Communiqués

Pour que les négociations embarquent les océans

Il aura fallu attendre la COP 21 pour enfin parler du rôle majeur des océans dans la machinerie climatique. Quatre jours d’évènements doivent contribuer à faire entrer les océans dans l’agenda des négociations, du 2 au 6 décembre 2015, à l’occasion des « Ocean for climate days ». Couvrant 71 % de la surface de la Terre, l’océan est si vaste que nous oublions son rôle crucial dans les équilibres climatiques. Les scientifiques ne cessent de tirer la sonnette d’alarme sur la santé de l’océan. Il est donc plus qu’urgent que l’océan devienne une pierre angulaire des négociations climatiques. Explications.

L’océan, un rempart fragile contre les changements climatiques

Largement méconnu, l’océan est au cœur de la machine climatique planétaire. Il est le principal poumon de la planète, avant même les forêts. Il absorbe plus de 25 % du CO2 émis chaque année par les activités humaines dans l’atmosphère. L’océan temporise les évolutions du climat qui seraient beaucoup plus rapides si elles étaient uniquement gérées par l’atmosphère. Malheureusement, l’exploitation des ressources vivantes, l’aquaculture à grande échelle, le développement des transports maritimes de croisière mais surtout les pollutions et les GES en provenance de la terre bouleversent sa capacité de régulation.

Pour Elodie Martinie-Cousty, responsable du réseau Océans, mers et littoraux à FNE : « Face au développement d’une « croissance bleue », FNE est plus que vigilante. L’océan ne doit pas faire l’objet d’une exploitation non maitrisée, dégradant les écosystèmes marins et perturbant à la fois leur rôle de régulateur du climat et la résilience de ses écosystèmes. Ce développement doit être impérativement conditionné par une meilleure connaissance des impacts de chaque activité et de leurs effets cumulés. C’est la condition d’un bon état écologique des eaux marines et du maintien des fonctionnalités des écosystèmes marins. »

L’acidification galopante de l’océan

Plus l’océan absorbe de CO2, plus il devient acide et plus sa capacité d’absorption de ce même CO2 diminue, accentuant de fait le phénomène d’effet de serre. Certains modèles de prédiction prévoient une augmentation de 150 % de l’acidité de l’océan mondial d’ici à 2100. Cette acidification a des impacts non seulement sur les organismes tels que les coraux mais aussi sur les biens et services fournis par les écosystèmes marins. L’océan devient de moins en moins capable de fournir de la nourriture aux populations, d’entretenir la salubrité de l’eau, d’atténuer les évènements extrêmes comme les fortes tempêtes et surtout d’absorber le CO2 de l’atmosphère. Ralentir l’acidification de l’océan en réduisant les émissions de gaz à effet de serre et les polluants venus des bassins versants doit donc être une priorité afin de préserver sa capacité naturelle à capter le CO2.

Pas de solution durable pour le climat sans un océan en bonne santé

Jusqu’à présent à la marge des négociations sur le climat, la préservation de l’océan doit être au centre des actions en faveur de l’atténuation et de l’adaptation aux changements climatiques. Pour maintenir son rôle, des solutions existent : mise en œuvre d’un réseau cohérent d’aires marines protégées, protection des écosystèmes remarquables tels que les récifs coralliens tropicaux et d’eau froide, réduction des sources de déchets à la surface et dans les fonds marins, diminution de la pollution atmosphérique liée au transport maritime...

Pour Denez L’Hostis, président de FNE : « L’océan pourtant au cœur du défi climatique demeure le grand oublié des négociations climatiques. La France, qui dispose du deuxième domaine maritime au monde, doit être à la hauteur de cette responsabilité et agir en conséquence au sein de la communauté internationale. Donnons un coup d’accélérateur aux négociations en faveur de la protection de l’océan et fixons des objectifs ambitieux ! »

Faites entendre la voix de l’océan à la COP21 et participez aux « Ocean for climate days » du 2 au 6 décembre 2015. Plus d’informations, sur le site internet de la plateforme « Océan et climat » : http://www.ocean-climate.org

 

Télécharger ce communiqué en format PDF.

Télécharger le communiqué en PDF
Par FNE
Le mercredi 02 décembre 2015
Je relaie J'agis Je donne