Communiqués

Sondage exclusif France Nature Environnement /CSA Pesticides, OGM, élevage en batterie : les Français veulent savoir

A la veille du Salon de l’Agriculture, les résultats du sondage FNE/CSA sur l'agriculture et l'alimentation sont sans appel : les Français réclament plus de transparence sur le contenu de leurs assiettes.

<br />
<div align="justify">Plus de 9 Fran&ccedil;ais sur 10 souhaitent que l'utilisation de pesticides dangereux soit signal&eacute;e par un affichage sur les produits alimentaires concern&eacute;s. En mati&egrave;re d'&eacute;levage, la quasi-totalit&eacute; des Fran&ccedil;ais souhaiteraient que les produits alimentaires issus d'animaux &eacute;lev&eacute;s en batterie ou sans acc&egrave;s au plein air, tels que les volailles, les porcs ou les veaux, le signalent clairement sur leur emballage, 71 % le souhaitant &laquo; Tout &agrave; fait &raquo;. 95 % des Fran&ccedil;ais soutiennent la mise en place d&rsquo;une appellation &laquo; Nourri aux OGM &raquo; sur les emballages de produits alimentaires issus d'animaux nourris aux OGM, 69 % allant jusqu&rsquo;&agrave; qualifier de &laquo; Tr&egrave;s bonne chose &raquo; cette proposition. <br />
<br />
Sondage exclusif Institut CSA / France Nature Environnement r&eacute;alis&eacute; par Internet du 17 au 19 f&eacute;vrier 2014, &eacute;chantillon national repr&eacute;sentatif de 1006 personnes &acirc;g&eacute;es de 18 ans et plus.<br />
<br />
<strong>Exigeons plus de transparence </strong><br />
<br />
Il appara&icirc;t donc nettement que les Fran&ccedil;ais r&eacute;clament davantage d'information sur leur alimentation, sont soucieux de sa qualit&eacute;, mais aussi qu&rsquo;ils font le lien entre cette derni&egrave;re et les conditions de production, d&rsquo;&eacute;levage, de bien-&ecirc;tre animal. <br />
<br />
Pour Bruno Genty, pr&eacute;sident de France Nature Environnement, ces r&eacute;sultats d&eacute;montrent &agrave; quel point la demande de transparence est forte dans l'opinion : &quot;<em>Sortons de l&rsquo;hypocrisie ! La communication positive, la promotion des productions les plus vertueuses, bio ou label rouge par exemple, ne suffisent pas. Nous avons le droit de savoir si un animal a &eacute;t&eacute; &eacute;lev&eacute; de fa&ccedil;on industrielle, sans voir le jour et nourri aux OGM, si les produits agricoles ont &eacute;t&eacute; trait&eacute;s avec des pesticides dangereux. Le l&eacute;gislateur doit entendre cette demande pressante des consommateurs et citoyens.</em>&quot;<br />
<br />
Qu'il s'agisse des lasagnes au cheval, de la vache folle ou des saumons imbib&eacute;s de m&eacute;taux lourds, les scandales r&eacute;cents et r&eacute;p&eacute;t&eacute;s rappellent que l&rsquo;industrialisation de l&rsquo;agriculture produit une alimentation de moindre qualit&eacute; et un manque de ma&icirc;trise de la cha&icirc;ne alimentaire. Nous en sommes persuad&eacute;s : un affichage clair influerait sur les comportements d&rsquo;achats, faisant des consommateurs des &quot;consomm-acteurs&quot; et favoriserait le d&eacute;veloppement de l'agriculture durable. <br />
<br />
<strong>Les r&eacute;sultats du sondage </strong><br />
<br />
Pour consulter les r&eacute;sultats d&eacute;taill&eacute;s, cliquez ici <br />
<br />
<strong>Certains pesticides utilis&eacute;s en agriculture sont suspect&eacute;s de comporter des risques pour la sant&eacute; de l'homme, notamment d'induire des cancers. Vous personnellement, souhaitez-vous que l'utilisation de ces pesticides soit signal&eacute;e par un affichage sur l'emballage des produits alimentaires concern&eacute;s ?</strong><br />
<br />
Oui, tout &agrave; fait 73 %<br />
Oui, plut&ocirc;t 20 %<br />
Non, plut&ocirc;t pas 5 %<br />
Non, pas du tout 2 %<br />
Total 100,0%<br />
<br />
<strong>Concernant les produits alimentaires issus d'animaux nourris aux OGM, consid&eacute;rez-vous que la pr&eacute;sentation d'une mention &laquo; nourri au OGM &raquo; sur leurs emballages serait une&hellip; ?</strong><br />
<strong> </strong><br />
Tr&egrave;s bonne chose 69 %<br />
Plut&ocirc;t bonne chose 26 %<br />
Plut&ocirc;t mauvaise chose 4 %<br />
Tr&egrave;s mauvaise chose 1 %<br />
Total 100,0%<br />
<br />
<strong>Et concernant maintenant les produits alimentaires issus d'animaux &eacute;lev&eacute;s en batterie ou sans acc&egrave;s au plein air (volailles, porcs, veaux,&hellip;), souhaitez-vous que cela soit mentionn&eacute; sur leurs emballages ?</strong><br />
<br />
Oui, tout &agrave; fait 71 %<br />
Oui, plut&ocirc;t 23 %<br />
Non, plut&ocirc;t pas 5 %<br />
Non, pas du tout 1 %<br />
Total 100,0%<br />
<br />
<strong>Notre analyse</strong><br />
<br />
<strong>Pesticides dangereux : 92,8 % des Fran&ccedil;ais favorables &agrave; la mention de leur utilisation </strong><br />
<br />
Inquiets pour leur sant&eacute;, les Fran&ccedil;ais veulent savoir si leurs produits alimentaires ont &eacute;t&eacute; trait&eacute;s avec des pesticides dangereux. <br />
<br />
Les dangers de certains pesticides, utilis&eacute;s dans l&rsquo;agriculture intensive et qu'on retrouve jusque dans le lait maternel, sont connus. Une &eacute;tude collective coordonn&eacute;e par l'Institut national de la sant&eacute; et de la recherche m&eacute;dicale (Inserm) soulignait, en juin 2013, les liens probables entre l'exposition aux pesticides et plusieurs pathologies (cancers, maladies neurod&eacute;g&eacute;n&eacute;ratives, malformations du f&oelig;tus&hellip;)<br />
<br />
Certains pesticides contiennent des perturbateurs endocriniens, qui agissent &agrave; tr&egrave;s faible dose, aux effets transg&eacute;n&eacute;rationnels. Parmi eux : des troubles de l'&eacute;quilibre hormonal, avec des alt&eacute;rations de la croissance, du d&eacute;veloppement, du comportement et de l'humeur, de la production, de l'utilisation et du stockage de l'&eacute;nergie, du sommeil, du sang, de la fonction sexuelle et reproductrice. Mais aussi des cancers. Ces perturbateurs endocriniens provoquent &eacute;galement une r&eacute;duction de fertilit&eacute; des animaux, des d&eacute;formations de squelettes et des ph&eacute;nom&egrave;nes de f&eacute;minisation des esp&egrave;ces.<br />
<br />
Les agriculteurs, premiers utilisateurs de pesticides, sont directement concern&eacute;s par ces risques, comme les riverains des exploitations. Au-del&agrave;, tous les consommateurs et les citoyens sont touch&eacute;s par leur sant&eacute;, soit indirectement par la pollution chimique de leurs territoires.<br />
<br />
Pour Mme Jos&eacute; Cambou, responsable des questions de sant&eacute;-environnement &agrave; FNE, &quot;<em>Il est grand temps de prendre en compte les impacts sanitaires et environnementaux catastrophiques de certains de ces produits et de mettre en place plus de transparence.</em>&quot; <br />
<br />
<strong>Elevage : pour un &eacute;tiquetage &quot;nourri aux OGM&quot;, &quot;&eacute;lev&eacute; en batterie&quot; </strong><br />
<br />
L&rsquo;image d&rsquo;Epinal de la ferme avec sa vache broutant paisiblement l'herbe verte et ses poules gambadant en plein air, v&eacute;hicul&eacute;e par le salon de l&rsquo;Agriculture, a v&eacute;cu ! <br />
<br />
Aujourd&rsquo;hui, nombre d'animaux ne voient jamais la lueur du jour, enferm&eacute;s dans des installations gigantesques. Pour &eacute;viter tout risque d'&eacute;pid&eacute;mie, ils sont soumis &agrave; une multitude de traitements m&eacute;dicamenteux, notamment antibiotiques. Ce qui provoque la r&eacute;sistance des bact&eacute;ries, mais aussi des pollutions. Dans les hangars, les conditions de vie sont inacceptables en termes de bien-&ecirc;tre animal. Les Fran&ccedil;ais y sont sensibles. <br />
<br />
En outre, dans de nombreux &eacute;levages, les animaux sont nourris - qu&rsquo;il s&rsquo;agisse de volailles, de porcs, de bovins ou de moutons - avec des tourteaux de soja, bien souvent OGM, pour l'apport de prot&eacute;ines. Les r&eacute;sultats du sondage plaident pour un affichage clair sur les produits nourris avec des OGM. <br />
<br />
L&agrave; encore, France Nature Environnement d&eacute;nonce l'absurdit&eacute; du syst&egrave;me. Pour Jean-Claude B&eacute;villard, responsable des questions agricoles &agrave; France Nature Environnement : &quot;<em>Notre pays interdit la culture des OGM sur son territoire, reconnaissant ainsi leur nocivit&eacute; pour l&rsquo;environnement. Mais en importe massivement pour l&rsquo;alimentation animale ! C'est une situation ubuesque</em>.&quot; D'autant plus que la France est parfaitement capable de subvenir &agrave; ses propres besoins prot&eacute;iniques en produisant sur son territoire, sans OGM, des esp&egrave;ces locales comme la luzerne, la f&eacute;verole ou les pois. <br />
<br />
<a href="/sites/default/files/com/cp_en_pdf_2/cp-200214.pdf">T&eacute;l&eacute;charger ce communiqu&eacute; en format PDF.</a><br />
</div>
<br />
<br />
<br />
<br />

Télécharger le communiqué en PDF
Par FNE.
Le jeudi 20 février 2014
Je relaie J'agis Je donne
Faire un don