L'essentiel

5 super-pouvoirs des arbres et forêts très utiles en milieu urbain

Majestueux témoins du temps, les arbres des forêts possèdent de très nombreuses qualités. Mais leurs cousins des villes ne sont pas en reste et sont de précieux alliés pour une société de plus en plus urbanisée. À l’occasion de la Journée Internationale des Forêts, France Nature Environnement vous dévoile quelques-uns des super-pouvoirs des arbres… Des atouts non négligeables qui doivent inspirer les politiques publiques pour le retour des arbres en ville.

Super-pouvoir n°1 : les arbres nous protègent contre la pollution de l’air

Savez-vous qu’en France, la pollution de l’air constitue la troisième cause de mortalité ? À son échelle, l'arbre, comme tous les végétaux, lutte contre ce fléau. Les arbres produisent de l’oxygène par la photosynthèse, captent du CO2 pendant leur croissance et fixent de nombreux polluants atmosphériques.

Plusieurs études ont confirmé que les arbres en ville étaient capables d’absorber environ la moitié des particules les plus fines, qui sont aussi parmi les plus nocives pour nos poumons. Mais il ne suffit pas de planter n’importe quel arbre n’importe où, car suivant l’espèce ou encore ses conditions d’implantation (ensoleillement, vent, risque de sécheresse…), l’effet d’un arbre sur la pollution peut dans quelques cas être remis en cause, voire s’avérer contre-productif1 puisqu'il peut parfois émettre des composés organiques volatile, un des polluants de l'air.

Cependant, certaines espèces jouent un rôle essentiel contre la pollution2 à condition de prendre en compte leurs besoins, leurs (nombreuses) qualités et leurs (petits) défauts. Si face à la pollution de l'air, France Nature Environnement promeut avant tout une réduction des émissions, la préservation des arbres et éléments naturels qui réduisent ce fléau n'est pas à négliger.

2 Voir les résultats d’études citées dans l’article suivant
© Photo Boulevard Saint-Germain, Paris 2010. Crédit Aleksandr Zykov

Super-pouvoir n°2 : bien mieux que la climatisation, les arbres luttent contre les îlots de chaleur en ville

Le dérèglement climatique pourrait provoquer une augmentation moyenne de la température des villes de 7°C1. Face à ces risques de fortes canicules, l’arbre est, encore une fois, un précieux allié. En effet, les bâtiments et les sols, surfaces dites imperméabilisées, concentrent la chaleur en été, ce qui génère des îlots de chaleur. Les arbres permettent d’absorber une partie de cette chaleur et de rendre les températures de la ville plus supportables. Ainsi, à Lyon, une étude a démontré que « les zones boisées urbaines sont de 2 à 8°C plus fraîches que le reste de la ville ».

Ce super-pouvoir est dû au phénomène de transpiration des végétaux. Pour équilibrer les quantités d’eau et d’énergie venant du rayonnement solaire dans leurs tissus, ils rejettent de l’eau dans l’air et font ainsi diminuer la température ambiante de quelques degrés. Loin d’être marginal, ce phénomène est le deuxième élément le plus important du cycle de l’eau, après la pluie.

France Nature Environnement souligne ainsi que les arbres présentent un double bénéfice face au dérèglement climatique. D'une part, ils stockent du carbone responsable de ce dérèglement et de l'autre, ils permettent d'atténuer les effets des canicules, l'une des manifestations du changement climatique.

Super-pouvoir n°3 : Les arbres, des auxiliaires de sécurité routière

Longtemps désignés comme boucs émissaires de la sécurité routière, les arbres en bord de route ont bien des atouts pour réduire les accidents. L'expérience menée en 2010 par les autorités du comté anglais du Norfolk s'avère particulièrement éclairante. À l’approche des villages, des alignements d’arbres de moins en moins espacés ainsi que des plantations « en entonnoir », de plus en plus proches de la route ont permis de donner une illusion de vitesse. Résultat : les automobilistes ralentissent et les autorités du comté ont observé une réduction de 20 % du nombre d’accidents.

À cette expérience s'ajoute les études montrant que ces allées d’arbres sont des repères visuels, très utiles de nuit ou lorsque la météo est capricieuse (pluie, brouillard). Ils ont également un rôle d'absorption des eaux de ruissellement, ce qui évite que l’eau de pluie ne stagne sur la chaussée. Grâce à leurs ombres, ils diminuent par ailleurs la température de l’asphalte, essentiel en été pour éviter la surchauffe1 mais évitent aussi les illusions d’optique qui fatiguent nos yeux.

S'il est vrai qu’en cas d’accident, un choc contre un arbre peut s'avérer dramatique, la source de l'accident n'est jamais l'arbre en lui-même mais bien la vitesse, l'alcoolémie, la fatigue ou encore l'utilisation du téléphone portable. Ces arbres de bord de route permettent de lutter contre certaines de ces sources d'accident. Alors profitons de leurs bienfaits au lieu de leur faire de mauvais procès.

1 C’est d’ailleurs la raison pour laquelle Napoléon, bien avant l’avènement des automobiles, a décidé que des arbres devraient être plantés au bord des voies empruntées par ses soldats, pour bénéficier de leur ombrage et arriver « frais et dispos » sur le champ de bataille.

Super-pouvoir n°4 : espaces boisés et forêts, champions pour se ressourcer

Bois de Vincennes à Paris, Bois de l'Epau au Mans, Parc de la tête d'or à Lyon… De nombreuses villes possèdent un parc boisé ou mieux, un bois, une forêt. Bien plus agréable qu'un pique-nique sur un parking, la sortie dans un espace boisé offre un lieu de verdure qui participe au bonheur des habitants de ces villes. La beauté des arbres et les perspectives qu'ils offrent nous dépassent, nous émerveillent et contribuent à notre bien-être.

Ajoutons à cela le temps, des décennies nécessaires pour qu’une jeune pousse atteigne plus de 60 m de hauteur (records en France1), et l’on obtient des lieux champions de l’accueil du public, des espaces privilégiés pour se reconnecter à la nature et utiliser ses cinq sens (avec précaution toutefois pour le goût et le toucher).

Pour France Nature Environnement, si les espaces boisés et forêts abritent de nombreuses activités de loisir, l’essentiel est de trouver le bon équilibre entre notre présence et les besoins de tranquillité des espèces qui y vivent… car elles sont nombreuses.

1 Sur le podium des arbres les plus hauts en France : un Douglas (non indigène) de 67 m, un Séquoia (non indigène) de 58 m, et un Epicéa commun (indigène) de 56 m. Découvrir le classement.

Super-pouvoir n°5 : les arbres, bois et forêts, refuges de biodiversité

Vous êtes à proximité d'arbres, dans un bois ou une forêt ? Ouvrez les yeux et tendez l’oreille pour entrevoir l'un des magnifiques super-pouvoirs des arbres : ils accueillent plus de 80% de la biodiversité terrestre. La diversité des essences d'arbres, la présence d'arbres très vieux et porteurs de microhabitats (cavités, fentes, coulées de sèves...) sont bénéfiques à l'ensemble de l'écosystème forestier.

Cette hétérogénéité accueille une grande variété de végétaux, champignons, animaux, qui à leur tour rendent les arbres plus résistants et l'écosystème moins fragile face aux maladies ou aux évènements climatiques (tempêtes, sècheresses...). Tous les rapports et études scientifiques le confirment : nous n’arrivons pas à stopper la déforestation, les espèces disparaissent à une vitesse vertigineuse pourtant les lois s'intéressent davantage aux volumes de bois qu'aux foret, à la nécessité de préserver leur fonctionnement et leur biodiversité. Un changement de cap est plus que nécessaire pour un monde vivable, en replaçant l'arbre et les multiples services qu'il rend à la société sur le devant de la scène. Au quotidien, France Nature Environnement promeut et défend cette vision au sein des nombreuses commissions et instances auxquelles elle participe, parce que les arbres ont tant à nous apporter qu'ils méritent bien plus qu'une journée !

Partez à la découverte des forêts

Vous souhaitez mieux découvrir les arbres et forêts, participez aux animations organisées du 17 au 25 mars autour de la journée internationale des forêts, un évènement dont France Nature Environnement est partenaire.

Vous pouvez également consulter le gros rapport très documenté (en Anglais) rédigé par The Nature Conservancy en 2016. Certains éléments de ce rapport nous ont été particulièrement utiles pour la rédaction de notre article. Merci aux auteurs pour cet énorme travail.

Découvrez également notre article : « Forêt : abattons 10 idées reçues » pour mieux comprendre ces écosystèmes.