Communiqués

La croisière abuse !

Après sa campagne « Irrespirable » en 2013-2014, France nature environnement continue à sensibiliser l'opinion publique quant à la question de la pollution de l'air en visant cette fois l'industrie de la croisière. En partenariat avec l'ONG allemande NABU, FNE a réalisé des mesures de la qualité de l'air à proximité du Port de Marseille le mardi 21 juillet 2015, avec des résultats édifiants. L'occasion de s'indigner à propos d’une pollution aussi méconnue que délaissée par les autorités, loin des images de rêve et de vacances véhiculées par ces monstres flottants.

<div align="justify"><strong>La France en retard... comme d'habitude !</strong><br />
<br />
Notre campagne intervient alors que la lutte contre la pollution de l'air est au plus bas dans les priorit&eacute;s du gouvernement. Actuellement, l&rsquo;Etat fran&ccedil;ais est poursuivi &agrave; la fois devant ses propres tribunaux par des particuliers et des associations, mais &eacute;galement par la Commission europ&eacute;enne pour non-respect de la r&eacute;glementation sur les particules fines PM 10 et le dioxyde d'azote (NO2), un polluant &agrave; l'origine des pics de pollution &agrave; l'ozone. Le gouvernement est &eacute;galement poursuivi pour n'avoir pas transpos&eacute; la directive europ&eacute;enne sur les &eacute;missions de soufre des navires.<br />
&emsp;<br />
<strong>Vingt fois plus de particules fines pr&egrave;s des paquebots</strong><br />
<br />
Les &eacute;quipes de FNE et de NABU ont pu, gr&acirc;ce &agrave; des instruments de laboratoire, mesurer les concentrations de particules ultra-fines (PUF, entre 20 nanom&egrave;tres et 1&micro;m) dans l'air. Ces particules sont les plus dangereuses pour la sant&eacute; : leur tr&egrave;s petite taille (jusqu'&agrave; 1000 fois plus fines qu'un cheveu) leur permet de s'accumuler dans les poumons et passer &agrave; la fois dans le sang et dans le cerveau. De nombreuses &eacute;tudes attestent du lien entre ces particules et l'augmentation des risques cardiovasculaires (crises cardiaques notamment), l'hypertension art&eacute;rielle et la maladie de Parkinson. D'apr&egrave;s les mesures que nous avons r&eacute;alis&eacute;es au parc du Pharo sur les hauteurs de Marseille et dans le terminal &laquo; croisi&egrave;res &raquo; du Grand port maritime, la pollution en PUF est 20 fois sup&eacute;rieure pr&egrave;s des paquebots<br />
<br />
<strong>Nos demandes </strong><br />
<br />
La majeure partie de la pollution de l'air par les navires de croisi&egrave;re vient de la teneur en soufre des carburants. Fioul lourd, diesel marin... Ils en contiennent jusqu'&agrave; 3500 fois plus que le diesel que nous mettons dans nos autos. Une fois br&ucirc;l&eacute;, ce carburant rejette du dioxyde de soufre, un polluant r&eacute;glement&eacute; connu pour son impact sanitaire (maladies respiratoires, bronchites, irritations de la gorge) et environnemental (pluies acides) important.<br />
<br />
De plus, aucun navire n'a l'obligation de s'&eacute;quiper d'un simple filtre &agrave; particules, alors que les industriels, les constructeurs automobiles et les automobilistes y sont oblig&eacute;s. Dans certains cas, ces filtres ne repr&eacute;sentent qu'un milli&egrave;me du prix total du paquebot. De leur c&ocirc;t&eacute;, les ports maritimes devraient participer au changement en adaptant les taxes portuaires qu'ils appliquent aux navires &agrave; leur entr&eacute;e au port.<br />
<br />
Denez L&rsquo;Hostis, pr&eacute;sident de France nature environnement, r&eacute;agit : &laquo; <em>Madame la ministre de l&rsquo;environnement, transposez la directive europ&eacute;enne sur les &eacute;missions atmosph&eacute;riques des navires et formulez une r&eacute;ponse aux attentes des associations et des institutions europ&eacute;ennes en mati&egrave;re de pollution de l&rsquo;air ! A l'heure actuelle, en M&eacute;diterran&eacute;e, aucune r&eacute;glementation n'interdit l'usage des carburants les plus sales du march&eacute;, alors qu'en mer du Nord les r&egrave;gles sont plus strictes. De plus, alors que les consommateurs paient des taxes sur les carburants, les armateurs n'ont aucune pression fiscale. Pourquoi un tel r&eacute;gime d'exception ? Quelles que soient les sources de pollution, nous attendons des mesures concr&egrave;tes.</em> &raquo;<br />
<br />
<a href="/sites/default/files/com/dossierpresse/dp-shipping-230715.pdf">T&eacute;l&eacute;charger le dossier de presse en format PDF.</a><br />
&emsp;<br />
</div>

Télécharger le communiqué en PDF
Par FNE.
Le jeudi 23 juillet 2015
Je relaie J'agis Je donne
Faire un don