L'essentiel

Comment lutter contre le gaspillage alimentaire dans les milieux agricoles ?

Chaque année en France, 10 millions de tonnes de nourriture sont gaspillées du champ à l'assiette. Près d’un tiers de ce gaspillage intervient dès l’étape de la production agricole. Cette situation n'est pourtant pas une fatalité : circuits courts et de proximité, glanage, don à des associations d’aide alimentaire, transformation de produits… les « bonnes pratiques » sont multiples et restent à développer. Pourquoi gaspille-t-on en agriculture et comment réduire le gâchis qui en découle ? France Nature Environnement fait le point sur la situation actuelle et met en lumière des exemples d'initiatives particulièrement inspirants.

Lire aussi notre dossier sur le gaspillage alimentaire

Production agricole : les principales causes de gaspillage

Pertes, surproductions, produits déclassés… Dans les activités agricoles (maraichage, élevage, pêche…), le gaspillage alimentaire correspond à toute la nourriture destinée à la consommation humaine qui a été non récoltée, perdue, écartée ou jetée. D’après une étude de l’ADEME, ce gaspillage représente, en volume, 32% du gaspillage généré tout au long de la chaine alimentaire, soit près d’un tiers. Mais comment expliquer cette situation ? Les causes du gaspillage dans la production agricole sont en réalité multiples et souvent complexes à identifier.

En amont ou à l'étape de la récolte pour les cultures et d’abattage pour l'élevage, du gaspillage peut être généré en raison d’aléas tels que la météo ou les maladies. Des surproductions peuvent aussi être dues à une fluctuation de la demande, une saturation du marché ou encore une trop grande volatilité des prix. Des contraintes techniques rendent également parfois impossible la récolte de la totalité de la production, du fait par exemple d’un mauvais réglages des machines, de l’inaccessibilité de certaines zones de culture ou bien des différences de maturité entre les produits...

Le gaspillage peut aussi trouver ses origines dans les contraintes imposées par les client.e.s des producteur.rice.s (grossistes, industries agro-alimentaires, distributeur.rice.s, consommateur.rice.s...). Les normes de calibrage imposées dans leurs cahiers des charges conduisent souvent à écarter des produits qui présentent des « défauts » comme des différences de formes ou des tâches. On parle alors d’écarts de tri. Il peut aussi s'agir de modifications des commandes ou de retours de livraisons après un passage devant un agréeur ou une agréeuse qui écarte les produits jugés non "conformes".

Enfin, les difficultés de conservation et de stockage, liées à la fragilité des produits ou encore à des problèmes d'accès à des filières de transformation, peuvent eux aussi aboutir à des pertes et gaspillages. Des "accidents" peuvent par ailleurs subvenir (erreurs de conditionnement, problèmes de manutention...).

10 exemples d'actions pour lutter contre ce gaspillage

Pour lutter contre le gaspillage alimentaire sous toutes ses formes, France Nature Environnement soutient la hiérarchie des actions à mettre en place, inscrite dans le Code de l'environnement par la loi du 11 février 2016 (dite "loi Garot"). Cette hiérarchie consiste en premier lieu à privilégier les solutions de réduction « à la source » du gaspillage via notamment une meilleure articulation entre l’offre et la demande. À défaut, la valorisation des denrées propres à la consommation humaine par le glanage, le don ou encore la transformation est à encourager. Les solutions de gestion du gaspillage alimentaire ne sont à envisager qu’en dernier recours et dans l’ordre de priorité suivant : la valorisation en alimentation animale, la valorisation organique ou énergétique (compostage ou méthanisation) et l’élimination (stockage ou incinération).

Pour réduire le gaspillage en production agricole, les « bonnes pratiques » sont nombreuses.

Voici 10 pistes d’actions à explorer :

  • Diversifier les circuits de distribution, pour réduire les contraintes et aléas du marché.

  • Développer des circuits courts et de proximité : moins d'intermédiaires et de transports peut réduire les risques de pertes et gaspillages tout en favorisant un rapprochement entre les producteur.rice.s et consommateur.rice.s.

  • Intégrer des mentions favorisant l’acceptation de produits non calibrés dans les cahiers des charges soumis aux producteurs et productrices.

  • Mettre en place des systèmes de garanties de commandes permettant aux exploitant.e.s de mieux anticiper les besoins et d'ajuster les quantités à produire, tout en sécurisant leurs modèles économiques.

  • Améliorer les techniques de récolte et de stockage des denrées.

  • Transformer des surplus dans des ateliers, des conserveries et des usines agro-alimentaires.

  • Accueillir des glaneurs et glaneuses dans un champ pour qu'ils/elles viennent récupérer ce qui n'a pas pu être récolté (pour en savoir plus, consultez notre dossier sur le glanage).

  • Donner à des associations d'aide alimentaire qui peuvent redistribuer les produits à des bénéficiaires dans le besoin.

  • Améliorer les conditions de bien-être des animaux d'élevage. Avant tout une question d'éthique, cette amélioration permet aussi de limiter les facteurs de stress et de mortalité précoce, sources de pertes et gaspillages alimentaires.

  • Optimiser les méthodes de sélectivité pour la pêche dans le but d’accompagner l’atteinte des quotas imposés par la législation. Dans ce domaine, les rejets en mer peuvent représenter parfois plus de 50% des prises.

Les acteurs se mobilisent partout sur les territoires

Militant de longue date contre le gaspillage alimentaire, France Nature Environnement tient à promouvoir et valoriser des exemples d’initiatives mises en place sur le territoire pour réduire le gaspillage alimentaire dans différentes filières de production agricole.

Les AMAP : éviter les pertes en reliant consommateur.rice.s et producteur.rice.s  

Quand les consommateur.rices s'engagent auprès des paysan.ne.s à acheter une partie de leur production pour une durée déterminée (entre 6 mois à 1 an en général), les besoins sont mieux anticipés et les risques de pertes et gaspillages évités. Cette bonne idée, elle se trouve dans plus de 2 000 AMAP (Association pour le Maintien d’une Agriculture Paysanne), réparties sur tout le territoire. Les AMAP offrent la possibilité de lier des consommateur.rice.s et producteur.rice.s dans un partenariat solidaire, local, contractualisé, sans intermédiaire commercial.e et avec un esprit de pérennité.

Chaque contrat qui relie un.e amapien.ne à un.e producteur.rice stipule les engagements réciproques des deux parties et établit un prix juste et rémunérateur prenant en compte la viabilité économique de la ferme et des conditions sociales de celles et ceux qui y travaillent. En tant que consommateur ou consommatrice, il est possible de se rapprocher d’une AMAP existante près de chez soi ou d’en créer une, à plusieurs (avec des ami.e.s, des voisin.e.s, des collègues de travail… et un ou plusieurs agriculteur.trice.s).

Découvrir le réseau d'AMAP

Uniterres : un programme solidaire, à la fois pour les maraîcher.ère.s et les consommateur.rice.s

Comme pour les AMAP, le programme Uniterres permet de mieux anticiper les besoins de production et d’éviter ainsi les risques de pertes et gaspillages liés aux aléas du marché et aux normes de calibrage. Initié par l’ANDES (Association Nationale de Développement des Epiceries Solidaires), Uniterres est un projet de solidarité locale dont le but est à la fois de rendre accessibles des produits frais locaux à des personnes en situation de précarité alimentaire et de participer au développement des petites exploitations agricoles.

Le programme Uniterres se traduit par un accompagnement individualisé, sur 3 ans en moyenne, de maraîchers et maraîchères en difficulté économique ne trouvant pas nécessairement de débouchés pérennes pour leurs produits. Des systèmes annuels de précommandes de fruits, légumes et œufs sont mis en place entre les producteur.rice.s et les épiceries solidaires présentes à proximité de leurs exploitations. D’autres débouchés commerciaux peuvent aussi être développés, comme avec des crèches, des écoles ou dans le cadre de portage de repas à domicile. Les prix sont négociés de manière collégiale et une équipe de coordination agricole assure la logistique d’approvisionnement.

Découvrir le programme Uniterres

Fwee : transformer les fruits « déclassés » en friandises

Le concept du projet Fwee ? Racheter à des productrices locales et producteurs locaux des produits déclassés et des surplus pour pouvoir les transformer par un procédé de déshydratation en cuir de fruits. Cette technique de conservation des fruits très répandue dans le monde est relativement simple à maîtriser et ne nécessite quasiment pas d’intrants. Une fois transformés, les fruits secs sont revendus sous la forme de friandises à des professionnel.le.s et particulier.ère.s.

Soizic Ozbolt, à l’origine du projet, commercialise ses produits depuis quelques années et souhaiterait, à terme, monter un réseau de micro ateliers de transformation, implantés autour de zones de production agricoles. Une jeune entreprise à suivre !

Découvrir Fwee

Les Jardins de Solene : l’entreprise solidaire de transformation des surplus de production

Les Jardins de Solene récupèrent auprès de producteurs et productrices du Vaucluse des fruits et légumes frais de saison dits « déclassés », ne trouvant pas de débouchés. Une fois collectés, les produits sont préparés, conditionnés sous vide au sein d’une légumerie pour être ensuite revendus à des établissements de restauration collective et commerciale ainsi qu’auprès de la grande distribution. L’entreprise, fondée en 2017 par Solene Espitalié, est profondément ancrée dans l’économie sociale et solidaire. Ses activités permettent de créer des emplois en CDI pour des personnes en situation de handicap.

Découvrir Les jardins de Solene

Les Paniers de la Mer : la lutte contre le gaspillage au service de l’insertion socio-professionnelle

La fédération nationale des Paniers de la Mer s’est fixée comme objectif d’organiser une offre nationale d’aide alimentaire, constituée de produits de la mer transformés par des structures adhérentes qui œuvrent dans le domaine de l’insertion socio-professionnelle. Situées à Lorient, Saint-Malo, Boulogne-sur-Mer et Fécamp, les antennes du réseau des Paniers de la Mer récupèrent gratuitement ou à bas prix des surplus de poissons auprès d’organisations de pêche. Les poissons sont ensuite préparés et transformés en plats qui sont redistribués à des associations d’aide alimentaire. Depuis 2004, les Paniers de la Mer ont permis de fournir près de 2 000 tonnes de poissons à des associations d’aide alimentaire, représentant l’équivalent de 13 millions de portions individuelles. La fédération nationale des Paniers de la Mer s’est fixée comme objectif d’organiser une offre nationale d’aide alimentaire, constituée de produits de la mer transformés par des structures adhérentes qui œuvrent dans le domaine de l’insertion socio-professionnelle.

Découvrir les panier de la mer

SOLAAL : une solution pour simplifier les dons agricoles

Faciliter la mise en œuvre des dons alimentaires entre les producteur.rice.s et les associations d’aide alimentaire, telle est la mission que s’est donnée l'association SOLAAL (SOLidarité des producteurs Agricoles et des filières ALimentaires). Pour ce faire, l’association trouve des solutions adaptées afin d’assurer la logistique des dons depuis les donateurs et donatrices jusqu’aux structures bénéficiaires (analyse de l’offre, collecte, transport, gestion des attestations…). Les dons peuvent concerner des fruits et légumes, des céréales, du lait, des œufs ainsi que de la viande. Constituée de 33 membres, la structure rassemble un grand nombre d’acteurs issus des secteurs agricoles, industriels et de la grande distribution. Depuis sa création, l’action de SOLAAL a permis de contribuer au don d’environ 24 millions de repas. La structure soutient également, via ses relais locaux, des actions de glanage encadrées dans les champs.

À lire : Le guide du don agricole de A à Z (septembre 2017)

Découvrir SOLAAL

Re-bon : le réseau de glanage nantais

Glaner pour donner : c'est l'objet de l'association Re-Bon. Elle récupère les surplus de production et les invendus d’une quinzaine d’exploitant.e.s des environs de Nantes. Les produits glanés sont ensuite redistribués au Secours Populaire de Saint-Herblain, à la Banque Alimentaire de Loire-Atlantique ou à de petites associations locales. Flavie Duprey et Anouk Chabert ont été inspirées par les actions de l’association anglaise Feedback, à l’origine de la mise en place des « banquets des 5 000 » et du développement de nombreux réseaux de glanage en Europe. Les deux fondatrices se sont lancées en 2013 dans leurs premières actions de glanage dans les champs et ont participé la même année à l’organisation d’un banquet des 5 000 à Nantes, en partenariat avec le mouvement Disco Soupe. Depuis, plus de 500 bénévoles ont rejoint de près ou de loin le réseau de glanage.

Découvrir Re-bon

Les outils développés par France Nature Environnement sur le gaspillage alimentaire

France Nature Environnement et ses associations membres multiplient les actions pour que le gaspillage alimentaire devienne une priorité à tous les niveaux de territoires. Plaidoyer auprès des acteurs institutionnels et économiques, sensibilisation, études, outils pédagogiques… Nos moyens pour lutter contre le gaspillage alimentaire sont nombreux et prennent des formes très variées, complémentaires les unes des autres.

Pour aller plus loin, retrouvez toutes nos publications sur le gaspillage alimentaire : outils pédagogiques, enquêtes, synthèses et dossiers.

Toutes nos publications sur le gaspillage alimentaire