L'essentiel

Déforestation due au chocolat : un désastre évitable

Noël, Pâques, Saint-Valentin... Le chocolat, c'est le délice sucré qui se déguste à mille et une occasions. Chaque année, environ 3 millions de tonnes de chocolat sont engloutis dans le monde. 60 % sont consommés en Europe. La chocolat-mania prend de l'ampleur : les ventes augmentent chaque année de 2 à 5 %. Cette croissance de la demande possède une amère face cachée. Elle favorise la culture intensive et incontrôlée du cacao, première cause de la déforestation en Afrique de l’Ouest. Celle-ci met en péril de nombreuses espèces à l'image des emblématiques éléphants. Un drame environnemental mais également social qui est évitable si les industriels acceptent de modifier leurs pratiques. Vous-même, vous pouvez agir tout en vous régalant. Décryptage de France Nature Environnement avec l'appui de l'ONG Mighty Earth.

Comment notre consommation de chocolat participe à la disparition des éléphants ?

À l'origine, ils étaient des dizaines de milliers. Aujourd'hui, seuls 200 à 400 éléphants vivent en Côte d'Ivoire. Mais quel est le lien entre cette hécatombe et l'industrie du chocolat ? Le chocolat est produit à partir de graines de cacao, issues des cacaoyers. Ces petits arbres poussent en milieux tropicaux, et plus particulièrement en Afrique de l’Ouest qui concentre les trois quarts de la production mondiale de cacao. Pour répondre à la demande croissante en chocolat, des forêts tropicales sont rasées afin d'y planter des cacaoyers. La Côte d'Ivoire et le Ghana, respectivement premier et deuxième producteurs mondiaux de chocolat, sont les pays les plus affectés : le secteur du chocolat y est la principale cause de déforestation.

La déforestation est synonyme de perte d'habitat pour l'éléphant de Côte d'Ivoire. Cette perte est la deuxième cause de disparition de l'espèce, après le braconnage. Et l'éléphant n'est pas la seule victime. Ces forêts tropicales denses qui disparaissent sont normalement le lieu de vie de chimpanzés, d'hippopotames nains, d'écureuils volants, de pangolins, de léopards et de toute une myriade d'espèces animales et végétales qui vivent dans et grâce à cette luxuriante jungle.

La déforestation liée à la culture de cacaoyer accélère également le dérèglement climatique. À l’échelle mondiale, la déforestation serait responsable de 20 % des émissions de gaz à effet de serre, l'Afrique de l’Ouest représente un quart de ces émissions.

Crédit photo Thomas Breuer

La déforestation liée au chocolat atteint même… les parcs naturels

En Côte d’Ivoire, l'ampleur du phénomène se mesure à la seule vue des cartes. Alors que les forêts recouvraient une bonne part du pays en 1960, elles occupent aujourd’hui moins de 11% du territoire.

Et ça ne s’arrête pas. Toujours en Côte d’Ivoire, des analyses satellites faites par l'ONG Mighty Earth, ont montré qu’entre novembre 2017 et septembre 2018, rien que pour la région cacaoyère du sud-ouest, environ 13 748 hectares de forêt ont été détruits, soit l’équivalent de 15 000 terrains de football.

Les parcs nationaux, espaces d’une biodiversité exceptionnelles censés être protégés à l’échelle mondiale et inscrits sur les listes des Nations Unis, ne sont pas épargnés. Au Ghana, plus de 110 000 hectares de parcs naturels ont ainsi été défrichés entre 2001 et 2014. En Côte d'Ivoire, le taux de déforestation atteint 93 % dans 7 des 22 espaces protégés du pays.

Certaines mesures ont été prises par les gouvernements ivoiriens pour lutter contre la déforestation illégale et ses conséquences, en expulsant par exemple les cultivateurs de cacao des parcs nationaux. Seulement, la corruption qui sévit dans le pays met à mal ces efforts, les pots de vin étant simplement devenus plus élevés pour les producteurs de cacao.

Crédit photo Liviya James - Waxman strategie

À ce bilan environnemental catastrophique s’ajoute un bilan social désastreux.

Les cultivateurs, premiers responsables ? L'idée manque de perspective. En Afrique de l’Ouest, les cultivateurs de cacao gagnent moins d’1$ par jour, 54 centimes en Côte d’Ivoire. Alors qu'ils recevaient environ 16 % de la valeur d'une barre chocolatée dans les années 1980, ils n'en perçoivent aujourd'hui que... 6 %.

Le secteur du chocolat est également connu pour ses violations régulières du droit du travail, l'esclavage et le travail des enfants n'y est pas rare. Plus de 2 millions d’enfants travaillent ainsi dans la dangereuse et pénible récolte de cacao en Afrique de l’Ouest. Comble du paradoxe, ces enfants, comme la plupart des cultivateurs de cacao, n’ont jamais gouté au chocolat.

À l'autre bout de la chaîne, les distributeurs et chocolatiers perçoivent chacun un tiers du prix d'une tablette de chocolat… Ne serait-ce pas plutôt à eux de se montrer plus regardants sur l'origine des produits dont ils tirent profit ?

Déclaration de Berlin : l'ensemble du secteur reconnaît qu'il faut changer

En 2018, le constat fait par un grand nombre d’acteurs de la filière cacao dont des producteurs, chocolatiers, industriels mais aussi gouvernements est sans appel : ils ont reconnu que les mesures prises jusqu'à présent n'ont pas été efficaces pour lutter contre la déforestation et des conditions de travail indignes. Réunis à l'occasion de la 4ème Conférence mondiale sur le cacao (ICCO), ces acteurs ont signé ensemble la déclaration de Berlin. Elle reconnaît qu’une « nouvelle vision est nécessaire pour parvenir à une véritable durabilité sectorielle » et propose une série de 12 recommandations à destination de l'ensemble de la chaîne d'approvisionnement en chocolat. La concrétisation de cette déclaration ? Seul l'avenir pourra le dire.

Crédit photo Liviya James - Waxman strategie

La France veut lutter contre la déforestation importée.

De son côté, le plan climat adopté par la France en juillet 2017 indique, parmi 17 mesures, que « l’importation de produits qui conduisent à la destruction des 3 grandes forêts tropicales du monde (Amazonie, Asie du Sud Est et Bassin du Congo) sera rapidement arrêtée ». Pour que ce plan devienne réalité, le gouvernement a présenté sa « Stratégie Nationale de lutte contre la Déforestation Importée » en novembre 2018.

La « déforestation importée » désigne cette sombre chaîne de cause à effet. La demande de certains produits augmente en Europe. Les terres agricoles des pays producteurs ne suffisent plus, alors les cultures remplacent des forêts tropicales. Les peuples locaux sont expulsés, les forêts défrichées, les animaux qui vivaient dans ces jungles sont décimés au profit de monocultures. Si en Afrique de l’Ouest la déforestation est particulièrement liée à la consommation de chocolat, en Asie du Sud Est, elle est associée à l'huile de palme, quand en Amazonie, c'est la culture de soja nourrissant en partie les animaux d’élevages européens qui cause la plus grande part de la déforestation.

Ainsi, cacao, soja et huile de palme représentent à eux seuls 80 % des importations pouvant générer de la déforestation au niveau des principaux bassins de forêts tropicales du monde. Pour couvrir ses besoins en volailles, agrocarburants, gâteaux secs, chocolat et café, un français « consomme » en moyenne 352 m2 de forêt tropicale chaque année.

La Stratégie Nationale de lutte contre la Déforestation Importée pourra-t-elle arrêter le phénomène ? France Nature Environnement, qui suit particulièrement cette législation, considère qu'il s'agit d'un premier pas important, d'autant plus que la France affiche une volonté de porter cette ambition à l’échelle européenne. Cependant, cette stratégie a le défaut de ne pas être contraignante et possède pour objectif de stopper la déforestation d’ici… 2030. Avec une vingtaine d'associations, nous plaidons auprès des décideurs et entreprises pour qu'ils se fixent un délai de 400 jours à compter du 15 novembre 2018 pour rendre concrètes les ambitions de la Stratégie Nationale de lutte contre la Déforestation Importée.

Que faire à votre échelle ? Ensemble, faisons bouger les industriels du chocolat !

En tant que citoyens et consommateurs, vous, lecteurs, vous avez également les moyens de nous aider à lutter contre ce fléau. 1

Découvrez le classement des marques

D'une part, saisissez-vous lors de vos achats du classement des différentes marques réalisé le 3 décembre 2018 par Mighty Earth. L'ONG, partenaire de France Nature Environnement, effectue des enquêtes fouillées sur la déforestation des forêts tropicales à travers le monde. Après un premier classement réalisé pour Pâques 2018 qui a incité certaines marques à améliorer leurs pratiques, l'ONG vient de sortir un deuxième classement (en anglais) tenant compte des pratiques environnementales et du respect des droits humains.

Voir le classement des marques 

Interpellez Système U, l'un des distributeurs les plus laxistes

[ACTION TERMINÉE] Jusqu'au 31 décembre 2018, interpellez le distributeur Système U avec France Nature Environnement. Parmi les huit distributeurs interpellés, Système U est le seul qui a ni accepté de nous rencontrer, ni publié de plan de vigilance, ni émis de document de référence sur la déforestation, ni rejoint de groupe de distributeurs visant à traiter la question. En somme, Système U n'a livré aucune information pour que l'on sache s’il s'engage dans des démarches les plus basiques de lutte contre la déforestation et le travail des enfants sur la filière chocolat. Le distributeur se montre également sourd à toute demande de simple rencontre. Grâce à notre dispositif, nous vous proposons d'envoyer directement un mail en quelque clics à la marque afin de stopper cet #AmerChocolat. Plus nous serons nombreux à lui demander des comptes, plus nous aurons de chances qu'elle surveille ses achats. Pensez également à suivre cette campagne en vous inscrivant à notre newsletter… nous aurons probablement besoin de votre appui pour faire cesser cette déforestation.

Cette action est terminée pour cause de réussite : merci à vous pour votre mobilisation.

Découvrir les résultats

Mettez en lumière ce fléau

L'information est un levier indispensable pour mettre fin à ce fléau. En la diffusant, vous êtes un également pilier indispensable pour nous aider à faire de ce monde, un Monde Vivable. Partagez ce dossier sur les réseaux sociaux

Facebook

Twitter

Linkedin

Vous êtes journalistes ? La mise en lumière de la déforestation liée au chocolat nous serait d'une aide précieuse, n'hésitez pas à nous contacter à presse ( @ ) fne.asso.fr pour de plus amples informations.

Crédit photo : Looking4poetry