Communiqués

L’Etat français s'enferme aveuglément dans le nucléaire

En déplacement aujourd’hui à Gravelines, le Président de la République a réaffirmé l'engagement de l’Etat dans la filière nucléaire et a exclu toute sortie programmée. Réaction de FNE

<br />
<div align="justify"><strong>Puisque le d&eacute;mant&egrave;lement co&ucirc;te trop cher&hellip;ne d&eacute;mantelons pas !</strong><br />
<br />
Prenant pr&eacute;texte du co&ucirc;t du d&eacute;mant&egrave;lement estim&eacute; par la cour des comptes &agrave; 63 Milliards d'euros (rapport de 2005), Nicolas Sarkozy a justifi&eacute; de l'impossibilit&eacute; pour la France de d&eacute;manteler son parc alors m&ecirc;me que cette somme devra &ecirc;tre mobilis&eacute;e, s'agissant d'un parc vieillissant. Cet argument semble d'autant plus fallacieux que l'Etat est d&eacute;j&agrave; en train de constituer des provisions, provisions exig&eacute;es par la cours des comptes en vue du d&eacute;mant&egrave;lement.<br />
<br />
Pour Maryse Arditi, responsable du r&eacute;seau &eacute;nergie : &laquo;<em> les centrales nucl&eacute;aires ont &eacute;t&eacute; pr&eacute;vues pour trente ans. EDF demande aujourd'hui une prolongation &agrave; 40 ans, mais elle pr&eacute;pare d&eacute;j&agrave; dans ses cartons une prolongation &agrave; 50 ans. Quant aux am&eacute;ricains, ils se dirigent tout droit vers 60 ans. A l'&eacute;vidence, le monde du nucl&eacute;aire nous fait ainsi comprendre qu'il ne sait pas d&eacute;manteler et qu'il recule devant l'obstacle. Engageons imm&eacute;diatement un grand chantier exp&eacute;rimental, un chantier pilote pour former les &eacute;quipes, Fessenheim par exemple, avant que l'accident n'arrive.</em> &raquo;<br />
<br />
Jusque-l&agrave;, le co&ucirc;t du nucl&eacute;aire &eacute;tait plut&ocirc;t un argument de vente mais voici qu'il devient un outil de dissuasion massive : ne sortons pas du nucl&eacute;aire cela nous co&ucirc;terait trop cher !<br />
Par ailleurs, cette vision masque une r&eacute;alit&eacute; : l&rsquo;avenir de la fili&egrave;re nucl&eacute;aire fran&ccedil;aise peut r&eacute;sider dans le d&eacute;mant&egrave;lement, in&eacute;luctable, des centrales. Pourquoi ne pas exploiter la si fameuse expertise fran&ccedil;aise et la r&eacute;orienter vers l&rsquo;avenir du nucl&eacute;aire : sa disparition programm&eacute;e ? Nicolas Sarkozy le sait, il y aura obligatoirement un &laquo; apr&egrave;s-uranium &raquo;. Anticipons l&rsquo;avenir au lieu de le subir et l&rsquo;&eacute;conomie fran&ccedil;aise en sortira grandie. <br />
<br />
<strong>L'essor freine du renouvelable</strong><br />
<br />
Les d&eacute;clarations du Pr&eacute;sident quant &agrave; un r&eacute;&eacute;quilibrage d'une politique volontariste en ce qui concerne les &eacute;nergies renouvelables, nous semblent contradictoires avec les faits. Les faits sont tenaces : coup d'arr&ecirc;t pour la fili&egrave;re photovolta&iuml;que, coup de frein sur l'&eacute;olien par l'adoption des amendements Ollier et difficult&eacute;, dans ces conditions, d'atteindre les objectifs fix&eacute;s dans le cadre du Grenelle de l&rsquo;Environnement.<br />
<br />
Par ailleurs, il serait illusoire de penser pouvoir m&eacute;nager la ch&egrave;vre et le chou. En renfor&ccedil;ant l'avantage concurrentiel dont b&eacute;n&eacute;ficie d&eacute;j&agrave; le nucl&eacute;aire, l'Etat contribue &agrave; l'asphyxie des &eacute;nergies renouvelables.<br />
<br />
L'Etat fran&ccedil;ais doit sortir de sa posture de VRP du nucl&eacute;aire pour assumer sa responsabilit&eacute; publique, collective, internationale, anticiper la fin de l'uranium et entamer une v&eacute;ritable rupture dans sa strat&eacute;gie &eacute;nerg&eacute;tique. La question n'est pas de savoir s&rsquo;il faut sortir du nucl&eacute;aire mais bien de savoir comment et &agrave; quel rythme.<br />
</div>
<br />

Télécharger le communiqué en PDF
Par FNE.
Le mercredi 04 mai 2011
Je relaie J'agis Je donne
Faire un don