L'essentiel

C'est quoi un cours d'eau "en bon état" ?

Seulement 45 %. En France, seulement 45 % des cours d'eau étaient « en bon état écologique » en 2015 et seuls 62 % présentaient « un bon état chimique ». Que signifie cette notion de « bon état » des eaux ? Quelle différence y a-t-il entre un « bon état écologique » et un « bon état chimique » ? Pourquoi avoir inventé de tels indicateurs ? Investie de longue date contre la détérioration des cours d'eau, France Nature Environnement fait le point.

Qu'est-ce qu'un cours d'eau en bon état ?

La notion de « bon état » d'un milieu naturel est apparue au Sommet de la Terre de Rio, en 1992. Depuis, elle a été plusieurs fois reprise dans la législation notamment dans l'un des textes primordiaux en matière d'eau : la Directive Cadre Européenne sur l'Eau.

Cette notion se trouve ainsi appliquée aux cours d'eau1. Les rus, ruisseaux, rivières, fleuves… tous ces chenaux naturels conduisant de l'eau de façon temporaire ou permanente peuvent ainsi être étudiés à l'aune de leur état.

Un cours d’eau est jugé « en bon état » si :

  • il permet une vie animale et végétale riche et variée ;

  • il contient peu de produits toxiques ;

  • il dispose d'une quantité suffisante d'eau pour satisfaire les usages des humains mais aussi les besoins des milieux naturels et des animaux et végétaux qui y habitent.

Malheureusement, s'il a fallu inventer cette notion de « bon état » de l'eau, c'est parce que cette précieuse ressource subit de nombreuses dégradations et pollutions.

1 L'article L. 215-7-1 du code de l'environnement dispose : « constitue un cours d'eau un écoulement d'eaux courantes dans un lit naturel à l'origine, alimenté par une source et présentant un débit suffisant la majeure partie de l'année. L'écoulement peut ne pas être permanent compte tenu des conditions hydrologiques et géologiques locales ».

Pollutions, barrages, prélèvements : qu'est-ce qui menace la santé des cours d'eau ?

Il existe quatre principales causes de dégradation d’un cours d’eau en France :

  • Les pollutions liées aux rejets de polluants et d’eaux usées non traitées : bien qu’aujourd’hui la majorité des eaux usées soient traitées, un rejet ponctuel et/ou accidentel d’eaux usées dans un cours d’eau le contamine et peut tuer toutes les espèces de faune et de flore qui s’y trouvent.

  • Les pollutions liées aux pratiques de l’agriculture intensive : 389 pesticides différents ont été retrouvés au moins une fois dans les rivières en 2014. En tout, les pollutions diffuses agricoles ont entraîné entre 1,1 et 1,6 milliards d'euros de dépenses. Les pratiques de l'agriculture intensive, notamment l’utilisation en grande quantité d’engrais à base de nitrates et de pesticides empoisonnent les cours d’eau. Les produits qui sont déversés sur les champs sont emportés par l’eau en cas de pluie et ruissellent alors jusqu’aux cours d’eau.

  • Les constructions et aménagements de l'Homme qui modifient la morphologie des cours d’eau altèrent le fonctionnement naturel du cours d’eau et ont donc un impact sur la qualité de l’eau et sur la biodiversité. Ces modifications peuvent être de différents types : le curage des cours d’eau, les barrages, la modification du tracé des cours d’eau, l’élargissement du lit des cours d’eau, etc. En France, 100 824 obstacles à l'écoulement naturel de l'eau ont été recensés en 2018.

  • Les prélèvements d’eau trop importants, qui peuvent faire baisser le débit du cours d'eau et les écoulements naturels. Ils finissent par modifier le fonctionnement naturel du cours tout en portant atteinte aux espèces qui vivent dans ce milieu et qui ont besoin de cette eau. En 2013, 38,5 milliards de d’eau douce ont été prélevé dans les milieux.

État chimique, état écologique : deux critères de santé des cours d'eau

Pour éviter ces dégradations, a Directive Cadre sur l’Eau impose aux états membres de l’Union Européenne des objectifs pour atteindre le bon état des « masses d’eau ». Pour analyser l'atteinte de ces objectifs, les cours d'eau sont analysés autour de deux piliers : leur « état chimique » et leur « état écologique ».

L’état chimique est mesuré grâce à des prélèvements d’eau dans lesquels sont recherchés des substances dangereuses telles que des pesticides, métaux lourds ou encore hydrocarbures. Sur chaque substance, des seuils limites sont fixés par la réglementation. Ils ne doivent pas être dépassés pour que le cours d'eau soit jugé « en très bon état chimique ». En 2015, 62 % des cours d'eau français présentaient « un bon état chimique »1.

L’état écologique tient quant à lui compte de trois aspects :

- l'état biologique du cours d'eau, déterminé par la faune et la flore présentes dans le cours d’eau.

- ce qui est nommé l'état physico-chimique de l'eau, qui reflète les conditions du milieu. La quantité d’oxygène, de matière organique, de nitrates et phosphore dans l’eau sont par exemple analysés.

- ce qui est appelé la « qualité hydromorphologique » du cours d’eau, c'est à dire la diversité des écoulements de l’eau, de la profondeur de l'eau, le tracé et la morphologie du cours...

En tenant compte de ces variables, seuls 45 % des cours d'eau français étaient en « bon état écologique » en 2015.

Parmi ces critères, l'un s'avère particulièrement révélateurs : il se base sur les animaux et végétaux des cours d’eau et de leurs rives, particulièrement sensibles à l’état du milieu naturel.

 1 Données nationales issues du site web eaufrance

Plantes et végétaux, précieux témoins de la qualité d'un cours d'eau

Que ce soit à l’œil nu ou au microscope, les espèces animales et végétales qui peuplent nos cours d’eau révèlent de précieuses informations. La richesse et la diversité de ces espèces témoignent de cours d’eau en bon état. En effet, pour leur plaire, les pollutions doivent être évitées et la morphologie des cours d’eau doit elle aussi être diversifiée : les écoulements de l’eau, la profondeur de l’eau, la taille des sédiments au fond de l’eau doivent être variés. Pour un cours d'eau en bon état, le mot d’ordre est donc diversité !

Des inventaires réguliers de la faune et de la flore sont donc réalisés. En fonction du type d’espèces présentes et de la quantité d’individus, il est alors possible d'évaluer l'état biologique du cours d'eau.

L’inventaire de la faune est basé sur :

  • Les macroinvertébrés : ce sont essentiellement des larves d’insectes, telles que les larves de libellules. Lorsqu’ils sont sous forme de larves, ces insectes vivent dans l’eau, et sont plus ou moins sensibles aux pollutions ;

  • Les poissons : ils reflètent l’ensemble des pressions qui sont exercées sur les cours d’eau (pollutions, modifications de la morphologie du cours d’eau et des écoulements) car elles les impactent directement.

L’inventaire de la flore est basé sur :

  • Les diatomées : ce sont des algues microscopiques présentes dans tous les milieux aquatiques et qui témoignent d’une eau de qualité, car elles sont sensibles aux pollutions classiques (nitrates et pesticides par exemple) ;

  • Les végétaux aquatiques d’eau douce, suffisamment grands pour être visibles à l’œil nu.

Et toute cette biodiversité n'est pas seulement plaisante à observer, elle nous livre également de précieux services au quotidien.

Cinq précieux services rendus par un cours d'eau en bon état

Un cours d'eau en bon état rend en effet des services inestimables, à l'image de ces cinq exemples :

  • Un approvisionnement en eau de qualité : le cours d’eau constitue une source d’eau pour notre consommation et pour de nombreux usages. Plus le cours d’eau sera en bon état, plus nous aurons une eau potable de qualité nécessitant peu de traitements.

  • Une dépollution naturelle des eaux : un cours d’eau en bon état élimine naturellement la pollution présente dans l’eau, à condition bien entendu qu’elle ne soit pas excessive. Les organismes vivants jouent un rôle essentiel dans ce processus.

  • La régulation des inondations : un cours d’eau qui fonctionne naturellement, qui n’est pas contraint par des digues ni bloqué par des barrages, a la capacité d’atténuer les crues en s’étalant tranquillement dans des espaces naturels (zones humides ou plaines d’inondations par exemple).

  • L’accueil de la biodiversité : un cours d’eau en bon état accueille une grande richesse de faune et de flore, parfois insoupçonnée, qui est spécifique à ces milieux et qu’il est important de protéger. Ces espèces, qui chacune participe à l'équilibre général de la nature, livrent discrètement de précieux services à l'image des fameuses libellules, friandes des larves de moustiques ou des roseaux, alliés pour lutter contre les pollutions.

  • Un lieu de bien-être et de loisirs : si la nature rend des services, elle est aussi à protéger pour ce qu'elle est. Rien de tel qu’un cours d’eau dans une ville pour apporter un peu de fraicheur et créer un espace de balade agréable. Les cours d’eau sont aussi sources d’activités telles que la pêche, le canoë, la baignade, etc.

Et tous ces services nous sont rendus gratuitement ! Ils sont d’autant plus importants aujourd’hui, car les cours d’eau et plus globalement les milieux naturels en bon état nous aident à atténuer les effets du dérèglement climatique.

Ces milieux nous aident, alors protégeons-les !

Cessons les pollutions et restaurons nos cours d'eau

Redonner au cours d’eau son tracé d’origine, replanter des arbres sur les rives, protéger les berges avec des tressages végétaux, supprimer les barrages inutiles et équiper ceux qui ont encore un usage, pour permettre aux poissons et aux sédiments du cours d’eau de circuler librement… les associations du mouvement France Nature Environnement participent à des chantiers variés permettant de restaurer les cours d'eau.

Ces actions permettent d'aider les cours d'eau à retrouver un fonctionnement naturel et des eaux de qualité. Elles contribuent notamment à préserver les milieux et leur biodiversité mais aussi à maintenir les services que nous rendent les cours d’eau. Ces opérations participent aussi à la recharge naturelle en eau des nappes souterraines, aujourd’hui largement perturbée par les activités humaines. Elles contribuent à la prévention des inondations, en permettant aux milieux de jouer naturellement un rôle de tampon en cas de crue.

En complément de ces actions de restauration, le mouvement France Nature Environnement milite pour stopper les pollutions à la source, solution la plus efficace pour ne pas dégrader les cours d'eau. Pour cela, nous attaquons régulièrement en justice les pollueurs, à l'image de cette filiale de Lactalis condamnée pour avoir déversé des polluants depuis 1942 dans l'Isère. Nous œuvrons aussi à une meilleure protection juridique de ces milieux, par exemple par le biais de notre pétition contre un arrêté ouvrant la voie libre aux pesticides dans les cours d'eau.

L'Europe donne le cap du bon état des cours d'eau

Un cadre juridique, c'est l'objet de la Directive Cadre sur l’Eau, initiée par l'Europe en 2000. Cette directive fixe des objectifs pour atteindre le bon état des « masses d’eau ». Pour y répondre, la France a mis en place des programmes d’actions spécifique à chacun de ses grands bassins hydrographiques de France métropolitaine (Adour-Garonne, Artois-Picardie, Loire-Bretagne, Rhin-Meuse, Rhône-Méditerranée-Corse, Seine-Normandie) et en Outre-mer.

Par exemple, sur le bassin Loire-Bretagne, environ 26% des cours d’eau sont en bon état et 20% s’en approchent. Le programme d’actions a pour but d’atteindre l’objectif fixé par l’Europe d’ici 2021, qui est de 61% des cours d’eau en bon état.

Le programme de surveillance a pour objectif d’évaluer l’état des eaux et de suivre son évolution. Il définit pour 6 ans, les types de mesures à réaliser, leur localisation et leur fréquence. Tous les milieux sont concernés, eaux de surface continentales, littorales et souterraines. En Loire-Bretagne, la qualité des eaux est observée à partir de plus de 3 500 stations de mesures.

Aller plus loin

Toutes nos publications sur l'eau