Communiqués

La SNCF sur de bons rails ?

En annonçant récemment qu’elle « veut se concentrer sur les liaisons de proximité », la SNCF donne une inflexion importante à sa stratégie mise en œuvre depuis de nombreuses années, axée jusque là sur le transport à grande vitesse. Réactions de France Nature Environnement

<br />
<div align="justify"><strong>Priorit&eacute; rendue aux voyageurs du quotidien</strong><br />
<br />
En constatant les probl&egrave;mes financiers de la branche &laquo; Voyages &raquo;, la SNCF la justifie par l&rsquo;importante augmentation des p&eacute;ages, notamment pour les Lignes &agrave; Grande Vitesse. Contrairement au transport routier, le transport ferroviaire prend en charge les frais d&rsquo;usage du r&eacute;seau et la politique de d&eacute;veloppement de nouvelles infrastructures. Cela a des r&eacute;percussions imm&eacute;diates sur le co&ucirc;t des p&eacute;ages.<br />
<br />
Depuis l&rsquo;av&egrave;nement de la politique du tout &laquo; Grande Vitesse &raquo;, FNE d&eacute;plore que la SNCF ait particuli&egrave;rement d&eacute;laiss&eacute; 90% de ses 5 millions d&rsquo;usagers quotidiens. Au niveau des r&eacute;gions, le transport ferroviaire est l&rsquo;une des offres les plus &eacute;cologiques et &eacute;conomiques pour sortir du &laquo; tout bagnole &raquo; et du culte de &laquo; l&rsquo;auto-solo &raquo;. Les taux de progression impressionnants du TER illustrent ce choix des usagers.<br />
<br />
FNE se f&eacute;licite de ce nouvel engagement et esp&egrave;re que, en accord avec les r&eacute;gions, la SNCF am&eacute;liorera encore la qualit&eacute; de service (augmentation de la fr&eacute;quence, confort des mat&eacute;riels, entretien du r&eacute;seau permettant de rouler &agrave; vitesse normale&hellip;) pour rendre le transport ferroviaire de proximit&eacute; plus attractif.<br />
<br />
<strong>Le train doit redevenir un service public de proximit&eacute;</strong><br />
<br />
Si les liaisons &agrave; Grande Vitesse facilitent les relations entre grandes m&eacute;tropoles et offrent une bonne alternative au transport a&eacute;rien, elles se sont souvent faites au d&eacute;triment de liaisons r&eacute;gionales. Les fermetures de petites gares n&rsquo;ont pas cess&eacute; depuis 20 ans. Le tissu &eacute;conomique territorial a besoin de transports &eacute;cologiques, &eacute;conomiques et performants. Cette nouvelle orientation permettra une meilleure desserte des territoires, mais aussi moins d&rsquo;&eacute;missions de CO2 et de pollution atmosph&eacute;rique. Orientation r&eacute;guli&egrave;rement d&eacute;fendue par FNE et ses associations f&eacute;d&eacute;r&eacute;es. Cette nouvelle strat&eacute;gie pourrait facilement se d&eacute;velopper, la France disposant encore d&rsquo;un r&eacute;seau &eacute;tendu. <br />
<br />
Pour Michel Dubromel, pilote du r&eacute;seau Transport et mobilit&eacute; durable de FNE : &laquo;<em> Il serait absolument absurde, dans un tel contexte, que se confirment les menaces de fermeture concernant pr&egrave;s de 4 000 km de voies ferr&eacute;es. Le train doit faire r&eacute;tr&eacute;cir l&rsquo;espace, rassembler et rapprocher les Hommes de leurs proches, de leur domicile et de leur travail. </em>&raquo;<br />
<a href="/sites/default/files/com/cp_en_pdf_2/cp-280910-02.pdf"><br />
T&eacute;l&eacute;charger ce communiqu&eacute; en format PDF.</a><br />
<br />
<br />
</div>

Télécharger le communiqué en PDF
Par FNE.
Le mardi 28 septembre 2010
Je relaie J'agis Je donne
Faire un don