Communiqués

Inondations : les catastrophes naturelles n'ont parfois rien de naturel

Le Languedoc Roussillon, et Montpellier en tête, connaissent un épisode de fortes pluies, habituelles pour le climat méditerranéen mais qui génère des inondations massives dont les coûts devront être supportés par la collectivité, les acteurs économiques et la population. Si la pluie est naturelle, même lorsqu’elle subit l’influence du réchauffement climatique, le fait qu’elle génère de telles inondations et de tels dégâts est dû pour l’essentiel à notre façon d’aménager le territoire.

 

Les pluies torrentielles : un épisode méditerranéen «normal»

Un épisode méditerranéen est un phénomène produisant de très fortes pluies sur les plaines intérieures et littorales du pourtour méditerranéen. Des flux d'air chaud, chargés d'humidité et remontant de la Méditerranée, provoquent de violents orages du littoral au relief. Ils se produisent le plus souvent en automne, période où la mer Méditerranée est la plus chaude, bien qu'il ne s'agisse pas véritablement d'un facteur déterminant. Ces orages peuvent stationner sur un même endroit pendant plusieurs heures et déverser des quantités de pluie exceptionnelles, comme ces derniers jours à Montpellier.

L’exposition au risque augmente avec l’artificialisation

Intégrant cette contrainte météorologique, l’aménagement du territoire en région méditerranéenne devrait tout faire pour limiter l’artificialisation du territoire et aboutir à zéro artificialisation nette. A chaque mètre carré imperméabilisé doit correspondre un autre qui ne l’est plus.

Pour tendre vers cet objectif indispensable, les collectivités doivent élaborer et faire respecter un droit qui protège mieux les citoyens. Les plans de prévention des risques d’inondation doivent être réalistes au regard de l’aléa inondation et ne doivent plus être influencés par les intérêts de ceux pour qui construire c’est gagner de l’argent ou de nouveaux contribuables, peu importe le risque.

Le risque augmente quand on artificialise le territoire mais aussi lorsqu’on endigue les cours d’eau, en plus d’imperméabiliser leurs berges. En supprimant les zones d’expansion de crue, en construisant sur des zones naturelles et agricoles, et en augmentant le débit des rivières et fleuves en les endiguant, on empêche leur régulation naturelle et on augmente le niveau des inondations et leurs conséquences.

L’addition est salée…

Selon la caisse centrale de réassurance1 , les dommages matériels causés par les inondations de fin septembre dans la région de Montpellier sont estimés entre 100 et 200 millions d'euros

Pour Denez L’Hostis, président de FNE : «Les élus ne pourront plus dire qu’ils ne savaient pas. Une gare nouvelle en pleine zone inondable est ainsi envisagée à Montpellier d’ici 2017 Il faut sortir de cette fuite en avant et ne plus construire en zone inondable Rappelons qu’en 2011, 18,5 millions de français étaient exposés au risque inondation, qui demeure le premier risque naturel en France. Le procès Xynthia, actuellement en cours, démontre une fois de plus la négligence de l’Etat face à ce type de risque ».

1https://www.ccr.fr/index.do?aid=2911949550734279048&isFromHome=true

Télécharger ce communiqué en format PDF.
 

 

Télécharger le communiqué en PDF
Par FNE.
Le lundi 13 octobre 2014
Je relaie J'agis Je donne