Communiqués

Montagne d'Or : un débat public capital pour l'avenir de la Guyane

Un débat public utile pour démontrer la non-pertinence de l’exploitation minière du site de la Montagne d’Or en Guyane ? Le 7 mars s’est ouvert pour 4 mois le débat public sur le projet de méga mine d’or en Guyane, sur demande de France Nature Environnement. L’industriel s’y prête, contraint et de mauvaise grâce car c’est l’occasion en Guyane comme en métropole de soulever les faiblesses technologiques et sociales du projet ainsi que le désastre écologique que l’exploitation de la Montagne d’Or représenterait. Alors que la première réunion publique se tient aujourd’hui à St Laurent du Maroni, France Nature Environnement et Guyane Nature Environnement font le point sur les enjeux sociaux, sanitaires et environnementaux liés à la Montagne d’Or et rappellent qu’un autre projet de territoire est possible.

Un choix de société déterminant pour l’avenir de la Guyane

Le gigantisme de ce projet minier en pleine forêt amazonienne, les enjeux économiques, sociaux et environnementaux de la Guyane posent le grave problème du choix de développement du territoire. Soit parier sur le court terme et l'apparente facilité en misant sur l’exploitation aurifère industrielle non durable, soit proposer un développement pérenne du territoire qui préserve les particularités et les valeurs de la Guyane et sert l'ensemble de la population.

Des besoins énergétiques, des dépenses publiques et un territoire remodelé

L’ouverture de cette mine questionne sur le partage de l’énergie et les dépenses publiques projetées : la capacité de production d’énergie guyanaise actuelle ne permet pas de couvrir les besoins gourmands de la mine. Les aides publiques attendues, soit plus de 400 millions d'euros, doivent servir pour améliorer le quotidien des guyanais et non pour alimenter une usine et des intérêts privés. De même, l’accessibilité au site va nécessiter la création d'une route d'une centaine de kilomètres pour acheminer les produits dangereux (explosifs, cyanure) et va ouvrir de nouvelles pénétrantes à l'occupation et à l'exploitation illégales du territoire et de la forêt.

Un projet industriel complexe et jalonné de risques

Les documents mis à disposition pour le débat public révèlent combien le projet est complexe. Il repose sur des processus dangereux notamment l’utilisation du cyanure, générant des déchets cyanurés. Leur durée de vie longue pose d’autant plus de problèmes qu’en forêt tropicale, la pluviométrie est très élevée entraînant un risque majeur de dispersion. Par le passé, des accidents très graves et des ruptures de digues sont survenus et ont contaminé cours d’eau et nappes phréatiques. Or, le site est situé en tête de bassin versant de la Mana avec les risques induits de pollution, ainsi que du site Ramsar de la basse Mana et de la réserve nationale de l'Amana. Un accident aurait de dramatiques conséquences sanitaires, sociales et écologiques.

Une biodiversité malmenée

575 ha de forêt amazonienne primaire disparaîtraient pour l'installation de la mine et de ses installations annexes et pour la construction de la route reliant la mine au littoral. Pas moins de 2000 espèces, dont 127 espèces protégées, vont voir leur habitat détruit ou perturbé. Des menaces pèsent sur la plus grande réserve biologique intégrale de France (réserve de Dékou-Dékou), intégrée dans la concession du projet d'exploitation minière. Comment penser possible de compenser en surface et en équivalences écologiques, à l'aune de la loi biodiversité d'août 2016, de telles atteintes à la biodiversité ? L'enjeu fondamental est plutôt d'en maintenir la richesse en Guyane, avec l'alarmante érosion mondiale actuelle de la biodiversité et la responsabilité des territoires où elle est présente.

Et l'avenir

Le débat public s’ouvre sur deux questions. L’une technique sur les enjeux sanitaires et sociaux, les risques industriels et les impacts environnementaux sur le territoire du méga-projet minier industriel. L’autre, politique, sur les trajectoires de développement que la Guyane peut emprunter.

Suite au vaste mouvement social de mars 2017 qui posait la question du développement durable de ce territoire, nous invitons la population à s’emparer de cette opportunité que représente ce débat public pour s'informer et questionner la compagnie minière, exprimer ses craintes et ses doutes sur l’installation d’une méga-mine et pour réclamer un projet de territoire moderne, respectueux de la biodiversité, et résolument harmonieux au bénéfice de l’ensemble des Guyanais.

Télécharger le communiqué en PDF
Par FNE
Le mardi 03 avril 2018
Je relaie J'agis Je donne