec les chantiers EPR en Finlande et &agrave; Flamanville qui accusent tous les deux de 2 &agrave; 3 ans de retard, avec un prix qui est pass&eacute; de 3,3 milliards &agrave; plus de 5 milliards d&rsquo;euros pour la centrale de Flamanville. En tout (pour Flamanville et la Finlande) Areva a provisionn&eacute; 2,6 milliards d'euros &agrave; cause des retards. Immobilisations qui s'ajoutent aux 423 millions de pertes d'Areva en 2010.<br />
<br />
&bull; Il faut ajouter &agrave; cela un co&ucirc;t de d&eacute;mant&egrave;lement chiffr&eacute; &agrave; 63 milliards d&rsquo;euros par la Cour des Comptes (rapport de 2005) qui s&rsquo;inqui&egrave;te du manque de provisions financi&egrave;res d&rsquo;EDF et d&rsquo;Areva pour couvrir ces d&eacute;penses.<br />
&bull; Le combustible, uranium import&eacute; essentiellement du Niger &ndash; ce qui n&rsquo;assure ni l&rsquo;ind&eacute;pendance &eacute;nerg&eacute;tique, ni la durabilit&eacute; &ndash; co&ucirc;te &eacute;galement cher. Son co&ucirc;t global a tendance &agrave; augmenter &ndash; le co&ucirc;t de l&rsquo;uranium du Niger a doubl&eacute; en 2008 - &agrave; cause de sa rar&eacute;faction et des conditions difficiles d&rsquo;exploitation aggrav&eacute;es par la menace terroriste et les enl&egrave;vements des salari&eacute;s d&rsquo;Areva.<br />
&bull; A cela s&rsquo;ajoute le co&ucirc;t de l&rsquo;entretien qui augmente avec le vieillissement des centrales et qui fait augmenter le co&ucirc;t de l&rsquo;assurance. C&rsquo;est la raison pour laquelle la centrale de Fukushima au Japon n&rsquo;&eacute;tait plus assur&eacute;e depuis ao&ucirc;t 2010. Son exploitant, Tepco, ayant jug&eacute; le tarif propos&eacute; par l&rsquo;assureur &laquo; trop excessif &raquo;. Les assureurs rechignent &agrave; prendre ce risque seuls et sont oblig&eacute;s de se regrouper pour tenter de le couvrir.<br />
<br />
&bull; Le co&ucirc;t du transport par des lignes THT de l&rsquo;&eacute;lectricit&eacute; produite par les centrales et les pertes d&rsquo;&eacute;nergie pouvant aller de 10 &agrave; 20% des capacit&eacute;s &eacute;nerg&eacute;tiques lors du transport longue distance alourdissent &eacute;galement la facture.<br />
<br />
&bull; Le stockage des d&eacute;chets devra &ecirc;tre assur&eacute; pendant toute la dur&eacute;e de leur radioactivit&eacute; (100 000 ans). Aucune solution n&rsquo;existe actuellement et les tentatives sont extr&ecirc;mement co&ucirc;teuses : le prix du centre de stockage profond &agrave; Bure est pass&eacute; de 15 milliards &agrave; plus de 35 milliards d&rsquo;euros en quelques ann&eacute;es.<br />
<br />
&bull; Restent encore &agrave; estimer les co&ucirc;ts des indirects ou externalit&eacute;s n&eacute;gatives : radioactivit&eacute;, pollutions des sols et de l&rsquo;eau, risques pour la sant&eacute;&hellip; couverts par l&rsquo;argent du contribuable. Sans oublier que la facture explose en cas d&rsquo;accident !<br />
<br />
&bull; Pour comparaison : la catastrophe d&rsquo;AZF a co&ucirc;t&eacute; 2 milliards d&rsquo;euros, le co&ucirc;t purement &eacute;conomique de la catastrophe de Tchernobyl s&rsquo;&eacute;l&egrave;ve lui &agrave; plus de 500 milliards de euros &hellip; alors que EDF est assur&eacute; pour tout accident seulement &agrave; hauteur de 91 millions d'euros.<br />
<br />
&bull; A ce co&ucirc;t &eacute;conomique s&rsquo;ajoute un co&ucirc;t social qui tend vers l&rsquo;infini.<br />
Changer de mod&egrave;le &eacute;nerg&eacute;tique pour cr&eacute;er plus d&rsquo;emplois<br />
D&rsquo;apr&egrave;s nos estimations, en prenant en compte uniquement les co&ucirc;ts de recherche et d&eacute;veloppement, construction, exploitation, r&eacute;paration, transport de l&rsquo;&eacute;lectricit&eacute; et d&eacute;mant&egrave;lement, le co&ucirc;t d&rsquo;un Mwh produit par le nucl&eacute;aire serait &eacute;gal &agrave; celui de l&rsquo;&eacute;olien terrestre, mais plus cher que la biomasse, l&rsquo;hydraulique ou les &eacute;nergies fossiles.<br />
<br />
En ce qui concerne le march&eacute; de l&rsquo;emploi, l&rsquo;&eacute;nergie nucl&eacute;aire repr&eacute;senterait 100.000 emplois directs et indirects en France. Pour comparaison : le photovolta&iuml;que seul, c&rsquo;est 25.000 emplois en France, alors qu&rsquo;en Allemagne l&rsquo;&eacute;olien, le photovolta&iuml;que et la biomasse repr&eacute;sentaient 340.000 emplois en 2009. L&rsquo;avance prise par l&rsquo;Allemagne en termes de cr&eacute;ation d&rsquo;emplois verts s&rsquo;explique d&rsquo;ailleurs en partie par le programme de sortie progressive du nucl&eacute;aire qui a r&eacute;orient&eacute; les investissements vers les solutions alternatives. Contrairement &agrave; cela, en France, l&rsquo;&eacute;nergie nucl&eacute;aire concentre une grande partie des investissements, notamment publics, ce qui siphonne le potentiel des &eacute;nergies renouvelables.<br />
<br />
Pour sortir de l&rsquo;impasse nucl&eacute;aire, France Nature Environnement propose un programme sur une quarantaine d&rsquo;ann&eacute;es. Il faut commencer par sortir de l&rsquo;absurde comme le chauffage &eacute;lectrique, peu efficace et co&ucirc;teux pour les m&eacute;nages, puis lancer un plan massif de r&eacute;novation des b&acirc;timents et r&eacute;duire la consommation des appareils &eacute;lectriques. Par ailleurs il faut investir massivement dans les transports collectifs, mais aussi r&eacute;duire drastiquement la consommation des moteurs des v&eacute;hicules. Objectif : diminuer la consommation de l&rsquo;&eacute;nergie de 62% en 40 ans. D&rsquo;apr&egrave;s le sc&eacute;nario de N&eacute;gawatt*, ce sont des pistes cr&eacute;dibles et r&eacute;alisables. Pour atteindre les 23% d&rsquo;&eacute;nergies renouvelables d&rsquo;ici 2020, comme la France s&rsquo;y est engag&eacute;e, il est n&eacute;cessaire de r&eacute;orienter les investissements vers les &eacute;nergies renouvelables, toutes les &eacute;nergies renouvelables : solaire thermique et photovolta&iuml;que, &eacute;olien terrestre et off shore, &eacute;nergies marines, hydraulique, biomasse, et g&eacute;othermie.<br />
<br />
Pour Bruno Genty, &laquo;<em> il est plus que temps de changer notre mod&egrave;le &eacute;nerg&eacute;tique, pour le rendre plus durable, plus robuste, moins cher et cr&eacute;ateur d&rsquo;emplois non-d&eacute;localisables. Comme avec le mod&egrave;le d&eacute;crit par Nicholas Stern pour le changement climatique, il faut aujourd&rsquo;hui investir dans la sortie du nucl&eacute;aire et l&rsquo;anticipation pour &eacute;viter d&rsquo;avoir demain &agrave; payer une facture &eacute;conomique et humaine exhorbitante.</em> &raquo;<br />
<br />
<a href="/sites/default/files/com/cp_en_pdf_2/cp-240311-02.pdf">T&eacute;l&eacute;charger ce communiqu&eacute; en format PDF.</a><br />
<br />
</div>
<br />

Télécharger le communiqué en PDF
Par FNE.
Le jeudi 24 mars 2011
Je relaie J'agis Je donne
Faire un don