Communiqués

Surpêche, pression touristique, braconnage... les mers françaises à la peine

Avec seulement 1,5% des mers françaises réellement protégées (malgré les 23,5% annoncés) et des moyens humains et financiers bien trop faibles, la France peine à préserver la santé de son espace maritime. Justement : la nouvelle Stratégie des Aires Protégées est actuellement en préparation, et sera présentée à l’automne 2020. En vue de la Journée mondiale de l’océan qui se tient le 8 juin, France Nature Environnement met en exergue les problématiques locales liées à la mauvaise protection des océans et donne ses recommandations pour une stratégie de protection efficace.

L’océan dans un état préoccupant, la France ne parvient pas à inverser la tendance

La France dispose du 2e plus grand espace maritime au monde : la responsabilité est de taille. Pourtant, entre les pollutions terrestres, l’extraction de sable et le transport maritime qui entraîne une pollution de l’air et du milieu marin tout en déversant illégalement des déchets et du pétrole dans nos océans… les pressions sont nombreuses. Les scientifiques[1] sont formels, l’état de la biodiversité marine française est préoccupant ; et la première cause[2] de cette dégradation est la surpêche et le recours à des techniques de pêche destructrices.

Malgré les alertes, les activités néfastes se multiplient même dans les aires marines dites « protégées ». Le faible niveau de protection dont elles bénéficient ne permet pas à nos océans de se restaurer. Résultat, avec des habitats marins et côtiers fortement dégradés et seulement 6% des espèces marines fragiles dans un état de conservation correct[3], la France n’atteindra pas le bon état des écosystèmes marins en 2020. C’était pourtant l’objectif de la directive-cadre stratégie pour le milieu marin.

La biodiversité marine en danger même dans les aires « protégées »

En Méditerranée, le CNRS dresse un constat alarmant : seulement 0,23% du bassin méditerranéen est efficacement protégé. Sur l’ensemble du littoral français, à la fois hexagonal et ultramarin, les exemples du faible niveau de protection des aires marines françaises dites « protégées » sont nombreux :

Vite : une stratégie nationale plus ambitieuse pour le milieu marin

« Le bilan est catastrophique. Même dans les aires dites protégées, avec des statuts de protection forte, la biodiversité marine souffre de l’activité humaine… il ne faut pas rater l’occasion de rectifier le tir ! explique Elodie Martinie-Cousty, pilote du réseau Océans, mers et littoraux de France Nature Environnement. Tout se joue maintenant, avec l’élaboration de la nouvelle Stratégie des Aires Protégées. C’est le moment de prendre des décisions fortes pour en finir avec les effets néfastes des activités humaines sur les océans, mais aussi accroître leur résilience au changement climatique. C‘est également un impératif pour les populations côtières : leurs activités économiques, comme la pêche, l’ostréiculture, le tourisme et la plaisance dépendent de la bonne santé des océans ! »

Pour une Stratégie des Aires Protégées réellement efficace, France Nature Environnement demande de :


[4] Ce site contient un des plus grands massifs d’herbiers de zostères (une plante aquatique) d’Europe
[5] Rapports de l’Agence Suédoise pour la Gestion de l’Eau et de la Mer sur les effets de la pêche au chalut de fond sur les écosystèmes marins ; Rapports finaux du projet Européen Benthis ; Article de Eigaard. 
Télécharger le communiqué en PDF
Par FNE
Le jeudi 04 juin 2020
Je relaie J'agis Je donne