Communiqués

Transition énergétique : des paroles et des actes

A l’heure de l’ouverture de la COP21, la Commission Européenne vient d'adresser un avis motivé à la France pour défaut de transposition de la directive Efficacité Energétique de 2012. Pour France Nature Environnement, cette démarche « pré-contentieux » engagée par la Commission Européenne illustre bien le dilemme français sur l’énergie : des paroles, mais peu d’actes. Explications.

La France déjà prise deux fois en flagrant délit de mauvaise volonté par les ONG

Au-delà du défaut de mise en œuvre des directives européennes sur l’énergie, la France a déjà fait l’objet de deux plaintes communes de FNE et du CLER auprès de l’Europe en 2014, puis en 2015, pour mauvaise transposition. Cet avis motivé traduit, une fois encore, ce que FNE dénonce : le manque de cohérence et de volonté de l’Etat français, entre un projet politique ambitieux, désormais fixé dans la loi de transition énergétique, et une mise en œuvre technique qui s’avère être bien loin du compte.

La transition énergétique ne peut se faire sans des rénovations performantes

L’exemple de la mise en œuvre de l’Efficacité Energétique est criant. Alors que se discutent aujourd’hui des textes structurants, tels que la Programmation Pluriannuelle de l’Energie, ou les décrets sur la rénovation énergétique (rénovation embarquée lors de grands travaux, obligation de rénovation pour les bâtiments tertiaires), une constante manque à l’appel : la baisse des consommations d’énergie via la rénovation énergétique performante ! En effet, à aucun moment il n’est question du niveau de performance à atteindre, pourtant explicite dans l’article 1 de la loi Energie : niveau BBC. Pour Fabien Veyret, responsable du réseau Energie de FNE «  Il est urgent que les parlementaires, qui ont construit cette loi de transition énergétique, comprennent le risque d’une mise en œuvre qui ne respecterait pas les objectifs fixées dans cette loi et qui, même pire, pourrait tuer le gisement des économies d’énergie avec des rénovations  peu performantes. Nous ne voulons pas croire que ceux qui tentent de saborder la transition énergétique en commençant par le bâtiment sont en train de gagner.»

Pour Denez L’hostis, président de FNE « La France ne peut pas rechercher sur un plan international un succès historique de la COP 21 et refuser la mise en place de la transition énergétique sur son territoire. La France doit se saisir de l’opportunité de la transition énergétique qui ne pourra se faire que si l’enjeu de la rénovation performante des bâtiments est compris par tous les acteurs  »

Télécharger ce communiqué en format PDF.

Télécharger le communiqué en PDF
Par FNE
Le jeudi 26 novembre 2015
Je relaie J'agis Je donne