L'essentiel

L’épopée du textile, partie 1 : du champ à la boutique

En France, 2,6 milliards de textiles et chaussures sont mis sur le marché tous les ans, soit l’équivalent de près de 10 kilos par habitant[1] ! Les impacts sociaux et environnementaux d’une telle consommation sont multiples, et surviennent à chaque étape du cycle de vie des textiles. Au cœur du problème : un modèle de production et de consommation à réinventer d’urgence !

Tout au long de l’année 2021, France Nature Environnement vous accompagne pour réduire l’impact de votre consommation textile. Dans ce premier épisode, on s’intéresse à tout ce qui se passe avant l’arrivée du vêtement en boutique : production des fibres, traitement, confection, transport… Une véritable épopée, qui vous inspirera sans doute un respect nouveau pour votre garde-robe ! Mais les multiples impacts peuvent aussi vous donner le tournis : pas de panique, des solutions existent pour reprendre le contrôle. 

Défi #DresseTonDressing
Rendez-vous chaque mois sur Facebook et Twitter
Prochain rendez-vous : le 28 mai 2021


[1] EcoTLC – Refashion : 9,7 kilos par habitant en 2019 (9,5 en 2018).

L’avènement de la fast fashion

Plus de 100 milliards de pièces de vêtements sont vendues chaque année dans le monde[1]. La mode génère plus d’1,2 milliards de tonnes de gaz à effet de serre par an[2], soit plus que le trafic maritime et les vols internationaux réunis. Le secteur textile est ainsi le cinquième plus gros émetteur de gaz à effet de serre et l’une des industries les plus polluantes au monde. On estime que, si la tendance actuelle se poursuit, le textile pourrait être responsable en 2050 de 26 % des émissions globales de gaz à effet de serre[3]

Et le phénomène aujourd’hui bien connu de fast fashion, ou « mode jetable », n’y est pas pour rien. Depuis les années 1950 et l’avènement du prêt-à-porter, la mode n’a cessé de devenir toujours plus accessible, avec une accélération notable au début des années 2000, où les traditionnelles collections printemps-été et automne-hiver ont laissé place à des collections renouvelées une dizaine voire une vingtaine de fois par an. Résultat : le volume de la production textile a doublé entre 2000 et 2014 ! L’essor du e-commerce a également fortement contribué à cette évolution.

La délocalisation de l’industrie textile vers des pays aux coûts de production très faibles a aussi eu pour conséquence qu’entre 1995 et 2014[4], le prix des vêtements que nous portons a nettement moins grimpé que celui d’autres biens de notre quotidien[5].

La consommation de vêtements a donc considérablement augmenté (+ 60 % en moyenne au cours des 15 dernières années)[6], avec des prix toujours plus bas mais aussi une durée de vie toujours plus courte. Nous en achetons deux fois plus, mais conservons nos vêtements moitié moins longtemps… Plus que jamais, il est temps de ralentir la mode !


[1] Timeout for fast fashion, Greenpeace, 2014
[2] Ellen MacArthur Foundation, A New textiles economy, Redesigning fashion’s future, 2016
[4] CO2, eau, microplastique : la mode est l’une des industries les plus polluantes du monde, Le Monde, 2019
[5] Au Royaume-Uni par exemple, le prix des vêtements a baissé de 53%, là où celui d’autres biens du quotidien a augmenté de 49%. (Euromonitor ; McKinsey analysis)

1. La production des fibres : les matières premières

La production des matières premières permettant la réalisation des fibres textiles est la première étape et l’une des plus impactantes de la chaîne. Les matières premières utilisées sont à 63 % chimiques, et à 37 % naturelles (dont 26 % de coton)[1].

1.1 Les matières premières naturelles

Les matières premières naturelles peuvent être d’origine végétale (coton, lin, raphia, latex), c’est-à-dire obtenues par la culture de plantes, ou animale (laine, cuir, fourrure, soie), par l’élevage d’animaux. Elles sont utilisées depuis maintenant plusieurs siècles, mais leur impact environnemental a considérablement augmenté depuis le début du XXe en raison de l’augmentation exponentielle de la production textile et de la transformation parallèle des modes de production.

La matière végétale la plus utilisée dans le monde est le coton, avec une production annuelle mondiale de plus de 26 millions de tonnes[2]. Il représente à lui seul 1/4 de la production mondiale de fibres textiles. Or sa culture est loin d’être sans conséquence sociale et environnementale. Elle est tout d’abord la plus gourmande du monde en pesticides et en engrais, qui finissent par pénétrer les sols, contaminant les nappes phréatiques puis les cours d’eau. Ces intrants représentent une pollution agricole, et ainsi un risque pour la santé des cultivateurs, cultivatrices, et pour la biodiversité. La culture du coton demande aussi beaucoup d’eau pour l’irrigation. On sait par exemple que la simple production d’un t-shirt demande à elle seule 2700 litres d’eau, soit l’équivalent de 70 douches ![3] Dans certaines régions de production comme la Chine et l'Inde, l’eau douce est une ressource rare, dont cette production met sérieusement en danger les réserves. Il n’est pas rare que des cours d’eau soient détournés, voire des lacs et nappes phréatiques asséchés.

Les matières premières animales sont aussi beaucoup utilisées dans l’industrie textile et posent des problématiques différentes. Leur production demande, dans un premier temps, beaucoup d’eau et de nourriture pour élever les animaux (vaches, moutons, lapin, etc). Le problème principal, aujourd’hui tristement bien connu, est l’élevage industriel intensif pratiqué quasi systématiquement. Celui-ci est synonyme de terribles conditions de vie pour les animaux, quand il ne s’agit pas de maltraitance pure et simple. L’absence de loi régissant leur traitement dans certains pays et le rythme frénétique du marché textile mènent à de nombreux abus, souvent ignorés et impunis.


[1] Répartition des matières textiles les plus usitées : Ademe, Le Revers de Mon Look, 2019
[2] Chiffre de l’Organisation Mondiale du Commerce, wto.org, 2020
[3] Fashion Revolution, 2017

1.2 Les matières premières chimiques

Les matières d’origine chimiques sont aujourd’hui omniprésentes dans nos armoires. Elles peuvent être synthétiques, dérivées du pétrole (polyester, élasthanne, acrylique), ou artificielles, obtenues suite à la modification d’un élément naturel (comme la cellulose de bois pour la viscose, ou encore le bambou, le maïs, l'eucalyptus et le soja).

70 % des fibres synthétiques que nous utilisons sont dérivées du pétrole. La première fibre synthétique produite dans le monde est le polyester, avec 40 millions de tonnes par an[1]. Les impacts du pétrole, ressource non-renouvelable d’origine fossile, et la forte contribution de la production des matières synthétiques à l’impact carbone élevé de l’industrie textile sont aujourd’hui bien connus. Quant aux fibres artificielles, telles que la viscose ou le lyocell, elles sont perçues comme plus durables en raison de leur origine naturelle et de leur caractère biodégradable et pourraient voir leur production tripler d’ici 2030. Elles nécessitent toutefois une quantité de ressources très importante et proviennent souvent de monocultures qui impactent fortement les sols et la biodiversité qui s’y trouve. Leur création exige également divers produits chimiques fortement toxiques[2], dangereux pour la santé des personnes qui y sont exposées et pour les écosystèmes.

Une fois les matières premières obtenues, vient la confection des vêtements, comportant elle-même plusieurs étapes (tissage, teinture, assemblage…), dont l’impact diffère selon les pièces fabriquées.


[1] Chiffre 2015 (WeDressFair, Qu’est-ce que le polyester ?)
[2] Parmi ceux-ci : l’hydroxyde de sodium, l’acide sulfurique et surtout une substance centrale, le disulfure de carbone. (Ademe, La mode sans dessus-dessous, 2018)

2. Les différentes étapes de fabrication des vêtements

La plupart de ces étapes ont lieu dans des pays en voie de développement. Le choix des grandes multinationales de se tourner vers ces pays s’explique bien sûr par le faible coût de la main d’œuvre. Malheureusement, en plus de ne pas disposer d’une rémunération décente, les travailleurs –en grande majorité des femmes– sont soumis à l’insalubrité et l’insécurité permanente. Les scandales qui ébranlent régulièrement l’industrie textile (effondrement du Rana Plaza au Bangladesh en 2013[1], travail forcé des Ouïghours en Chine…) ne suffisent pas à faire changer les pratiques : l’opacité des chaînes de production mondialisées contribue à déresponsabiliser les entreprises qui peuvent facilement plaider l’ignorance.

Au cours de la fabrication des vêtements, les traitements spéciaux infligés aux textiles afin de leur donner une apparence particulière peuvent se révéler particulièrement nocifs pour la santé et l’environnement. On parle d’ennoblissement textile pour décrire les procédés permettant de modifier l’aspect du textile par le biais de traitements chimiques ou mécaniques.

C’est par exemple le cas du sablage, une technique utilisée afin d’obtenir un effet délavé sur les jeans. Les ouvriers et ouvrières projettent du sable à haute pression sur le textile à l’aide de canons, dans de petites cabines non aérées. En cas de longue exposition, la poussière dégagée par le sable peut causer de graves maladies pulmonaires, incurables et potentiellement cancérigènes (telle la silicose).

La teinture textile est aussi source de pollution. La coloration du tissu est souvent précédée d’un blanchiment à l’eau de javel, qui se retrouve dans les sols, l’air et l’eau et contamine ainsi notre environnement. Diverses substances chimiques, dont certaines sont toxiques comme le mercure, le plomb, ou encore les éthoxylates de nonylphénol pour fixer les couleurs (perturbateurs endocriniens auparavant très utilisés et désormais interdits en Europe), sont utilisés pour teindre le textile. De telles substances sont extrêmement nocives pour les personnes qui les manipulent, mais aussi pour celles qui portent les vêtements et pour la nature.

Plusieurs étapes supplémentaires à fort impact pourraient être citées, comme l'utilisation d'apprêts pour donner de nouvelles propriétés aux textiles (les rendre déperlants, par exemple).


3. Le transport des vêtements jusqu’à leur lieu de vente

Si la majorité des vêtements sont produits en Asie, les points de vente se situent quant à eux principalement en Europe et aux États-Unis : le transport est alors un enjeu crucial. En France, 80% des vêtements vendus sont importés, principalement de Chine.

Face à cette industrie mondialisée, et pour suivre le rythme du renouvellement perpétuel des collections, les transports se sont faits toujours plus réguliers et plus rapides. Cette étape engendre une fois encore des émissions importantes de gaz à effet de serre. On estime que, du champ où le coton est récolté à la boutique où il est vendu, un jean peut parcourir jusqu’à 65 000 km[1], soit 1,5 fois le tour de la Terre !

Et voilà, après ces multiples étapes, votre vêtement se retrouve enfin en boutique, attendant patiemment d'être acheté. Bilan peu réjouissant, n’est-ce pas ? Certes, mais il existe des solutions pour agir à son échelle sur les différents impacts évoqués !

Que faire à notre échelle ?

La première solution serait bien sûr de produire moins et plus durable. Pour cela, il est plus que jamais nécessaire de « ralentir » la mode et le rythme effréné que l’on connaît depuis le début des années 2000. Il conviendrait de réduire drastiquement le nombre de collections pouvant être proposées par une enseigne et de concevoir des habits de qualité, pouvant perdurer dans le temps. Produire plus durable signifie également favoriser la production locale de textiles.

Cela implique aussi la réduction, voire l’interdiction de l’utilisation de substances nocives et impactantes dans le processus de fabrication. Concernant les conditions de travail, elles doivent être strictement encadrées par des lois contraignantes pour les entreprises, avec des contrôles réguliers et de lourdes sanctions en cas de manquement. Une partie de la production a minima doit être relocalisée afin de réduire l’impact des transports et de mettre fin au non-sens des distances parcourues par les vêtements avant d’atteindre leur point de vente.


Sur ces différents aspects, les consommateurs et les consommatrices doivent être précisément informés. Car c’est là que nous pouvons agir, en faisant de réels choix de consommation : consommer moins et consommer mieux.

Télécharger notre infographie

1. Faire le tri dans ses vêtements pour identifier ce dont on a vraiment besoin

50 à 70% de notre garde-robe seraient inutilisés ![1] Faire du tri régulièrement vous permettra de redécouvrir des vêtements oubliés. Pensez au don pour les textiles en bon état dont vous ne voulez plus, vous ferez des heureux·ses. Pour ceux, trop usés, qui ne sont pas réutilisables, déposez-les dans un point d'apport volontaire (PAV) pour qu'ils soient transformés ou recyclés.

Et pour éviter d'accumuler des vêtements inutiles, pourquoi ne pas faire une liste de shopping, comme pour les courses alimentaires ? Un bon moyen de s’en tenir à ce dont on a réellement besoin et de ne pas céder au chant des sirènes des promotions et autres soldes récurrentes ! Pour les plus créatif·ve·s, réparer un ancien vêtement à l’aide de la couture ou le customiser est aussi une solution.

2. Emprunter ou louer les vêtements que l’on n’utilise pas au quotidien

Tenue de soirée, combinaison de ski… Ces vêtements peuvent facilement être prêtés par une connaissance ou loués pour l’occasion. Le troc est une autre technique économique, écologique mais aussi sociale, qui peut être l’occasion de moments conviviaux comme des Troc Party. La location –entre particuliers mais pas seulement !– est également en plein essor, surtout pour les femmes : un bon moyen de renouveler sa garde-robe temporairement, en louant des vêtements pour un ou plusieurs jours. Qu'il s'agisse du troc ou de la location, mieux vaut privilégier la proximité, puis se diriger dans un second temps vers les plateformes en ligne (quelques pistes : Prêt à Changer ou Greendy Pact pour le troc ; Les cachotières ou Une Robe un Soir pour la location).

3. Acheter d’occasion

Il existe maintenant une multitude de magasins de seconde main dans le secteur de l’habillement : ressourceries ou friperies de proximité, voire applications ou sites internet si on n’a pas trouvé son bonheur... Emmaüs a par exemple créé sa plateforme en ligne, proposant entre autres des vêtements et chaussures. Une solution bonne pour la planète mais aussi pour votre portefeuille !


[1] France Nature Environnement, Réduisons le gaspillage textile, 2018

4. Acheter neuf mais pas les yeux fermés

Selon les articles, de bons réflexes peuvent permettre de réduire facilement l’impact de ses achats.

• Éviter les matières synthétiques et privilégier des tissus comme le lin, le chanvre ou le coton issus de l’agriculture biologique dont la production limite l’exploitation abusive des sols, ainsi que la surconsommation d’eau et de pesticides. (Saviez-vous que la France est le premier producteur de lin au monde ?).

• Penser aux fibres recyclées, bénéficiant ainsi d’une seconde vie (du coton issu du recyclage d’un jean, ou de la matière polaire provenant de polyester et bouteilles plastiques recyclées par exemple).

• Préférer les jeans bruts (non délavés, non vieillis) ;

• Rechercher des vêtements issus du commerce équitable, qui garantit de meilleures conditions de travail aux employé·e·s, ou issus de productions nationales ou européennes, en circuit court, pour limiter les impacts liés au transport et avoir une meilleure visibilité sur les normes sociales encadrant le travail des artisan·e·s. Plusieurs plateformes permettent de s’y retrouver et d’identifier les marques aux démarches responsables : c’est le cas, entre autres de SloWeAre, We Dress Fair ou encore Le Dressing Responsable.

• Se fier aux écolabels : attribués par un organisme indépendant, ils garantissent qu’un bon nombre d’exigences sociales et environnementales soient respectées dès les premières étapes de la création d’un vêtement. 

Tout savoir sur les labels environnementaux

L’affichage environnemental, en cours d’expérimentation, permettra prochainement d’aider les consommateurs et consommatrices à choisir les textiles qu’ils achètent en fonction de leurs impacts sur l’environnement. Une note de A à E, affichée sur les produits et services consommés, y compris les vêtements, informera sur les impacts tout au long du cycle de vie.

L'épopée du textile ne s'arrête pas en boutique : l'utilisation quotidienne de nos vêtements et leur traitement en fin de vie génèrent également des impacts, que l'on peut réduire en adoptant les bons réflexes. Nous vous en parlerons dans un second dossier, à paraître sur notre site au début de l'été. En attendant, nous vous donnons rendez-vous chaque mois sur nos réseaux sociaux pour mettre en lumière un impact particulier ainsi que les solutions à mettre en oeuvre. 

En 2021, relevez le défi #DresseTonDressing :
rendez-vous le dernier vendredi de chaque mois
sur Facebook et Twitter.

Faire un don