L'essentiel

CIGEO à Bure : l'enfouissement des déchets nucléaires en profondeur, un désastre annoncé ?

CIGEO est le nom d’un projet d’enfouissement en profondeur des déchets radioactifs les plus dangereux pour des centaines de milliers d'années à Bure. Mobilisées depuis 30 ans contre ce projet, Mirabel-Lorraine Nature Environnement et France Nature Environnement reviennent sur l'une des questions explosives du projet : vouloir enfouir en profondeur des déchets nucléaires n'est-il pas l'un des choix les plus dangereux en termes de conception et de sécurité ? Deuxième volet de notre dossier consacré à CIGÉO.

Le projet d'enfouissement des déchets nucléaires de CIGÉO à Bure soulève de multiples questions. Pour éclairer le débat, France Nature Environnement a conçu un dossier constitué de plusieurs articles présentant les principaux enjeux du projet.

Le premier volet de notre enquête fait la synthèse du projet et des principaux problèmes qu'il présente..

Le présent article, deuxième volet de notre dossier, interroge la pertinence du choix de l'enfouissement en profondeur des déchets nucléaires en termes de conception et de sécurité.

Photo d'illustration : expression créative de protestation de la population du Wendland (district de Lüchow-Dannenberg en Allemagne) contre la politique nucléaire allemande. © Photo Christian Fischer - 31 octobre 2010

Le choix de l’enfouissement en profondeur est-il pertinent et réversible ? L'exemple de WIPP

CIGÉO est un projet d’enfouissement en profondeur des déchets radioactifs qui n'a aucun égal : un projet d'un tel gigantisme avec, en plus, les déchets les plus radioactifs (dits de Haute Activité à Vie Longue) et des déchets radioactifs bitumineux hautement inflammables, personne n'a jamais osé.

Toutefois, il existe un lieu qui semble similaire bien qu'il s'agisse d'un site d’enfouissement de déchets radioactifs militaires de Moyenne et de Faible Activité à Vie Longue, donc beaucoup moins irradiants qu'à Bure. Il s'agit du projet WIPP (Waste Isolation Pilot Plant), entré en fonction en 1999 aux États-Unis et co-exploité par Orano (ex Areva). En 2014, deux accidents successifs en sous-sol ont provoqué une contamination humaine et environnementale en surface. Le site a donc fermé provisoirement au bout de 15 ans alors même que ce tout premier site d’enfouissement de déchets radioactifs au monde était censé être sécurisé 10 000 ans. Que s’est-il passé pour en arriver là ?

Le 5 février 2014, un incendie se déclare sur un camion dans une galerie. Neuf jours après, deuxième accident, un fût de déchets explose et provoque une contamination de tout le site.

Or en profondeur, rien ne se passe comme en surface. Agir dans un site d'enfouissement s'avère particulièrement ardu : il n’est pas systématiquement possible d’utiliser de l’eau à cause de la nature même des déchets à traiter.

Photo : préparation d'une intervention sur le projet WIPP. Crédit US department of Energy

Depuis, des milliers de pages de rapports et commentaires avec contre-expertises ont été rendus publics. Ils permettent de se faire une bonne idée des centaines d’aléas liés à l'enfouissement de déchets nucléaires, aux États-Unis comme en France.

Une longue enquête a fini par pointer du doigt la non-conformité d'un fût. Elle montre aussi que l’univers confiné dégrade très rapidement les matériels et déplore leur importante vétusté, 15 ans seulement après l’ouverture.

Le redémarrage du chantier du WIPP n'est toujours pas effectif à ce jour alors qu’il aurait dû l'être fin 2016. Actuellement, les travaux consistent à réhabiliter les lieux. Ils scellent notamment définitivement de manière irréversible certains quartiers où sont entreposés des fûts potentiellement de même nature que celui qui a explosé. L’activité réelle ne reprendra au mieux qu’en 2021, quand il aura été dépensé environ 2 milliards de dollars supplémentaires de « remise à niveau ».

L'échec de l'enfouissement profond de WIPP n'est pas un cas isolé. Les enseignements de ASSE II (infiltrations massives d’eau dans un site de stockage en profondeur de déchets radioactifs en Allemagne) comme de Stocamine (incendie dans un site de stockage en profondeur de déchets dangereux en France), montrent que les systèmes miniers ne sont pas en cohérence avec des stockages de déchets, qu’ils soient radioactifs ou non. En effet, la grande profondeur aggrave les difficultés à faire face au moindre accident.

Photo d'un fût endommagé de déchets radioactifs à l'intérieur de WIPP, Nouveau-Mexique, USA. La photo a été prise le 2014-05-15 au cours d'enquêtes sur la cause de la contamination radioactive. Credit US Department of Energy

Le projet est-il vraiment réversible ?

Pour rassurer et tenter de mieux faire passer le projet, l'État et l’Andra font croire en permanence que le projet est réversible. Comment ? Grâce à une pirouette : il suffit de l'affirmer dans la loi. Le concept de réversibilité recouvre deux idées : la première est celle les générations futures pourraient changer d’avis et mettre en oeuvre une autre politique. La seconde concerne la récupération des colis : les générations futures pourraient avoir besoin retirer les colis (car ils sont trop dégradés, qu'ils causent de lourds impacts sur l'environnement ou encore qu'il devient possible de les utiliser pour un autre usage).

D'après la définition de la réversibilité votée par le Parlement, tant que le site n’est pas fermé, soit 120 ans, les générations futures peuvent changer d’avis. En revanche, aucune durée n'est définie dans la loi pour assurer la récupérabilité des colis, seulement un minimum : le temps de la phase expérimentale soit 5 à 10 ans.

La réversibilité est donc temporaire puisque la logique est d’enfouir, puis, ensuite, fermeture des portes. La réversibilité disparaît et l’accès aux déchets est impossible.

De plus, lorsqu'il s'agit d'un enfouissement en profondeur, les expériences malheureuses de stockage à WIPP, Stocamine ou encore Asse II montrent que cette réversibilité inscrite dans la loi ressemble davantage à un vœu allégeant les consciences qu'à une réalité : en cas d’accident, elle est techniquement bien plus complexe, voire impossible tout comme le risque zéro qui relève de l'utopie. Bien plus que la théorie, le premier décès survenu sur les lieux en rappelle l'évidence.

Photo d'illustration d'un homme se voilant la face

Mort d'un employé en 2002 : symbole de l'impossible risque zéro face aux ravages de l'atome ?

Le premier événement tragique sur le chantier de Bure est survenu en mai 2002. Alors qu’il travaillait dans le puits principal d’accès du laboratoire, un mineur de 33 ans est écrasé par un tube de 400 kg. Celui-ci s’est détaché à une quinzaine de mètres au-dessus de lui. Suite au drame, l’Inspection du travail souligne de « graves manquements en matière de sécurité ». Bouygues Travaux Publics rétorque que « les mesures d’organisation et de sécurité sur place étaient nettement supérieures à celles prises dans la profession. ». Plus tard, face au tribunal de Bar-le-Duc en 2007, le groupe de BTP avance que l’accident s’est produit à la suite d'« une collection d’erreurs » de ses employés.

Les deux points de vue se rejoignent sur l'essentiel : il y a eu des erreurs. Que l'origine du drame provienne de manquements, de maladresses, de mauvaises intentions ou d'oublis, le drame est là et personne n'a su agir ou réagir avant, malgré un chantier identifié à risques et une sécurité annoncée comme « supérieure ».

Ce drame est survenu alors que le site de CIGÉO n'accueille pas encore de déchets nucléaires... Sur les 4 pays les plus nucléarisés au monde, la France est aujourd'hui le seul à ne pas avoir vécu d'accident de grande ampleur. Et l'enfouissement en profondeur, avec ses nombreuses complications plus ou moins prévisibles, vient encore décupler le risque. Les experts soulèvent d'ailleurs plusieurs questions préoccupantes liées à la sécurité.

Illustration : un éboulement sous le tunnel du Rove (Provence-Alpes-Côte d'Azur). Crédit Revjoy.

L’avis des experts conduit à revoir la conception du projet

En France, deux établissements publics surveillent le projet CIGÉO et les deux expriment de sérieux doutes sur la sécurité, voire sur la conception même du projet.

L'Institut de Radioprotection et de Sûreté Nucléaire (IRSN) développe une expertise publique sur les questions nucléaires. Dans les conclusions de son expertise sur le dossier d’options de sûreté du projet CIGEO publiée en mai 2017, l'Institut demande à l’Andra de revoir quatre points du projet concernant :

- la sécurité notamment sur les transferts de radioactivité dans l’environnement, pour protéger les populations

- les moyens de surveillance mis en place lors de l'exploitation

- la possibilité d’intervenir pour gérer des situations susceptibles d’entraîner une contamination des infrastructures

- les conséquences d’un incendie de colis de déchets bitumineux

C'est ainsi que le rapport de l'IRSN interroge la conception même du projet. Il souligne également qu'il faudra « revoir significativement les concepts afin d’éliminer la possibilité qu’un incendie puisse se propager dans l’alvéole de stockage ».

De son côté, l'Autorité de Sureté Nucléaire (ASN) possède un rôle de gendarme du nucléaire et de contrôle. Dans son avis du 11 janvier 2018 sur le dossier d’options de sûreté du projet CIGEO, l'ASN se base sur celui de l’IRSN. Même si cet avis s’inscrit dans la poursuite du projet, l’ASN considère notamment que « le dossier examiné apporte peu d’éléments concernant les modalités selon lesquelles l’Andra compte assurer une surveillance adaptée aux exigences de sûreté en phase d’exploitation et après fermeture du stockage » et indique que « certains sujets (../..) nécessitent des compléments », ces « sujets pouvant conduire à des évolutions de conception ».

Les experts confirment donc les doutes sur la faisabilité de CIGÉO au vu des nombreuses questions scientifiques qui restent sans réponse. Mais quels dangers planent autour de cet enfouissement ?

CIGÉO face à des centaines de milliers d'années

Infiltrations d'eau, risques d'incendie, failles sismiques, ventilation éternelle, transports… la liste des questions que pose le choix d'un enfouissement en profondeur est longue, très longue. Par exemple, eau et déchets nucléaires ne font pas bon ménage. L'Andra a déjà pu percevoir ces désastreux effets lorsqu'elle a participé au projet de Asse II, en Allemagne. Contrairement à ce qui était projeté, des infiltrations d'eau ont eu lieu sur ce site d'enfouissement aux 126 000 fûts de déchets radioactifs, provoquant des contaminations radioactives en surface. L’eau y est pompée en permanence et les dégâts sont tels que l’extraction des fûts a été décidée après 2030 pour un coût estimé entre 5 et 10 milliards d’euros. Comment garantir qu'à Bure, les couches d’argile et les ouvrages en béton ne vont pas se dégrader avant 100 000 ans et faciliter des infiltrations d’eau ? Et même sans cela, des infiltrations ne risqueraient-elles pas de se produire à travers les circuits de ventilation et les puits ?

Par ailleurs, selon leur nature, les déchets nucléaires dégagent en permanence de la chaleur, de l’hydrogène et des radioéléments. Certaines combinaisons et/ou associations de déchets sont interdites au risque de réactions ingérables. Ainsi, il est impératif que la zone de stockage soit ventilée en permanence pour ne pas monter en température du fait du dégagement de chaleur des colis et pour obtenir une concentration aussi faible que possible en hydrogène… Bref, il ne faut surtout pas atteindre 100°C sous peine d'avoir une réaction explosive. Seulement, qui peut sérieusement garantir une absence de panne de ventilation durant les 120 ans de remplissage de CIGÉO ? Et pour les 100 000 ans suivants ?

En cas d’incendie, l’arrêt de la ventilation augmenterait la concentration d’hydrogène et donc le risque d’explosion tandis que l’augmentation de la ventilation pour éliminer les fumées attiserait l’incendie... Comment éviter toute étincelle avec les différents dispositifs électriques et les engins qui circuleraient pendant les quelques 120 ans de remplissage de cette méga-poubelle nucléaire, au sein d’un milieu chargé en hydrogène particulièrement explosif ?

Même en temps normal, l'hydrogène et les radioéléments rejetés par cette ventilation ne nuiront-ils pas à la santé des habitants et l'environnement de la Haute-Marne, de la Meuse, des Vosges et au-delà ?

La construction de CIGÉO signifie qu'il faudrait également des aménagements de lignes de train et de route pour transporter les déchets radioactifs jusqu’au site de stockage. Ainsi, il faudrait sécuriser 100 convois de 10 wagons radioactifs par an pendant presque 150 ans alors que les accidents ferroviaires et routiers ne sont pas rares.

Photo à Asse II, espace de chargement des déchets de moyenne activité, environ 20 m au-dessus de l'espace de stockage. Crédit Stefan Brix

Le risque sismique entre également en ligne de mire. Régulièrement réévalué par les scientifiques, il est qualifié de « stable » car il n’aurait pas bougé depuis 130 millions d’années. Seulement, le passé ne peut prédire l'avenir. Le site de Bure, ceinturé de fractures géologiques (failles de la Marne et de Gondrecourt), n'est pas à l'abri des caprices sismiques en témoigne notamment le tremblement de terre de Saint-Dié-des-Vosges (environ 150 Km de Bure) en 2003, d’une magnitude de 5.4 sur l’échelle de Richter et ressenti dans une quarantaine de départements français et jusqu’en Allemagne et en Suisse.

Ces questions de fiabilité du projet, experts et opposants au projet de CIGÉO ne sont pas les seuls à se les poser : au sein de l’Andra, les doutes se manifestent aussi.

D’une conception à revoir à l’aveu de l’Andra d’une sécurité impossible

Décès de deux salariés sur le site, avis des organismes publics de référence1 qui conduisent à revoir la conception du projet, les raisons de douter de la sécurité du projet CIGÉO sont nombreuses mais les craintes viennent également de l'agence chargée de mettre en place CIGÉO : l'Andra.

Cette information est disponible grâce à une thèse éclairante sur CIGÉO soutenue en décembre 2017 et réalisée durant 3 ans au sein de l’Andra. Un membre de cette agence figure dans le jury de thèse. Pour la mener, le doctorant Leny PATINAUX s'est appuyé sur des réunions et documents internes, mettant en lumière d'édifiants bricolages.

1 Conclusions de l'IRSN sur le dossier d’options de sûreté du projet CIGEO mai 2017, Avis de l'Autorité de Sureté Nucléaire, janvier 2018.
Photo : espace technologique de l'ANDRA à Saudron (Haute-Marne) © Ji-elle

Il explique que l’Andra sait à partir des années 2000 qu’il lui est impossible d’apporter une preuve de la sûreté d’un tel stockage. « Pour plus de la moitié des déchets destinés au stockage, les salarié.es de l'Agence estiment que les connaissances dont elles et ils disposent sont mauvaises ou nulles », ajoute-il. Pour mettre en œuvre CIGÉO, l’agence cherche donc à convaincre les autorités de sa maîtrise du projet via « un faisceau d’arguments ». « Lorsque l'Agence doit produire une analyse de sûreté globale, l'arrangement des savoirs produits en un ensemble cohérent montre néanmoins un certain bricolage » écrit-il.

L'agence qui porte le projet doute donc en interne de sa fiabilité. Il existe ainsi un « faisceau d’arguments » mettant en doute la crédibilité de CIGEO.

Autre enseignement alarmant : le doctorant rapporte certains propos de salariés de l’Andra issus de réunions internes qui laissent entendre que si jamais le projet se rapprochait d’une limite règlementaire de sécurité à ne pas dépasser et donc empêcherait sa réalisation, il serait possible de négocier cette limite…

L'histoire donne raison à ce dernier constat. Passage en force, petits arrangements aux grandes conséquences et promesses non tenues émaillent l'histoire politique du projet CIGÉO. Enfouir des déchets nucléaires reviendrait-il à enterrer les principes de démocratie ? C'est le troisième volet de notre dossier consacré à CIGÉO.

Lire l'histoire politique du projet CIGEO

Nos demandes

L'insoluble casse-tête que représente la gestion des déchets nucléaires français nous rappelle l'impasse que constitue l'énergie nucléaire. Comme de nombreuses associations, France Nature Environnement milite pour que l'État français sorte rapidement du nucléaire afin notamment de ne plus produire ces déchets dont il ne sait que faire. Pour les gérer, nous défendons, avec d’autres organisations, l'arrêt du projet CIGEO et le lancement d’études sur les autres options de stockage.

Retour à l’essentiel du dossier

Photo : manifestation anti-nucléaire sur les ponts du Rhin, mars 2014 - crédit Christo Miche