Communiqués

Les ministres européens renoncent à toute ambition pour la PAC

Le 19 mars, le Conseil des ministres de l’agriculture a adopté sa position sur la réforme de la PAC, qui servira de base pour la suite des négociations avec le Parlement européen et la Commission européenne. Les Etats membres aggravent encore le projet adopté par le Parlement la semaine dernière.


Une réforme vidée de son contenu

Les résultats de cette négociation sont particulièrement inquiétants pour le verdissement des aides directes : tel que proposé par le Conseil, il ne mènera à aucun bénéfice environnemental car les mesures du verdissement ont été vidées de leur sens, et il restera insuffisant pour justifier les aides versées aux agriculteurs.
Pour Jean-Claude Bévillard, vice-président de FNE en charges des questions agricoles : « La position des Etats membres est inacceptable. Ils ont validé un double paiement, pour les mêmes mesures environnementales, à la fois scandaleux et illégal ! Pour le verdissement, ils ont accepté un système d’équivalence qui fera perdurer des pratiques défavorables à l’environnement. Ils ont inclus dans les surfaces d’intérêt écologique des cultures qui n’ont rien à y faire, car elles ne remplissent pas les mêmes fonctions écologiques. Les Etats membres passent complètement à côté des mesures pourtant nécessaires pour assurer une production alimentaire de qualité sur le long terme. Les négociations ont abouti à un compromis dicté par les égoïsmes nationaux et corporatistes.»

Quel avenir pour la PAC ?

Bruno Genty, président de FNE : « Les ministres de l’agriculture des Etats membres proposent une politique qui continuera à soutenir le modèle agro-industriel dominant, et n’encouragera pas la transition écologique des systèmes agricoles. Comment continuer à justifier cette utilisation des fonds publics ? Pour que les aides à l’agriculture soient légitimes, elles doivent permettre de rémunérer des services environnementaux de bien commun, or la réforme s’éloigne de plus en plus de cet objectif. Que va-t-il rester de la PAC à la fin des négociations ? La seule certitude, c’est que les citoyens ne pourront plus continuer à soutenir ce qui n’est plus une politique agricole et qui ne justifie donc plus un financement public. »

Télécharger ce communiqué en format PDF.


Télécharger le communiqué en PDF
Par FNE.
Le jeudi 21 mars 2013
Je relaie J'agis Je donne