L'essentiel

Déchets nucléaires : l'essentiel à savoir sur le projet CIGÉO à Bure

Décidé par l'État français, le projet CIGÉO à Bure vise à enfouir les déchets nucléaires les plus radioactifs du pays pour des centaines de milliers d’années. Plonger dans ce dossier, c'est rencontrer une multitude de questions auxquelles ni les promoteurs, ni l'État ne savent répondre, révélant ainsi notre incapacité à gérer l'énergie nucléaire et ses déchets. C'est aussi constater que les alternatives à CIGÉO n'ont jamais été sérieusement étudiées. Découvrez avec Mirabel-Lorraine Nature Environnement et France Nature Environnement, les enjeux de ce projet explosif.

Le projet d'enfouissement des déchets nucléaires de CIGÉO à Bure soulève de multiples questions. Pour éclairer le débat, France Nature Environnement a conçu un dossier constitué de plusieurs articles présentant les principaux enjeux du projet.

Le présent article est le premier volet de notre enquête : il fait la synthèse du projet et des principaux problèmes qu'il présente.

En quoi consiste le projet de CIGÉO à Bure ?

Enfouir 99,9 % de la radioactivité totale des déchets du programme nucléaire français dans un seul et même lieu pour des centaines de milliers d'années : voici, en substance, l'insensé projet du Centre Industriel de stockage GÉOlogique, alias CIGÉO, à Bure dans la Meuse. Cette poubelle du nucléaire français est censée accueillir ses premiers colis de déchets radioactifs en 2030. Pendant au moins 120 ans, ils seraient alors progressivement entreposés à 500 mètres sous terre avant que le stockage ne soit « scellé pour l’éternité ».

Alors qu’une loi avait prévu d’étudier diverses alternatives à l’enfouissement en profondeur, l'État a très vite jeté son dévolu sur la commune de Bure, village de 90 âmes entre Nancy et Troyes. Si pour l’instant aucun déchet n’y est enfoui, un laboratoire de l’Andra (Agence Nationale pour la gestion des Déchets Radioactifs) y est installé depuis 2000 et jette les bases d’un centre d’enfouissement « définitif ».

L’Andra est l’établissement public chargé de traiter l'épineuse question des déchets nucléaires. Pour y répondre, elle a décidé de construire à 500 mètres de profondeur environ 300 kilomètres de galeries souterraines (soit Paris-Angers à vol d'oiseau). La surface de cette poubelle nucléaire représente plus de 2 fois celle de la ville de Paris. Ces galeries desserviraient des alvéoles horizontales de plusieurs centaines de mètres au sein d’une couche d’argile censée ralentir la diffusion de la radioactivité vers la surface au cours des millénaires. 108 000 m3 de déchets radioactifs dits à "haute activité" et "à moyenne activité à vie longue" y seraient enfouis, l'équivalent d'environ 43 piscines olympiques de 2 m de profondeur.

Illustration : localisation de Bure - carte élaborée avec OpenStreetMap

Mais en réalité, nul ne sait exactement ce qui sera enfoui car, au fur à mesure que le temps passe, de nouveaux déchets nucléaires dont on ne sait que faire s'accumulent. Ils pourraient aussi finir dans le « grand trou » puisque ce scénario s'est déjà réalisé avec les déchets de moyenne activité à vie longue qui n'étaient pas prévus dans ce projet au départ.

Et si ces déchets ne constitueraient pour l'heure « que » 3,2 % du volume total de ceux issus des réacteurs nucléaires français, ils concentrent à eux seuls 99,9 % de leur radioactivité.

À quoi peut-on comparer la radioactivité de ces déchets ?

Tenter de décrire la dangerosité des déchets que l’État désire enfouir à Bure, c'est se confronter à un dictionnaire qui manque de mots. Les chiffres aident à percevoir l'enjeu. Cette radioactivité représente près de 100 fois celle dispersée par l'accident de Tchernobyl. La durée de sa dangerosité, elle, est estimée à 100 000 ans.

100 000 ans. Une échelle de temps hors de proportion avec toute civilisation et hors de portée pour les humains et leur espérance de vie d’environ 80 ans. Alors qu’aucun assureur ne garantirait l'absence d'accidents sur une telle durée, l'État français croit pouvoir tenir le pari… Par sa nature, CIGÉO interroge donc fortement l'avenir, la durée de l'engagement des choix politiques présents et la fiabilité des compétences actuelles de l’industrie nucléaire alors que la mise à l’arrêt définitif des réacteurs et leur démantèlement doit encore être précisé.

Photo : Vue d'un bâtiment de Prypiat (Ukraine) des dizaines d'années après l'accident de Tchernobyl. Crédit pxhere

Si face à cette brûlante question de la gestion des déchets nucléaires, l'étude de différentes options s'avère primordiale, le concept de plan B à CIGÉO, prévu en 1991, a été supprimé par la loi de 2006. Ce renoncement à l'étude d'alternatives conduit désormais les pouvoirs publics à faire plier le projet à une décision déjà prise. Pour France Nature Environnement, il s'agit d'une erreur gravissime. Immanquablement, le site de Bure montre déjà des failles et deux décès sont déjà survenus sur le site ce qui donnent un avant-goût amer des risques qui pèsent sur le projet.

CIGEO : l'enfouissement des déchets nucléaires en profondeur, un désastre annoncé ?

Le choix de gérer la question des déchets nucléaires en optant pour l’enfouissement en profondeur est-il le plus pertinent ? L'histoire, les drames ou encore les avis des experts montrent que la réponse est très loin d'être positive. L’Andra elle-même doute en interne de cette sécurité. Explications sur les questions brûlantes de la conception et de la sécurité de l'enfouissement en profondeur de déchets nucléaires.

Comprendre les enjeux de sécurité

Photo : Essai nucléaire souterrain peu profond de Storax Sedan par les États-Unis, 6 juillet 1962 (GMT) - crédit National Nuclear Security Administration

CIGEO : l'histoire politique bien peu démocratique de la gestion des déchets nucléaires

L’État est-il objectif sachant qu’il est partie prenante des principaux acteurs de la filière nucléaire ? Comment en est-on venu à choisir le stockage en profondeur ? L'histoire politique du projet CIGÉO montre que les alternatives n'ont jamais été sérieusement étudiées : Bure semble pour l'État la seule option possible. Pour aboutir à cette impasse, le processus décisionnel est émaillé de votes en catimini, d’enjeux majeurs vite écartés, d'avis des citoyens non pris en compte quand ils sont appelés à s'exprimer ou encore de stratégie de diversion visant à criminaliser l'opposition… CIGÉO interroge fortement la démocratie de la décision alors que la gestion des déchets nucléaires nous engage pour des centaines de milliers d'années. Retour sur l'histoire peu démocratique du projet CIGÉO.

Découvrir l'histoire du projet

Déchets nucléaires : problèmes autour du site d’implantation du projet CIGÉO à Bure

Le site de Bure a été validé pour l’implantation de CIGEO alors que toutes les études n’avaient pas encore été réalisées. Le lancement des travaux a donc soulevé des problèmes liés à la nature des couches géologiques soi-disant imperméable à long terme. Pour mener ces travaux, l'Andra a régulièrement contourné les règles imposées par le gendarme du nucléaire - l’ASN, Autorité de sûreté Nucléaire- ou encore les réglementations en vigueur. Le sous-sol de Bure a également réservé de belles mais cyniques surprises rappelant la très longue incidence des choix opérés aujourd'hui. Focus sur les problèmes rencontrés sur le site de Bure. Mais existe-t-il un « bon » site d’implantation pour l’enfouissement en profondeur ?

Cerner les enjeux du site de Bure

Photo : Centrale Nucléaire de Golfech, Tarn-et-Garonne. Crédit Renaud Camus.

Que demande France Nature Environnement ?

France Nature Environnement appelle à la sortie du nucléaire afin, notamment, de ne plus produire ces déchets et d'en connaître la réalité. Nous demandons l’arrêt du projet CIGÉO avant d'engager une phase pilote qui n’est autre que le démarrage effectif de l’enfouissement. Les retours d’expérience sur l'enfouissement en profondeur des déchets, jonchés d'accidents, que ce soit à WIPP (Etats-Unis), Asse (Allemagne), ou encore du centre de stockage de déchets chimiques de Stocamine (Alsace), ont été négligés et ne permettent pas d’aborder sereinement le projet CIGÉO.

Ce projet fait également l'objet de questionnements scientifiques sur sa faisabilité, restés sans réponse malgré d’importantes sommes d'argent engagées depuis près de 20 ans. De plus, il a été décidé de réaliser cette installation, et exclusivement celle-ci, avant même que sa faisabilité soit avérée, ce qui conduit à un projet imposé, source de très graves tensions locales et nationales.

CIGÉO ne constitue pas un projet de territoire soutenable pour ses habitants qui le contestent, ni pour l’ensemble de la nation qui ne pourrait assumer un tel héritage. Construire la plus grande poubelle nucléaire du monde à Bure reviendrait à ajouter un grand nombre d’aléas ingérables à la catastrophe que représente d’ores et déjà la filière nucléaire en quasi-faillite.

Photo : Assemblée générale 2017 de France Nature Environnement

L'insoluble casse-tête que représente la gestion des déchets nucléaires français nous rappelle l'impasse que constitue l'énergie nucléaire. Comme de nombreuses associations, France Nature Environnement milite donc pour que l'État français sorte rapidement du nucléaire afin notamment de ne plus produire ces déchets dont il ne sait que faire. Pour les gérer, nous défendons, avec d’autres organisations, l'arrêt du projet CIGEO et le lancement d’études sur les autres options de stockage à long terme.

Immanquablement en lisant notre enquête, une question vous vient à l'esprit : finalement, quelle est la solution la « moins pire » pour stocker ces déchets ? France Nature Environnement s'attèle à vulgariser son expertise pour vous présenter ses propositions, à étudier plus sérieusement. Elles sont aujourd'hui centralisées dans ce que notre mouvement nomme « une note de positionnement » de 14 pages. En attendant ce cinquième volet de notre dossier, vous pouvez d'ores et déjà consulter notre note de positionnement.

Télécharger notre note de positionnement sur la gestion des déchets nucléaires

Photo, rassemblement pour la fermeture de Fessenheim à Colmar, octobre 2009 Crédit Sortir du Nucléaire